Blade Runner : le film culte de Ridley Scott avec Harrison Ford et Rutger Hauer

Photo of author
Écrit par Mallory Lebel

Se sentir libre de concilier "vie privée" et "vie numérique" sans intrusion.

Ma page Facebook

Philip K. Dick : l’écrivain derrière Blade Runner

Philip K. Dick est un écrivain de science-fiction pilier de l’âge d’or de la SF américaine (1940 – 1950), un visionnaire convaincu que la réalité telle que nous la concevons n’est en fait qu’une version possible du réel parmi tant d’autres.

Il a inspiré de nombreux films, de Blade Runner (lire sa nouvelle : Do Androids Dream of Electric Sheep ? Les Androïdes rêvent-ils de moutons électriques) à Total Recall, de Paycheck à Minority Report et même Inception (→ voir la liste complète dans notre article).

Doté d’une musique électronique transcendante du compositeur grec Vangelis, d’effets optiques révolutionnaires, de maquettes et de miniatures de Douglas Trumbull (2001 : l’Odyssée de l’espace) et d’une photographie luxuriante de Jordan Cronenweth, « Blade Runner » est une véritable révélation à contempler.

Le mémorable discours de Hauer « Les larmes dans la pluie » sur le toit pluvieux avec Deckard avant qu’il n’expire est l’un des moments les plus indélébiles de l’histoire du cinéma.

Son discours a été écrit par le scénariste David Peoples et modifié à la dernière minute par Hauer lui-même. Des rumeurs ont confirmé que les membres de l’équipe qui assistaient au tournage ce jour-là avaient les yeux plein de larmes après le monologue de la mort.

Blade Runner est sorti le 25 juin 1982 et a reçu un accueil médiocre à sa sortie

Il était loin d’être le chef-d’œuvre influent qui est aujourd’hui considéré comme l’un des plus grands films de science-fiction de tous les temps.

Son récit dystopique d’un Los Angeles futur de 2019 devenu une mégalopole en ruine et de son équipe d’assassins anti-androïdes est adapté du roman de 1968 de l’auteur Philip K. Dick.

Avec Harrison Ford, qui sortait tout juste des tournages de « Star Wars : The Empire Strikes Back » et « Raiders of the Lost Ark » , « Blade Runner » raconte l’histoire de Rick Deckard, un détective hagard affecté à l’équipe Blade Runner pour « mettre à la retraite » les humains synthétiques sur Terre après qu’ils aient été déclarés illégaux, sauf pour une utilisation dans des colonies hors du monde où ils ont été déployés comme main-d’œuvre esclave.

Blade Runner : le film

Ce film (sorti en 1982) est mon film culte, mais il est également une référence pour de nombreux admirateurs de SF ou d’autres de Ridley Scott.

c Pineapples101
© Pineapples101 – Découvrez l’homme derrière l’un des plus grands films de science-fiction de tous les temps avec notre article sur Philip K. Dick, l’auteur de « Do Androids Dream of Electric Sheep? » qui a inspiré « Blade Runner » et bien d’autres films.

A chaque fois que je le visionne, je découvre de nouvelles facettes que j’avais négligées auparavant. D’autres fois je savoure simplement la musique totalement envoûtante de Vangélis, ou la beauté fulgurante des images.

Le son, l’image, le silence, le temps qui est pris pour nous conter l’histoire : tout est un régal dans ce film. Vraiment tout. Pas un faux pas. Je parle pour la version « réalisateur » du DVD.

En deux mots : Un ancien chasseur d’androïdes est chargé d’éliminer cinq d’entre eux issus de la dernière génération. A lui de se débrouiller pour tenter de les différencier des êtres humains.

Le jeu des acteurs, Harrison Ford, Rutger Hauer et Sean Young en tête, est merveilleux, sans compter le réalisateur Ridley Scott qu’on ne présente plus.

