John Lennon / Gérard Depardieu : où est le rapport ?

Photo of author
Écrit par Mallory Lebel

Se sentir libre de concilier "vie privée" et "vie numérique" sans intrusion.

Ma page Facebook

C’est du n’importe quoi le titre de cet article, mais j’aime bien ce genre de rapprochement tiré par les cheveux. Le principal ce n’est pas ce qu’on dit mais comment on le présente. A moins que ce soit l’inverse. Le fond / la forme, un long débat. C’est pourtant un des sujets de la thématique abordée dans cet article : peut-on aimer ce que fait un artiste mais ne pas apprécier l’homme ?

John Lennon

A l’origine je devais seulement faire un additif à mon article sur Imagine de John Lennon. Comme je l’avais indiqué dans la fin de l’article, j’ai visionné l’excellent documentaire sur sa vie, datant de 1988. Il ne m’a pas paru tout à fait impartial, puisqu’on devine lourdement la patte de Yoko derrière la caméra. Mais il reste très détaillé et pointu, bref une vraie mine d’or pour celui qui s’intéresse un tant soit peu aux Beatles. Personnellement je suis admiratif de ce groupe.

Le documentaire ne fait pas l’impasse sur la drogue ni sur le caractère particulier de John, même s’il passe sous silence quelques vérités comme par exemple les aventures extraconjugales du monsieur, sa séparation d’avec Yoko et ses tentatives infructueuses d’avoir un enfant en raison des effets des produits stupéfiants. Au final, donc, on est tenté d’être déçu par l’artiste, même si on ne peut que reconnaître son génie musical. Et puis arrive l’affaire Depardieu !

Gérard Depardieu

Ah ! Gérard Depardieu. Je ne suis pas aussi bien documenté sur ce monsieur que je le suis sur John Lennon (ça viendra peut-être). Même si ce n’est pas le sujet, coupons court tout de suite à d’éventuels doutes de votre part : je me range totalement du côté de Gérard sur ce coup, et j’ai de plus en plus tendance à me dire que si ce n’était pas pour ma famille, ma femme et mes enfants, je partirai m’exiler en Amérique du Sud ou à New-York, tant la France (me) pose de graves interrogations en ce moment.

Gérard Depardieu, donc. Un mec assez génial, du genre hyperactif, qui n’arrive pas à tenir en place et qui ressent le besoin d’amuser la galerie partout où il passe. Comment réussir à rester naturel et humain quand vous avez une masse de thune qui vous tombe tout d’un coup droit sur la gueule ? C’est ce qui est arrivé à Gérard quand le succès a commencé à flirter avec lui. Et pourtant, j’ai tendance à penser que cet acteur a réussi à garder son humanité et son naturel. C’est ce qui fait sa force et son génie. Ce mec est un artiste. Le reste, à la limite, c’est de la vie privée, c’est du fond, c’est quelque chose qui ne devrait pas interférer avec son art.

2 astuces pour améliorer votre anonymat en ligne

1/ Pensez à l'utilisation d'un VPN : une application VPN va changer votre adresse IP pour simuler celle de n'importe quel pays. Vous pourrez donc accéder à n'importe quel contenu, même celui qui est géo-restreint. Ce logiciel chiffre aussi votre trafic internet pour éliminer les malwares et les risques de piratage.
2/ Pensez à utiliser un gestionnaire de mots de passe : Il va enregistrer vos mots de passe (compliqués) pour les insérer automatiquement pour vous, et il peut vous générer des mots de passe compliqués aléatoires (versions déclinables pour téléphones et ordinateurs).
L'offre NordVPN cumule les 2 avantages

Gérard est aussi un papa qui a souffert / qui souffre énormément, mais ça bizarrement on n’en parle pas en ce moment. On ne parle que du fait qu’en signe de protestation contre le gouvernement socialiste, sa fiscalité visant les gens qui ont réussi, et le racisme qui règne en France contre les gens qui deviennent riches, il décide de s’exiler en Belgique. Médias de gauche et gouvernement socialiste en tête, nos biens-pensants se précipitent pour l’affubler de noms d’oiseaux. Ouep, super. N’est-ce pas aller vite en besogne ?

