Ce qui plaît dans les jeux vidéo

 Article modifié dernièrement le 7 Juin 2011 @ 16 h 15 min

    1/ Le jeu vidéo en tant qu’anti-dépresseur

Le soir, après une journée de travail harassante, lancer son jeu vidéo préféré et se plonger dedans permet, j’en suis sûr, de retrouver des règles du jeu que l’on connaît, dans un univers que l’on a l’habitude d’arpenter et que l’on domine. A l’intérieur de ce monde virtuel, nous sommes un héros – un héros qui connaît des difficultés, certes, puisque notre avatar est confronté à des monstres ou des problèmes difficiles à résoudre, mais un héros quand même.

c gnackgnackgnack - Titre : Video game night, invasion from space

© gnackgnackgnack - Titre : "Video game night, invasion from space"

Quand la vie semble difficile, quand tout va mal, retrouver le jeu vidéo est pour moi une sorte d’anti-dépresseur. Il possède une vertu rassurante. A mon sens, aucun danger à se réfugier dedans à partir du moment où le jeu ne remplace pas la réalité pour celui qui s’y adonne.

    2/ Le jeu vidéo en tant qu’addiction : une fausse idée ?

Je parle de cette facette du jeu parce que c’est elle qui fait l’actualité. Il est bien connu que les médias « concurrents », comme au hasard la télé, n’aiment pas le jeu vidéo et se plaisent à diffuser des documentaires alarmistes et parfois complètement mensongers sur les mauvais effets du jeu vidéo. La plupart du temps, si l’on écoute ces reportages grand public, soit le jeu vidéo rend violent, soit il rend accro. Je ne vais pas rentrer dans ce débat, aujourd’hui ce n’est pas l’objet de mon article. Pour ma part, je suis convaincu que des gens peuvent en effet être accro. ou peut-être violents après avoir joué à un jeu, mais que ce n’est pas le jeu qui en est la cause. A chaque fois il y a d’autres problèmes derrière.

Par contre le jeu vidéo peut être une passion, un loisir parfois prenant comme peut l’être la télévision, la musique ou le marathon. Si certaines personnes ne suppportent pas que des gens préfèrent le jeu vidéo à d’autres loisirs, le problème ne vient-il pas de cette intolérance ? Ne faut-il pas se demander pourquoi une certaine frange de la population ne supporte pas la différence, ou ne supporte pas que des gens pensent différemment ? Personnellement j’ai souvent été confronté à ce genre de personnes intolérentes et condescendantes, pour qui seules leurs occupations sont dignes d’ntérêt. Je n’ai jamais supporté cet esprit. La solution que j’ai trouvé ? Tout simplement m’éloigner d’elles 😀

Excellent T-Shirt Geek par c Now and Here

Excellent T-Shirt Geek par © Now and Here

    3/ Le jeu vidéo en tant que lien social

Il s’agit d’une facette du jeu vidéo assez récente, qui ajoute un autre plaisir : celui de pouvoir se mesurer aux joueurs du monde entier, via les jeux en ligne, ou mieux (principalement avec les MMO mais aussi, par exemple, avec des FPS comme Counter Strike) celui de jouer en coopération avec eux. Discuter en ligne, s’organiser (souvent de façon hiérarchique) afin de constituer un groupe de joueurs, se préparer, récolter des ressources in game afin de réussir des épreuves ou construire des bâtiments virtuels ensemble, s’entraider afin de venir à bout, en groupe, d’ennemis impossibles à vaincre en solitaire : voilà le genre de challenges qu’il est désormais possible de relever en jouant aux jeux vidéo.

La nouvelle identité virtuelle du joueur permet à ce dernier d’avoir un rôle qu’il n’aurait pas dans la vie réelle (IRL : in real life). Il s’agit d’une autre manière de jouer, différente des jeux que nous avons connus il y a vingt ans. L’inconvénient est que dans ce genre de jeux (massivement multijoueurs), il faut pouvoir investir beaucoup de temps libre : sans connection régulière au jeu, votre personnage n’arrivera pas à se faire connaître de la communauté de joueurs et ne parviendra pas à conserver des relations durables. C’est ce pour quoi j’ai cessé d’y jouer. Mais cet inconvénient, connu des développeurs et de plus en plus mis en cause par les joueurs, sera certainement corrigé dans les années à venir.

Trois flèches vers le bas

1- Logiciel de brouillage d’adresse IP :

Contourner la censure en surfant anonyme

2- L’article explicatif :

La différence entre un proxy et un VPN

3- Comment espionner un smartphone (app) :

L’application de référence

Commentez ici

  • Greg 3 septembre 2010, 14 02

    J’adore les deux photos de l’article 🙂 Du bon Geek ça ..

  • Guillaume44 3 septembre 2010, 15 03

    Très intéressant cet article !

    1- réussir un niveau ou une partie de jeu vidéo a un effet stimulant et motivant pour réussir d’autres tâches du quotidien, je trouve.

    2- la TV qui dénonce l’addiction aux jeux vidéo ou au web, je trouve ça très hypocrite de leur part.

    3- j’étais très demandeur de jeux vidéo se jouant en réseau il y a quelques années, car j’étais bluffé par la possibilité de créer des liens sociaux avec des personnes du monde entier rien qu’en rejoignant la même équipe d’aventuriers.

  • Greg 3 septembre 2010, 15 03

    Je vois qu’on a à peu près le même parcours, Guillaume44. Peut-être un jour pourras-tu écrire un article sur ton blog sur un de mes romans publiés 😀 (on peut toujours rêver) ++

  • Greg 4 septembre 2010, 21 09

    Je viens de relire ton commentaire, Guillaume44, et en effet ta remarque sur les tâches du quotidien qui prennent une autre tournure pour les joueurs est, je trouve, très pertinente. Le joueur développe des réflexes, un goût pour les défis mais aussi une mentalité ; cette mentalité peut peut-être « servir » dans la vie réelle comme tu le laisses entendre.

  • meduz' 5 septembre 2010, 11 11

    Également d’accord avec Guillaume44, j’ai pour prévision d’aborder cet aspect au travers d’un article sur mes années de WoW, d’ailleurs. J’ai un goût très prononcé pour le challenge et je suis convaincu que les jeux (mais aussi le sport) y sont fortement liés.

    Petite modification, j’ai failli oublier : on ne met jamais de « s » à vidéo et à multijoueur (sauf, pour ce dernier, quand il est employé comme adjectif, comme c’est le cas dans l’article).

  • Greg 5 septembre 2010, 11 11

    En effet ton expérience sur WoW serait, je pense, très intéressante si tu la développais dans un article.

    PS : j’ai fait une faute ?

  • meduz' 5 septembre 2010, 11 11

    Oui, « jeux vidéos », dans le titre et à la fin du premier paragraphe du point 3. Je corrige parfois des articles pour un site de jeux, justement, et ces fautes-là sont les deux plus courantes, même en martelant les fautifs sadiquement depuis plusieurs années :D.

  • Greg 5 septembre 2010, 11 11

    l ol merci je corrige tout de suite 🙂

Article suivant:

Article précédent:

Share This