Russie en 2020 : les nouvelles lois de censure d’internet

Photo of author
Écrit par Mallory Lebel

Aidons les citoyens à protéger leurs communications & leurs discussions numériques, qu'ils puissent vivre sans craindre d'être surveillés.

En Russie : Isolement, contrôle et censure croissants d’internet

Les autorités russes réglementent l’infrastructure, bloquent le contenu

La Russie a considérablement étendu ses lois et réglementations

  • Renforcer le contrôle des infrastructures internet
  • Des contenus en ligne
  • De la confidentialité des communications

Si elles sont appliquées à leur plein potentiel restrictif, ces nouvelles mesures compromettront gravement la capacité des personnes en Russie à exercer leurs droits de l’homme en ligne, y compris la liberté d’expression et la liberté d’accès à l’information (source).

L’approche des autorités russes à l’égard d’internet repose sur 2 piliers:

  • le contrôle
  • l’isolement croissant du World Wide Web

Le gouvernement a mis en place tout un arsenal d’outils pour régner sur:

  • l’information
  • les utilisateurs d’internet
  • les réseaux de communication

Les nouvelles lois et réglementations adoptées entre 2018 et 2020 ont renforcé la capacité déjà importante des autorités à filtrer et à bloquer automatiquement le contenu d’internet, ne dépendant plus de la coopération des fournisseurs pour mettre en œuvre le blocage.

La loi russe « Internet souverain » de 2019 oblige les fournisseurs d’accès à Internet (FAI) à installer des équipements qui permettent aux autorités de contourner les fournisseurs et de bloquer automatiquement le contenu que le gouvernement a interdit et de réorienter le trafic internet lui-même.

Une loi russe contre les proxy

Une loi de 2018 introduit des amendes pour les moteurs de recherche fournissant:

Les règlements adoptés en 2019 obligent les VPN et les opérateurs de moteurs de recherche à bloquer rapidement l’accès aux sites web figurant sur la liste tenue par le système d’information du gouvernement fédéral. Cette liste est régulièrement mise à jour avec les sites officiellement interdits.

Carte de la Russie
Carte de la Russie

2019 et 2020 ont été marquées par des incursions législatives dans la vie privée des communications mobiles

En juillet 2018, des amendements à la législation antiterroriste existante sont entrés en vigueur, obligeant les entreprises de télécommunications et d’internet russes, en tant qu' »organisateurs de diffusion d’informations », à stocker et à partager des informations sur les utilisateurs sans décision de justice.

Les amendements s’appuient sur les précédentes lois de localisation des données. Elles exigent des sociétés traitant les données personnelles des citoyens russes de stocker les données privées des internautes et des applications mobiles en Russie.

Elles doivent remettre ces informations aux services de sécurité sur demande.

En 2019, le Service fédéral de sécurité de Russie (FSB) a exigé de ces entreprises qu’elles installent un équipement spécial donnant au FSB un accès automatique à leurs systèmes d’information et des clés de cryptage pour décrypter les communications des utilisateurs sans autorisation judiciaire.

Comment les législateurs ont justifié ces règles

  • Ils ont invoqué la nécessité de protéger la sécurité de l’État
  • l’internet russe
  • et la vie privée des utilisateurs russes

Ce que font ces lois en réalité

  • En réalité, ces exigences facilitent la censure de masse et la surveillance généralisée
  • introduisent des procédures non transparentes de blocage du contenu
  • mettent en danger la sécurité et la confidentialité des communications des personnes en ligne
  • renforcent une série de lois adoptées les années précédentes qui permettent aux autorités d’interdire de manière injustifiée un large éventail de contenus

Des agences officielles ordonnent le blocage de contenus

Depuis 2017, le gouvernement a augmenté le nombre d’agences officielles ayant le pouvoir d’ordonner le blocage de contenus.

Des peines d’amendes augementées

  • Il a aussi augmenté les amendes pour les organisations
  • les FAI (fournisseurs de services internet)
  • les services de proxy
  • les moteurs de recherche
  • tous ceux qui refusent de retirer ces contenus ou qui fournissent des moyens de contourner le blocage de contenus

Censure en Russie


La loi Internet souverain

Que prévoit la nouvelle loi de censure russe

La loi « Internet souverain » prévoit le transfert complet du contrôle des réseaux de communication en ligne à un organisme gouvernemental, depuis la fermeture des réseaux dans certaines régions de Russie jusqu’à la coupure de la Russie du World Wide Web.

Si elle est appliquée comme prévu, la loi sur l’internet souverain permettra également au gouvernement de bloquer directement tout contenu qu’il juge indésirable.

Ces exigences liées à internet sont intégrées dans un ensemble encore plus large de lois et de règlements visant à étouffer la liberté d’expression, tant en ligne que hors ligne.