Au final

Au final, John Lennon, Gérard Depardieu, ou n’importe quel artiste : ces gens sont des êtres humains et pas des dieux. Ils ont des défauts comme des qualités. Ils pètent au lit. Ils sont décoiffés le matin au réveil. Ils ont réussi à force de souffrance, de patience, de travail, de persévérance. La chance, là-dedans, je ne la vois pas. On peut ne pas aimer les personnages dans leur vie privée. On peut quand même saluer ce qu’ils ont fait ou ce qu’ils font encore.

Qui peut dire, aujourd’hui, si la France a tord ou a raison dans l’affaire Depardieu, j’entends par là dans le départ des entrepreneurs hors de France et dans la volonté de l’Etat français de créer un peuple nivelé ? Car le fond du problème est bien là : en subventionnant ceux du bas et en rackettant ceux du haut, on obtient un peuple nivelé, un peu comme si notre pays n’était occupé que par des fonctionnaires.

Personnellement je n’ai jamais caché être opposé à cette voie (cf. Peut-on encore s’enrichir en France ?). Le jour où mon pays ne correspondra plus à la vision que j’ai de la vie, qu’est-ce qui m’empêchera de m’exiler ? Je peux très bien créer un business hors de France, rien ne m’en empêche. Qu’on laisse au moins à Depardieu sa liberté.

Le journaliste David Abiker dans le journal l’Express, hier en début d’après-midi :

L’amour du pays c’est pour 14-18 ou 1998, c’est pour justifier les morts ou supporter les buts.

La France est devenue un pays insupportable parce qu’elle ne se supporte plus, parce qu’elle est fatiguée de se mentir, parce qu’elle n’aime ni ses jeunes, ni ses vieux, ni ses hommes, ni ses femmes et qu’elle est devenue incapable de pardonner à un artiste, elle qui du temps de la Renaissance les faisait venir de l’Europe entière.

La France est devenue insupportable parce qu’elle est tout simplement malheureuse, malheureuse comme une personne qui vous fait peine.

Partir de France aujourd’hui, ce n’est certainement pas une déchéance, ou un passage à l’acte fou, c’est juste un rêve sain, un rêve de Brésil, un rêve d’ailleurs dans une Europe plombée où d’autres nations, d’ailleurs, réussissent mieux que nous à se réinventer, à gérer le vieillissement, l’éducation, le travail, le partage, l’effort, les retraites. Partir de France, c’est certes un privilège de riche, mais c’est aussi une alternative pour les plus jeunes. (source)

Maquillez votre adresse IP

Être anonyme sur internet

Nordvpn bannière maquiller votre adresse ip

4 réflexions au sujet de “John Lennon / Gérard Depardieu : où est le rapport ?”

  1. Le mec paye des millions d’€ d’impôts par an, est-il normal de gagner autant quand d’autres vivent dans la rue ? C’est une question ouverte, sans vraie réponse.
    Cependant au delà d’un certain revenu mensuel, je trouve qu’il est normal de contribuer un peu plus à la société qui lui a permis de s’enrichir.

    Répondre
    • lol, je me doutais bien que tu allais me balancer un truc dans le genre 😀 Que répondre ? Comme tu le dis ça reste une question ouverte.

      EDIT du 21/12 :

      Faire fuir du pays ceux qui prennent des initiatives et donc qui enrichissent la nation et créent des emplois ne me semble pas une solution, créant de la pauvreté.
      Adopter la philosophie communiste en faisant de l’Etat le seul patron créant des emplois me semble liberticide, créant la encore de la pauvreté.
      Ce qui m’a fait prendre partie pour Depardieu, c’est la liberté. C’est ce qui me motive.

Laisser un commentaire