Les androïdes Nexus-7

Construits par l’infâme Tyrell Corporation, ces robots avancés appelés Réplicants sont identiques aux humains et l’entreprise technologique a fait progresser son produit jusqu’à la phase NEXUS-6.

Lorsqu’une équipe de six Réplicants massacre l’équipage d’une navette et revient sur Terre, la rafle est lancée et le chasseur de primes est chargé de retrouver les quatre survivants.

« Blade Runner » met en scène Rutger Hauer dans le rôle du réplicant de combat Roy Batty, Daryl Hannah dans le rôle de Pris, un androïde sex-bot, Joanna Cassidy dans le rôle de Zhora, Brion James dans le rôle de Leon, et Sean Young dans le rôle de la ravissante Rachael, un modèle Nexus-7 auquel on a intégré de faux souvenirs pour lui fournir un coussin émotionnel.

M. Emmet Walsh interprète le capitaine Bryant, le patron de Deckard, et Edward James Olmos joue le détective Gaff, un autre Blade Runner qui connaît la vérité sur Deckard.

Ridley Scott

Pour son projet suivant Alien (1979), le cinéaste visionnaire s’est tourné vers un scénario écrit par David Peoples et Hampton Fancher, dont l’ami producteur Brian Kelly avait pris une option sur le livre de Philip K. Dick.

Le projet a immédiatement séduit Scott, qui a estimé qu’il offrirait un canevas parfait pour un film de science-fiction d’avant-garde contenant des éléments provocateurs sur la mortalité, les dangers d’une science trop poussée, la nature de l’humanité et un affrontement inévitable avec une technologie d’intelligence artificielle marginale.

Imprégné de la brume bleue de la fumée de cigarette, des paysages urbains sinistres et des personnages méprisables et imparfaits qui peuplent les polars classiques de Dashiell Hammett et Raymond Chandler, « Blade Runner » a réinventé les films de science-fiction cérébraux d’une manière qui reste à la fois insaisissable et éclairante.

  • La construction exquise du monde,
  • le ton sombre
  • et la conception imaginative de la production de Ridley Scott dans « Blade Runner » sont légendaires

Cet enfer baigné de néons, avec une pluie acide perpétuelle arrosant le fléau urbain surpeuplé et des voitures volantes zébrant au-dessus de la décadence, est depuis lors la norme visuelle pour la plupart des films de science-fiction sombres et des jeux vidéo.

2 astuces pour améliorer votre anonymat en ligne

1/ Pensez à l'utilisation d'un VPN : une application VPN va changer votre adresse IP pour simuler celle de n'importe quel pays. Vous pourrez donc accéder à n'importe quel contenu, même celui qui est géo-restreint. Ce logiciel chiffre aussi votre trafic internet pour éliminer les malwares et les risques de piratage.
2/ Pensez à utiliser un gestionnaire de mots de passe : Il va enregistrer vos mots de passe (compliqués) pour les insérer automatiquement pour vous, et il peut vous générer des mots de passe compliqués aléatoires (versions déclinables pour téléphones et ordinateurs).
L'offre NordVPN cumule les 2 avantages

Il s’agit là d’un héritage remarquable en soi, si ce n’est la myriade d’autres influences et inspirations que le film a fournies à des générations d’artistes, de concepteurs et de cinéastes. Il s’agit notamment du premier grand film à se plonger dans ce que William Gibson, l’auteur de « Neuromancer », appellera plus tard le cyberpunk.

mechant nexus 7 dans blade runner 1982
Dans « Blade Runner », Harrison Ford incarne Deckard, un chasseur d’androïdes chargé de « mettre à la retraite » les humains synthétiques. Découvrez comment Ridley Scott a donné vie à l’histoire de Philip K. Dick.

Un aspect controversé de la sortie en salle qui a été discuté ad nauseam est la voix off maladroite de Harrison Ford sur Deckard, en réponse aux cadres nerveux du studio qui craignaient que le public ne soit pas en mesure de suivre l’intrigue.

