Peut-on encore s’enrichir en France ?

 Article modifié dernièrement le 22 Déc 2012 @ 19 h 28 min

J’ai été un peu déçu par l’article du journal Le Monde sur la façon dont les riches sont considérés en France (cf. ici en ligne). J’ai trouvé cet article un peu partial et dirigé. J’ai été habitué à des articles plus neutres dans ce journal en lequel je croyais.

Tout d’abord ce thème est très bon parce que ce débat mérite d’être posé en France. La façon dont les gens qui gagnent de l’argent sont considérés en France conditionne beaucoup de choses quant à l’avenir.

  • Veut-on un pays de fonctionnaires ?
  • Veut-on favoriser l’entreprenariat ?
  • Veut-on que les futurs emplois soient payés uniquement par l’Etat ?
  • Veut-on que ce soit des initiatives personnelles qui créent de l’emploi ?
Une chose m’a plu dans l’article du Monde : c’est le constat affirmant que de plus en plus d’entrepreneurs quittent la France pour lui préférer les pays anglosaxons :
  • New-York
  • Londres
…où les gens qui réussissent font rêver et deviennent des exemples. L’article précise bien aussi que les riches sont considérés en France comme des nantis qui ne méritent pas leur argent.
Ce qui m’a moins plu, c’est que le journaliste termine sur une morale prenant partie, affirmant, pour résumer, qu’il vaut mieux privilégier le bien-être dont on bénéficie en France plutôt que privilégier la richesse dans un pays étranger loin de ses origines.

© Tucano Computer Bags – Flickr.com (Réunion des jeunes entrepreneurs à Capri)

C’est aller un peu vite en besogne. C’est oublier qu’aujourd’hui, les frontières peuvent très vite être dépassées. C’est oublier qu’être dans un pays capitaliste, c’est encourager la notion de mérite et donner de l’argent à celui qui invente, qui crée, qui a le courage de se lancer. La mentalité inverse consisterait plutôt à penser que l’Etat doit distribuer les richesses lui-même entre les citoyens, au risque de ne plus motiver les gens et d’anéantir leur esprit créatif.

A l’extrême, imaginer un pays peuplé uniquement de fonctionnaires, c’est quoi ?
  • N’est-ce pas un pays où les gens sont payés de la même façon qu’ils soient courageux ou feignants ?
  • N’est-ce pas un pays où les gens sont payés de la même façon qu’ils soient en arrêt maladie ou qu’ils travaillent durant des heures atypiques ?
  • N’est-ce pas un pays où les gens sont augmentés uniquement en fonction de leur ancienneté, décourageant les plus jeunes qui ont envie d’avancer ?
L’article ne réfléchit pas à ce genre de sujets, ce qui rend le thème traité tronqué.
  • Combien de gens ont peur de prendre des risques ?
  • Combien de gens se plaignent de leur emploi sans avoir le courage de créer eux-même leur entreprise?
  • Combien de gens se plaignent de leur sort sans se prendre en main pour changer eux-mêmes leur destin ?
Ces questions-là ne sont pas posées parce qu’elle ne sont pas politiquement correctes. Mon article à moi n’est peut-être pas impartial non plus mais ce que vous êtes en train de lire est un blog, pas un journal d’informations.

Trois flèches vers le bas

1- Logiciel de brouillage d’adresse IP :

Contourner la censure en surfant anonyme

2- L’article explicatif :

La différence entre un proxy et un VPN

3- Comment espionner un smartphone (app) :

L’application de référence

Commentez ici

  • marie lari 30 novembre 2012, 15 03
  • Greg 30 novembre 2012, 17 05

    Petite précision : croyez-vous qu’un pays où la richesse est permise entraîne inévitablement un surplus de gens pauvres ? Ne peut-on pas créer de la richesse tout en assurant une solidarité sociale ?

