15 conseils pour bien drafter et bien composer votre deck – drafts Magic the Gathering

 Article modifié dernièrement le 15 Mai 2010 @ 9 h 39 min

Prendre les créatures et le déplacement de créature. Pâlit tout autrement dans la comparaison.
Essayer d’éviter plus de deux couleurs. Ne pas éclater vos boules faisant un travail de plate-forme d’une couleur. Dans le premier cas, votre mana sera imprévisible. Dans la seconde, vous finirez vers le haut la mise dans trop de cartes suboptimales juste pour avoir le mana lisse.
Essayer de connaître votre couleur primaire (ou une de vos couleurs primaires) après que le premier paquet. Savoir dans le meilleur des cas les deux couleurs après la seconde.
Ne pas avoir peur pour changer des couleurs dans le deuxième paquet. Avoir peur pour changer des couleurs dans le tiers.
L’évaluation de carte est beaucoup plus généreuse dans l’ébauche. Généralement c’est un format plus lent puisque des plate-formes bien-ne sont pas accordées, ainsi une fiche des coûts cinq ou six de moulage est jouable. Mais évidemment ne pas les exagérer.
Les créatures avec l’évasion (crainte, vol, landwalk) sont extrêmement fortes.
Une plate-forme well-rounded est plus forte qu’une plate-forme faible avec des bombes d’un couple.
Elle n’est pas en valeur la haine rédigeant (sélectionnant une carte que vous ne pouvez pas employer juste ainsi personne d’autre peuvent) beaucoup. Une carte médiocre que vous jouez avec t’est bien plus utile qu’une bombe qui vous des mai ou mai ne pas voir dans un jeu.
Observer quelles couleurs sont sélectionnées par le de personnes vous alimentant' (te passant les paquets). Ne pas les lutter pour ces couleurs. Vous serez récompensé par de bonnes sélections sur le troisième paquet. Les voisins ont un droit acquis dans la coopération pour des couleurs de sorte qu'ils tous aient de bonnes plate-formes. Comme je disais, la rédaction de haine ne paye pas - concentrer juste sur vos propres problèmes. Vous ne les jouerez pas d'abord de toute façon - vous jouerez les personnes à travers la table.
De même, envoyer à signaux conformés pendant le premier paquet. Vous regretterez de ne pas faire ainsi pendant la seconde. Si vous obtenez remettiez deux cartes noires fortes et une carte blanche sorta-forte, préfèrent le blanc. Vos deux prochains neighbers descendant prendront idéalement un noir chacun et combattront au-dessus de la couleur. Plutôt que vous prenant un noir et celui d'entre eux combat vous pour lui.
Construction de votre plate-forme
Seulement jeu avec 40 cartes.
Vous voulez environ 15 créatures et 17 à 18 terres. 17 est assez sûr si vous jouez avec juste deux couleurs. Essai 18 avec trois. Mais vraiment, sel à goûter. Que les feuilles autour de 7 à 8 cartes de non-créature, ou le dupe.’
Pour figurer dehors combien de terres de chaque type à employer, essayer l’algorithme suivant. Cela a fonctionné très bien pour moi dans le passé.
Pour chaque couleur dans votre plate-forme (dire, vert), passer par toutes vos cartes, comptant combien de symboles verts de mana apparaissent sur la carte. Si une carte coûte 1GG et a deux capacités, chaque calcul des coûts G, qui compte en tant que quatre. S’il y a des coûts alternatifs de bâti, seulement compte le plus coûteux.
Clivage par deux, arrondissant vers le haut.
Additionner un.
C’est la quantité de sources vertes de mana (forêts probables) que vous devez soutenir votre vert. Naturellement, fondant avec ce nombre comme approprié. C’est juste une approximation décente.
Si vous avez une source de non-terre de mana (par exemple une certaine source d’objet façonné), elle compte comme moitié d’une terre. Ainsi vous pourriez sortir une fente de terre si vous aviez deux d’entre eux.
Si vous éclaboussez une couleur (c.-à-d. comprenant un peu très d’une couleur – dire un ou deux cartes) qu’il est probablement le meilleur d’avoir au moins trois sources de mana pour elle.
Il est CORRECT de jouer avec plus de 40 cartes. Généralement, vous allez bourrer des choses vous le besoin de `’ dans la plate-forme – déplacement d’objet façonné, déplacement de créature, tours de combat – et vous ne voulez pas toujours enlever une créature pour la faire puisqu’elle par outre de vos rapports. La conservation de bons rapports est probablement plus importante que le chapeau de 40 cartes. Faire ceci avec prudence, comme mon conseil nombre-spécifique ci-dessus est visé à un paquet des cartes 40.

Et se sentir libre pour casser l’un des au-dessus des règles. Aucune

règle n’est dure et rapide quand elle vient à la magie.