Certaines des lois récemment adoptées limitent l’espace du débat public, en particulier sur les sujets que le gouvernement juge diviseurs ou menaçants:

Les sujets jugés sensibles par le gouvernement russe

  • Les droits des LGBT

  • Les libertés politiques

  • La pandémie de Covid-19

Les autres lois

D’autres lois visent à saper la vie privée et à sécuriser les communications sur internet, en ne mettant aucune communication numérique à l’abri des interférences du gouvernement en Russie.

Pour la plupart, les lois et règlements récemment adoptés en sont aux premiers stades de leur mise en œuvre ou ne sont pas encore entrés en vigueur. Par conséquent, la manière et la portée de leur mise en œuvre restent floues.

L’évolution récente de la réglementation russe en matière d’internet, qui renforce le contrôle gouvernemental sur l’infrastructure internet, introduit de nouveaux moyens techniques pour surveiller l’activité sur internet.

Bien que ces deux traités permettent aux États de limiter ces droits pour protéger des objectifs légitimes de sécurité nationale, ces limitations doivent être établies selon des critères juridiques clairs, avec des moyens peu restrictifs.

La loi Internet souverain

Le droit international

Le droit international autorise certaines restrictions à ces droits, telles que la protection de la sécurité nationale ou l’ordre public et la santé. Mais les restrictions doivent être conformes aux critères de nécessité, de proportionnalité et de sécurité juridique.

L’ONU

Le rapporteur spécial des Nations unies (ONU) sur la liberté d’expression a déclaré que ces limites devraient être prévues par la loi.

La Convention européenne

La Convention européenne prévoit que les limitations imposées à la liberté d’expression et au droit à la vie privée doivent être établies de façon convaincante comme étant nécessaires à la poursuite d’un objectif légitime dans une société démocratique.

La Constitution russe

La Constitution russe garantit le droit à la vie privée, y compris la confidentialité des communications.

Ce que la Constitution russe accorde

  • la liberté d’opinion
  • le droit de rechercher
  • de recevoir
  • de transmettre
  • de produire
  • de diffuser librement des informations

Or, les nouvelles lois et réglementations resserrent le noeud coulant de l’État autour des utilisateurs.

Ils placent les utilisateurs sous une surveillance accrue, leur enlevant la possibilité d’accéder au contenu et les menaçant de les couper du monde extérieur en ligne.


Analyse des nouvelles lois et réglementations russes

Les principales lois et réglementations qui ont été adoptées depuis 2017 habilitent le gouvernement russe à exercer un contrôle étendu sur l’infrastructure internet et l’activité en ligne en Russie.

Ces lois et règlements sont les suivants

  • 2016 « Yarovaya amendments » sur la rétention forcée des données
  • 2017 loi interdisant aux VPN et aux anonymiseurs internet de fournir l’accès à des sites web interdits
  • 2017 loi sur l’identification des utilisateurs d’applications de messagerie
  • 2018 décret gouvernemental de suivi
  • 2018 amendements au Code des infractions administratives
  • 2019 loi sur l' »Internet souverain »
  • 2019 Loi sur les applications russes préinstallées

La Russie veut interdire les VPN et les anonymiseurs d’internet

La loi de 2017 sur les VPN et les anonymiseurs internet n’interdit pas ces procurations. Elle vise plutôt à empêcher les services de proxy, y compris les VPN (ici les différents types de VPN) et les anonymiseurs tels que Tor ou Opera (ici notre test du vpn d’Opera), de donner accès à des sites web interdits en Russie.

Elle interdit également aux moteurs de recherche de fournir des liens vers de tels matériels.

La loi autorise Roskomnadzor, l’autorité exécutive fédérale russe chargée de superviser le contenu médiatique, à bloquer les sites qui donnent des instructions sur la manière de contourner le blocage gouvernemental, notamment par l’utilisation de VPN.

Elle autorise les forces de l’ordre russes, y compris le ministère de l’intérieur et le FSB, à identifier les contrevenants, et charge Roskomnadzor de créer un registre spécial des ressources et des services en ligne interdits en Russie.

Les lois interdisant aux VPN et aux anonymiseurs de faciliter le contournement des blocages gouvernementaux font partie de l’expansion continue des réglementations gouvernementales sur les blocages.

Les sanctions pour les internautes russes contrevenants

La loi de 2017 n’a pas établi de sanctions pour les violations. Les sanctions ont été introduites dans les amendements au Code des infractions administratives l’année suivante.

En avril 2018, Roskomnadzor a bloqué des millions d’adresses de protocole Internet (IP) dans une tentative infructueuse de bloquer le service de messagerie Telegram. Telegram ne pouvait pas remettre les clés de cryptage des utilisateurs aux services de sécurité russes, puisque Telegram ne les détient pas!

Cela a entraîné des perturbations massives, bloquant temporairement les services fonctionnant légitimement en Russie, tels que les banques, les sites d’achat en ligne et les moteurs de recherche.

