La liberté d’expression existe-t-elle sur les réseaux sociaux ?

Photo of author
Écrit par Mallory Lebel

Aidons les citoyens à protéger leurs communications & leurs discussions numériques, qu'ils puissent vivre sans craindre d'être surveillés.

Lorsque la Cour européenne des droits de l’homme a été mise en place, la liberté d’expression a été consacrée. Nous avons tous reçu le droit d’exprimer n’importe quelle opinion sans censure ni restriction.

Être capable de laisser de laisser les mots rouler sur votre langue sans avoir à deviner vos pensées pourrait être l’un des plus grands avantages de vivre en France.

Bien que nous soyons libres de dire ce que nous voulons, nous n’avons pas le droit d’exprimer une opinion qui :

  • offense
  • menace
  • ou insulte des groupes
  • en fonction de la race
  • de la couleur
  • de la religion
  • de l’orientation nationale
  • ou du handicap (discours de haine)

La liberté d’expression s’applique-t-elle sur internet si on nous impose des limites ?

Existe-t-il un moyen de faire des compromis ?

La limite entre la protection des utilisateurs par la censure et la possibilité de s’exprimer librement est-elle devenue floue ?

Les réseaux sociaux sont devenus un guichet unique pour beaucoup :

  • ils permettent de se tenir au courant de l’actualité
  • des potins des célébrités
  • un journal
  • un outil pour développer les affaires
  • et, surtout, un sanctuaire où la Cour européenne des droits de l’homme pourrait être utilisée comme un bouclier protégeant des conséquences de leurs paroles

Des sites tels que Facebook et Twitter ont fait un effort plus conscient pour réglementer le contenu publié sur leur plate-forme

Facebook a été critiqué pour avoir banni une image de la guerre du Vietnam en raison de sa réglementation sur la pornographie, et a dû revenir sur sa décision en déclarant :

« En raison de son statut d’image iconique d’importance historique, la valeur du partage autorisé l’emporte sur la valeur de la protection de la communauté par le retrait, nous avons donc décidé de réintégrer l’image sur Facebook où nous savons qu’elle a été retirée »

Facebook a le potentiel pour devenir l’une des plus grandes sources d’informations au monde

Sa position ferme en matière de censure pourrait affecter ce à quoi les utilisateurs ont accès.

  • Le fait d’être un candidat aux élections vous oblige-t-il à respecter des normes différentes sur les réseaux sociaux ?
  • Est-ce aux applications de réseaux sociaux de contrôler les idées censurées ?
  • Comment les administrateurs peuvent-ils créer des politiques qui n’imposent pas les droits des autres tout en maintenant une expérience utilisateur globalement positive ?

Bien sûr, il est important que les plateformes surveillent :

  • la pornographie infantile
  • le harcèlement
  • l’intimidation en ligne
  • les discours de haine en général

…mais comment créer un équilibre parfait ?

Il est important que les utilisateurs puissent se servir des réseaux sociaux comme d’un havre de paix et qu’ils n’aient pas l’impression d’être diabolisés pour avoir exprimé leurs opinions, tant qu’ils ne se sentent pas menacés. Plus facile à dire qu’à faire ?

Pour que cela soit fait correctement, les sites de réseaux sociaux doivent trouver un compromis raisonnable, donnant aux utilisateurs une plateforme pour exprimer leurs opinions en toute sécurité sans craindre d’être punis.

liberte de paroles menacee sur les reseaux sociaux

Flèche double bas
Si vraiment vous souhaitez être anonyme lorsque vous publiez un commentaire ou un article sur internet, il vous faut un VPN.

Ce type de logiciel maquille votre adresse IP, cache votre identité et chiffre votre connexion.

NordVPN est basé au Panama pour éviter l’obligation d’enregistrement des historiques (très rapide).

LeVPN est moins cher, français, basé à Singapour pour les mêmes raisons (moins diversifié).

Twitter a peut-être trouvé la recette

Les utilisateurs de Twitter ont à leur disposition une fonction de « mots en sourdine » sur Twitter. Cette option permet aux utilisateurs de créer une liste de mots et de phrases indésirables qu’ils ne voulent pas voir sur leur ligne de temps, tout en les laissant à la disposition des autres.

Techniquement parlant, Twitter dispose d’une procédure d’appel en cas de bannissement : Vous soumettez un ticket et fournissez des détails. Mais comme Twitter a pour politique de ne pas divulguer la nature du tweet incriminé ni qui (si quelqu’un) l’a signalé, il y a souvent peu de détails à fournir.

Tout ce que la plupart des appelants peuvent dire, c’est que leur compte a été suspendu et qu’ils n’ont violé aucune règle.

  • Certaines personnes n’ont jamais de réponse
  • d’autres reçoivent une lettre type rejetant leur appel
  • Les appels répétés donnent des résultats similaires

Peu de personnes parviennent à contourner l’IA de Twitter et à obtenir une critique humaine

Twitter a peut-être commencé comme une plateforme égalitaire, mais l’insaisissabilité croissante de sa critique humaine ne fait que creuser le fossé entre les initiés de l’establishment et tous les autres.

Le problème sous-jacent est que les réseaux sociaux sont de plus en plus incités (par les pouvoirs publics et les forces du marché) à éliminer tous les messages susceptibles de contenir des discours haineux ou des menaces violentes. La modération humaine est coûteuse, tout comme une meilleure IA, et l’IA est loin d’être capable de distinguer les menaces fictives des menaces réelles.

Quelle est donc la solution ?

Certains juristes notent que les plateformes de réseaux sociaux, bien que privées, sont devenues l’équivalent de places publiques, et ils appellent à une législation pour faire de l’accès aux plateformes un droit civil.

Mais si tout le monde a accès aux plateformes, que sont censées faire les entreprises de réseaux sociaux face aux discours haineux et aux incitations à la violence ?

La réponse est claire : allez-y et laissez l’IA faire disparaître les messages et les tweets qui les déclenchent. Mais ne confiez pas à l’IA le soin de choisir les comptes à suspendre indéfiniment.

Il y a, après tout, une énorme différence entre la suppression d’un tweet et la suppression d’un humain.

Vous voulez maquiller votre adresse IP ?

Lancez ce logiciel pour dissimuler votre trafic et votre identité

Nordvpn bannière maquiller votre adresse ip

0 réflexion au sujet de « La liberté d’expression existe-t-elle sur les réseaux sociaux ? »

Laisser un commentaire