Ford a apparemment fait une lecture intentionnellement plate de ce dialogue hardboiled, peut-être pour se révolter contre l’ajout, mais peut-être aussi simplement pour imiter ce genre d’élocution impassible que l’on entend dans les films policiers hollywoodiens d’antan.

Cette voix off drolatique et inutile a heureusement été supprimée dans le film « Blade Runner » : La version du réalisateur de 1992 et la séquence du rêve de la licorne de Deckard a été ajoutée, confirmant que le chasseur de primes était bien un réplicant expérimental puisqu’il était associé aux licornes en origami de Gaff.

Cette version, qui est pour moi la meilleure, montre aussi une fin heureuse avec Deckard et Rachael survolant la campagne dans une voiture volante Spinner.

La version Final Cut de Blade Runner (2007)

La variante la plus complète, et la préférée de Scott, est de loin Blade Runner : The Final Cut de 2007, qui a été remastérisé pour l’image et le son dans le cadre du 25e anniversaire du film.

  • Cette version supprime la fin heureuse et la voix off,
  • conserve la séquence de la licorne,
  • ajoute une nouvelle scène de cascade de la Zhora de Joanna Cassidy
  • et permet à Roy Batty de lâcher sa colombe blanche dans un ciel assombri au lieu de la lumière du jour.
rachel et deckard dans blade runner 1982
Les réplicants de « Blade Runner » sont devenus des icônes de la culture populaire. Découvrez comment le réalisateur Ridley Scott a créé ces êtres synthétiques dans l’adaptation cinématographique du roman de Philip K. Dick.

La suite : Blade Runner 2049

La suite « Blade Runner : 2049 » réalisée par Denis Villeneuve en 2017 est un beau compagnon pour le film original, qui respecte son héritage et reste soigneusement conçu pour s’accorder avec le chef-d’œuvre de Scott.

À l’occasion de son 40e anniversaire, il est satisfaisant de savoir que « Blade Runner » est toujours disséqué et discuté comme le film d’art de science-fiction par excellence qu’il est, un film qui pénètre dans les mystères de la création et ses responsabilités inhérentes alors que l’humanité s’efforce d’éviter de s’exterminer elle-même dans le sillage des progrès de la technologie et des machines qui décapent l’âme.

Une vidéo expérimentale en hommage au film

Un fan a monté une vidéo en hommage à ce film.

Il a d’abord extrait toutes les frames du film avant de les coller toutes ensemble à l’affilée pour un tirer une seule et même image, aux dimensions gigantesques (3.5 gigapixels !).

Enfin il a fait défiler une caméra virtuelle au-dessus de cette image pour donner l’illusion d’une pellicule de film qui se déroule sous nos yeux. En image cela donne ça :

Avec « Blade Runner », Sir Ridley Scott a créé une ambiance méditative et un rêve dystopique que le monde entier peut méditer, et c’est une réussite étonnante qu’il faut saluer après quatre décennies. Pas mal pour le troisième film du cinéaste britannique !

Attention : Nous vous conseillons d’utiliser un VPN avant de télécharger un film. Un VPN maquillera votre adresse IP.

Ni votre fournisseur d’accès internet, ni n’importe quel hacker ne pourra remonter à votre identité car votre trafic sera instantanément chiffré.

NordVpn est le VPN que nous vous conseillons pour sa vitesse, son double chiffrement et son absence d’enregistrement de vos historiques.

Catégories Web

Maquillez votre adresse IP

Être anonyme sur internet

Nordvpn bannière maquiller votre adresse ip

2 réflexions au sujet de “Blade Runner : le film culte de Ridley Scott avec Harrison Ford et Rutger Hauer”

  1. Je suis en train de le revisionner en ce moment pour chronique, c’est un imposant morceau, fascinant et difficile d’approche, tant il a de facettes !

    Répondre

Laisser un commentaire