    10 conseils pour bien drafter

  1. Prendre en priorité des créatures et des anti-créatures, point à la ligne
  2. Essayer d’éviter plus de deux couleurs.
  3. Essayer de connaître votre couleur primaire (ou une de vos couleurs primaires) après la fin du premier paquet scellé. Au mieux, connaître les deux couleurs après la fin du second.
  4. Ne pas avoir peur de changer vos couleurs dans le deuxième paquet. Par contre, avoir peur de les changer lors de l’ouverture du troisième.
  5. C’est un format plus lent, et donc des sorts de 5 / 6 mana sont jouables. Par contre ne pas exagérer non plus sur les coûts en mana.
  6. Les créatures avec une évasion (crainte, vol, landwalk) sont extrêmement fortes.
  7. Une courbe de mana en pyramide est plus forte qu’une courbe de mana faible avec des pics de mana épars.
  8. Il ne faut pas abuser du contre-draft. Une carte moyenne sera plus utile pour vous qu’une bombe que vous piquez à un adversaire lors du draft mais que vous ne pourrez pas jouer.
  9. Observer quelles couleurs sont sélectionnées par les personnes vous entourant (celles qui vous passent les paquets). Ne pas lutter contre elles pour ces couleurs. Vous serez récompensé par de bonnes sélections lors du troisième paquet. Comme dit précédemment, la « haine » ne paye pas – se concentrer sur vos propres problèmes. De toute façon vous ne jouez pas vos partenaires de droite et de gauche en premier, vous jouez en premier ceux se trouvant en face de vous 😀
  10. Enfin, envoyez-leur des « signaux » pendant le premier paquet. Vous regretterez de ne pas l’avoir fait pendant la seconde. Autrement dit, si vous avez 2 cartes noires fortes et une carte verte supra-forte, préférez la verte. Vos deux prochains drafteurs prendront idéalement un noir chacun et combattront entre eux pour la couleur.
Enorme cette image en matière de souvenirs - c MagicVenezuela

Enorme cette photo en matière de souvenirs - © MagicVenezuela

    5 conseils pour bien construire votre deck

  1. Composez un deck de 40 cartes.
  2. Jouez environ 15 créatures et 17 à 18 terrains. 17 c’est impeccable si vous jouez seulement 2 couleurs. Essayez 18 avec trois couleurs… Il vous reste 7 à 8 cartes de sorts non-créatures.
  3. Pour calculer combien de terrains de chaque type vous devez utiliser, essayez l’algorithme suivant : Pour chaque couleur dans votre deck (par exemple noire), comptez combien de symboles de mana noir apparaissent sur la carte. Si une carte coûte 1BB et a deux capacités coûtant B chacune, comptez-en 4 pour cette carte. S’il s’agit de capacités alternatives, comptez seulement la plus coûteuse. Divisez le tout par deux en arrondissant vers le haut, puis additionnez un. C’est la quantité de sources de mana noire (généralement des marais) que vous devrez avoir. Disons qu’il s’agit d’une bonne approximation.
  4. Si vous faîtes un splash d’une couleur (c.-à-d. ne prendre qu’une ou deux cartes de cette couleur), il vous faut au moins trois sources de mana pour elle.
  5. Il n’est pas faux de jouer plus de 40 cartes. Ce qu’il faut c’est garder l’équilibre, la ratio rappelé ci-dessus entre le nombre de créatures et le nombre de sorts non-créatures. Si, pour le conserver, vous devez jouer 42 ou 43 cartes ce n’est pas très grave (mais il faudra adapter alors vos nombres de terrains). C’est préférable au fait de jouer un jeu manquant de créatures ou d’anti-bêtes.
  6. Sentez-vous libre de ne pas respecter une des règles précitées. Certaines règles, dans certains jeux, sont parfaitement adaptables et susceptibles d’être supprimées, ça fait la force du jeu Magic.
c bburbank via www.flickr.com

© bburbank via www.flickr.com

Trois flèches vers le bas

1- Logiciel de brouillage d’adresse IP :

Contourner la censure en surfant anonyme

2- L’article explicatif :

La différence entre un proxy et un VPN

3- Comment espionner un smartphone (app) :

L’application de référence

Commentez ici

  • Mimie 16 mai 2010, 10 10

    Une petite précision peut-être sur ce que veut dire le mot drafter à Magic l’Assemblée :
    « Chaque joueur reçoit 3 boosters. Les participants sont divisés par tables généralement de 8. Chacun ouvre son booster en même temps puis choisi une carte en un temps imparti et passe son paquet à son voisin, et ainsi de suite pour les 3 boosters. A la différence du paquet scellé les terrains sont à libre disposition ce qui permet le monocouleur. »

  • Motte vacances 17 mai 2010, 22 10

    Aaaah à l’époque on pouvait facilement construire un deck 3 couleurs en utilisant des doubles terrains. Plus maintenant on dirait… ^^

  • Greg 17 mai 2010, 22 10

    Si si les cartes bi voire tri-couleurs existent toujours, elles connaissent même un très fort regain. Par contre en draft ou en sealed c’est quand même assez risqué de jouer trois couleurs à moins de réussir à choper des artefacts / terrains en assez grand nombre pour stabiliser ta mana.

  • oseydoux 30 novembre 2012, 23 11

    Bonsoir,
    à mon avis, tu as très bien décris « comment monter un deck draft en tournoi ».
    Tu as de l’expérience vu ton texte.
    Au plaisir

  • Greg 1 décembre 2012, 0 12

    A quel âge j’ai commencé à jouer à Magic ? Ca fait plus de 15 ans déjà ..

Article suivant:

Article précédent:

Share This