… La guerre en Irak a bien eu lieu

 Article modifié dernièrement le 23 Jan 2010 @ 14 h 08 min

  • Causes de cette guerre avancées en 2002 par le Président américain George Bush

— George Bush (président, parti républicain) :

« Saddam Hussein représente une grave menace pour les Etats-Unis et j’en ai conclu que nous devions user de la force pour le ramener à la raison ».

— Rockefeller (sénateur démocrate et président de la commission sur l’espionnage) :

« Nous détenons la preuve irréfutable que Saddam Hussein est en train de mettre au point des armes nucléaires et qu’il pourrait s’en servir dans un délai de cinq ans ».

— La résolution autorisant le recours à la force militaire contre l’Irak a donc été votée le 10 octobre 2002 aussi bien par les républicains que les démocrates.

  • La vérité

En réalité, cette « preuve irréfutable » n’a jamais existé et le dictateur irakien était très loin de se doter de l’arme nucléaire (cf. par exemple l’Agence internationale de l’Energie atomique AIEA).

  • Que pouvaient faire les démocrates pour contrer cette guerre ?

— Le retrait des troupes d’Irak ne pouvait être voté par les démocrates anti-guerre contre le veto présidentiel. Par contre, que ce soit au Sénat ou à la Chambre des représentants, ils pouvaient ne pas voter les lois de financement de cette guerre, et refuser les milliards de dollars de dépenses publiques qui alimentaient la guerre.

— Ils ne l’ont pas fait.

  • Un exécutif faible et sous contrôle ou un exécutif dominateur ?

Les pères fondateurs de la république américaine désiraient un exécutif faible et sous contrôle.

— Mais d’une manière générale, le contrôle de l’exécutif, dans les pays occidentaux, a tendance à s’affaiblir. Un homme seul au pouvoir, ça fait peur. Une seule tête aux commandes de tout un Etat, est-ce cela le visage d’une démocratie ?

Trois flèches vers le bas

1- Logiciel de brouillage d’adresse IP :

Contourner la censure en surfant anonyme

2- L’article explicatif :

La différence entre un proxy et un VPN

3- Comment espionner un smartphone (app) :

L’application de référence

Commentez ici

Article suivant:

Article précédent:

Share This