Les internautes russes ont commencé à utiliser de plus en plus les VPN pour contourner ces perturbations, certains fournisseurs de VPN faisant état d’une augmentation de 1 000 % des ventes en Russie.

Roskomnadzor a réagi en bloquant 50 anonymiseurs et les services VPN qui permettaient d’accéder à Telegram.

La Russie veut interdire les VPN

Les amendes administratives russes pour les anonymiseurs d’internet

  • En juin 2018, un projet de loi russe prévoie des amendes administratives pouvant aller jusqu’à 700 000 roubles (9 000 euros) pour les violations de la loi sur l’interdiction des VPN et des anonymiseurs internet.
  • En décembre 2018, Google a été condamné à une amende de 500 000 roubles (6 000 euros) pour ne pas avoir filtré ses résultats de recherche conformément à la loi, un précédent destiné à envoyer un signal aux autres entreprises.
  • En mars 2019, Roskomnadzor a exigé que les VPN, les anonymiseurs et les opérateurs de moteurs de recherche s’assurent qu’ils bloquent les sites figurant dans un registre régulièrement mis à jour des sites interdits.
  • En mars 2019, l’agence a publié ses plans pour contrôler le respect de la loi par le biais d’un système de contrôle automatique plus efficace, au lieu de suivre manuellement les blocages de sites interdits.
  • En juin 2019, Roskomnadzor a menacé de bloquer dans un délai d’un mois 9 services VPN sur 10 ayant reçu l’ordre de se connecter au registre, pour non-respect de la loi. Seul Kaspersky Secure Connection, le seul service russe sur les 10 enregistrés dans le pays, s’est conformé à l’ordre. Un autre, Avast SecureLine, a quitté le marché russe suite à la menace de Roskomnadzor.
  • En mars 2020, le Centre général des radiofréquences, administré par Roskomnadzor, a commandé une étude à l’Académie des sciences de Russie sur les techniques largement utilisées pour contourner les blocs gouvernementaux en Russie, comme les VPN et autres proxies, Tor et Telegram Open Network

Plusieurs services de VPN et d’anonymat internet fonctionnent toujours en Russie et permettent d’accéder à des sites web bloqués par Roskomnadzor.

Nous vous conseillons le VPN NordVPN, un des rares assez rapides pour vous faire accéder à tous les services et assez protégé pour se permettre de n’enregistrer aucun historique de vos connexions.

Qui commande les blocages de contenu en Russie ?

Organisme autorisé

Nombre Sources bloquées en 2020

Raisons pour lesquelles ils sont autorisés à bloquer

Service fédéral de surveillance des communications, des technologies de l’information et des médias 3,038 Informations sur la pornographie enfantine
Service fédéral de surveillance et de protection des droits des consommateurs 358 Informations sur les moyens de se suicider
Procureur général 6,874 Informations contenant des appels à des émeutes de masse, des activités extrémistes et une participation en violation des exigences de la loi
Service fédéral russe de régulation du marché de l’alcool 948 Informations enfreignant la réglementation sur l’alcool
Service fédéral des impôts 34,950 Informations enfreignant la législation sur les jeux de hasard et les loteries
Ministère de l’intérieur 4,211 Informations en violation de la réglementation sur les médicaments
Le ministère des communications et des médias 3,712 Les sites web qui copient des sources précédemment bloquées pour violation de droits d’auteur
Agence fédérale pour la jeunesse 8 Informations visant à impliquer des mineurs dans des activités illégales ou à diffuser des informations sur les survivants de ces activités
Autres juridictions 21,035 Diffusion d’informations considérée comme interdite en Russie sur la base du jugement du tribunal
Tribunal de la ville de Moscou 10,673 Copies illégales de contenus protégés par les lois sur la propriété intellectuelle

Conclusion

La loi « Internet souverain » exige également la création d’un système national de noms de domaine (DNS).

À partir du 1er janvier 2021, les fournisseurs de services internet seront tenus d’utiliser le DNS national.

Le DNS fonctionne comme le carnet d’adresses d’internet, traduisant une adresse URL en une adresse IP numérique, qui est ensuite utilisée pour connecter un utilisateur au site web qu’il recherche.

Le fait d’obliger les fournisseurs de services internet à utiliser le système national de noms de domaine permettrait aux autorités russes de manipuler les résultats fournis au fournisseur de services internet, ce qui leur permettrait, entre autres, de substituer à volonté n’importe quel site internet par un autre, ou de fournir à la place un message d’erreur.

Cette loi devait initialement entrer en vigueur en juillet 2020. Cependant, à la lumière de la pandémie Covid-19, la date a été repoussée au 1er janvier 2021.

Catégories Web

Vous voulez maquiller votre adresse IP ?

Lancez ce logiciel pour dissimuler votre trafic et votre identité

Nordvpn bannière maquiller votre adresse ip

0 réflexion au sujet de « Russie en 2020 : les nouvelles lois de censure d’internet »

Laisser un commentaire