  • Thierry Tsagalos 8 décembre 2012, 10 10

    Très bon article

    Je partage vos points de vues sur la maîtrise de son destin mais aussi le fait que beaucoup se lamentent sur leur sort sans vouloir creer leur entreprise

    Mais dans un pays ou l’état favorise certaines sociétés au détriment des autres et ou il y a bcp de contraintes beaucoup de nos compatriotes sont tout simplement découragé

  • Greg 8 décembre 2012, 13 01

    Oui, et ce découragement devrait justement alerter les politiques. Au lieu d’alléger les impôts des entreprises, peut-être qu’alléger leurs prélèvement sociaux à la source aurait été plus judicieux, favorisant justement des débuts difficiles quand des impôts ne sont payés qu’en cas de rentrées d’argent. La différence me paraît énorme.

  • Thierry Tsagalos 9 décembre 2012, 10 10

    Et bien pour vous relater mon expérience la plupart des entreprises , les petites , les moyennes celles qui emploient des salariés , ceux qui sont à leur propre compte ne payent pas tant que ça d’impôts sur les sociétés car bien peu ont vraiment des bénéficices bien souvent elles ne gagnent peu car il y a des impôts fixes même en cas de perte d’argent ( charges sociales minimales meme en cas de non versement de salaire qui grêve notamment les sarl et eurl , la taxe foncière sur un bien immo , et dorénavant la cotisation foncière territoriale ( remplaçant de la taxe pro ) peut être très douloureuse

    Cette cotisation foncière territoriale a eu une augmentation très douloureuse sur l’agglo de Montpellier mais grâce à des actions manifestations , articles presse , protestation … nous avons peu faire revenir l’agglo en arrière car elle avait mis en effet des augmentations x8 par exemple une boulangerie devait payé 11 000 , une petite couturière à domicile qui gagne que 800 € par mois devait payé 1200 € sur un an …

    Donc tout ces gens sont loins de faire des benefs et payer impôts car avant il ya multitudes d’impôts à payer qui n’ont pas trop de rapport avec le fait des bénéfices ou pas

    Bien sur il faut rajouter en indépendant , eurl … les 50 % de charges sociales RSI sans qu’en plus il y aie d’assurance chômage ….

    DOnc oui c’est un truc de dingo qui décourage surtout les salariés de se lancer , les plus faible et les plus vulnérable ….

    Les politiques jusqu’à maintenant s’en foutaient il s’en préoccupent que si tu descends dans la rue et moi même je ne pensais pas qu’une manifestation pouvait avoir son effet mais les politiques ont très peur des répercussions médiatiques et des mouvements de contestation dans les rues donc les entrepreneurs on doit plus souvent se manifester

    Il faut aussi comprendre que dans plusieurs pays comme la greece ou le portugal après que les commerces et petites sociétés se sont écroulés ce sont les fonctionnaires qui ont vu leur salaire baissé de 30/40 % donc c’est une question de temps mais les entreprises s’écroulent , tout s’écroule après peu à peu

  • Greg 9 décembre 2012, 12 12

    Merci pour ton expérience qui en effet peut éclairer le sujet. Mais tout n’est pas qu’une question d’imposition ou de difficulté, pour les entrepreneurs, à résister aux taxes étatiques. L’article précise bien qu’il existe un autre problème à gérer pour les entrepreneurs en France, plus sournois, plus diffus, qui est le regard que porte sur eux la société française.

    Cela ne fait plaisir à personne de se balader sur une île, loin de la métropole, et d’être victime de racisme parce que vous êtes blanc de peau et issu de la métropole justement. De la même façon, les entrepreneurs en France se sentent victimes de racisme parce qu’ils gagnent de l’argent et que c’est mal vu dans ce pays. Voilà un problème bien réel qui pousse pas mal de créateurs à tenter l’aventure ailleurs que dans ce pays taxé de toutes parts pour assurer des allocations en tout genre, et on peut difficilement les blâmer pour ça.

Article suivant:

Article précédent:

Share This