Pourquoi « Inception » est le chef-d’œuvre de Christopher Nolan

Photo of author
Écrit par Mallory Lebel

Se sentir libre de concilier "vie privée" et "vie numérique" sans intrusion.

Ma page Facebook

Inception : le film

  • Sortie : le 21 juillet 2010 en France
  • Réalisateur : Christopher Nolan
  • Acteurs : Leonardo DiCaprio, Marion Cotillard, Ellen Page
  • Genre : Science fiction
  • Distributeur : Warner Bros
  • Résumé officiel : Un patron d’une entreprise est pris pour cible suite à ses travaux sur l’architecture de l’esprit.

Qu’est-ce qui guide vraiment nos actions au quotidien ?

Si The Prestige est la clé pour comprendre les films de Christopher Nolan, alors Inception est l’apothéose de sa filmographie.

Le singulier film de Nolan sur le hold-up rassemble ses deux principaux intérêts dramatiques :

  • le temps
  • le mensonge

Se déroulant dans un monde de rêves, Inception utilise les prémisses de base d’un film de braquage et les détourne pour explorer les mensonges que nous racontons ensemble afin de créer quelque chose de plus grand que nous.

Nolan ne fait pas seulement un film sur le vol : il fait ici un film sur le cinéma.

Il raconte une histoire en utilisant son mode de narration préféré qui lui permet de plier le temps au montage.

Inception n’est pas un film compliqué, c’est un film différent

Personne n’a jamais fait de film sur les niveaux de rêve ni sur une équipe de voleurs qui entre dans l’esprit de quelqu’un pour lui implanter une idée.

Une grande partie du film est donc consacrée aux explications, mais Inception n’a pas besoin d’être résolu, même avec sa fin ambiguë.

Nolan guide patiemment son public à travers la mécanique des rêves et le traumatisme de son protagoniste, Cobb (Leonardo DiCaprio).

Nolan n’essaie pas de tromper son public comme il le fait dans The Prestige. Au contraire, Inception veut que le public partage ce « rêve à moitié oublié » où, comme Cobb, nous commençons à perdre le fil de ce qui est un rêve et de ce qui est réel non pas pour le surréalisme ou la logique onirique, mais parce que nous en sommes venus à accepter le rêve partagé.

⇒ Télécharger un film torrent : mode d’emploi

Quand le mensonge devient la vérité

On a beaucoup parlé de « ce qui est réel » et de « ce qui est un rêve » dans Inception, et de telles distinctions passent à côté de l’objectif du film.
Le fait même d’argumenter sur la question de savoir si le sommet bascule ou non à la fin nous empêche de voir l’objectif de Cobb.
Comme d’autres films de Nolan, le cinéaste est obsédé par les mensonges que nous nous racontons pour vivre. Le début porte cela à un degré extrême en dépouillant les limites de la réalité pour nous faire nous demander si le rêve est maintenant devenu la réalité de Cobb.
Tout cela peut être retracé à travers le totem de Cobb, mais le comment n’est jamais aussi intéressant que le pourquoi. Le pourquoi d’Inception est ce qui en fait l’œuvre déterminante de Nolan.

Quand on regarde tous les contours du film et la façon dont il se déroule, Inception s’intéresse beaucoup plus à la façon dont les rêves (les mensonges que nous nous disons) nous façonnent plutôt que la réalité.

Si le conflit entre la réalité et les rêves hante Cobb et sa relation avec Mal (Marion Cotillard), il ne fait pas avancer l’intrigue. Ce qui motive Cobb, c’est la mission effectuée sur Fischer (Cillian Murphy), qui à son tour donne à Cobb le désir de rentrer chez lui auprès de sa famille.

Créer des rêves pour un autre et créer l’inspiration est ce qui permet à Cobb d’atteindre son aspiration : la réunification avec ses enfants.

Tandis que Cobb se débat avec la nature de sa réalité (d’où la rotation fréquente de la toupie), il ne peut s’échapper du destin de Mal. Le traumatisme est devenu sa réalité, et nous voyons que les rêves ne sont pas une échappatoire car Mal hante Cobb partout où il va.

La seule façon de surmonter ce traumatisme est de partager un rêve, et c’est là qu’Inception fonctionne comme un film sur le cinéma.

Inception - film

Inception : un film sur le cinéma ?

  • Cobb est le réalisateur
  • Arthur (Joseph Gordon-Levitt) est le producteur
  • Ariadne (Ellen Page) est le scénariste
  • Eames (Tom Hardy) est l’acteur
  • Saito (Ken Watanabe) est le studio
  • Fischer est le public

Le rôle de Yusuf (Dileep Rao) est un peu plus nébuleux, mais il représente le travail des artisans pour rendre le rêve possible même s’il n’est pas glamour ni facile à décrire.

2 astuces pour améliorer votre anonymat en ligne

1/ Pensez à l'utilisation d'un VPN : une application VPN va changer votre adresse IP pour simuler celle de n'importe quel pays. Vous pourrez donc accéder à n'importe quel contenu, même celui qui est géo-restreint. Ce logiciel chiffre aussi votre trafic internet pour éliminer les malwares et les risques de piratage.
2/ Pensez à utiliser un gestionnaire de mots de passe : Il va enregistrer vos mots de passe (compliqués) pour les insérer automatiquement pour vous, et il peut vous générer des mots de passe compliqués aléatoires (versions déclinables pour téléphones et ordinateurs).
L'offre NordVPN cumule les 2 avantages

Pour Nolan et Inception, les mensonges sont ce que nous nous disons pour aller de l’avant.

Nolan croit fermement qu’un mensonge peut dire la vérité lorsqu’il est présenté sous le bon angle.

Fischer a besoin de la catharsis de la mort de son père. C’est un mensonge de croire que son père voulait qu’il fasse éclater l’entreprise, mais cela n’a pas d’importance, parce que c’est ce dont Fischer a besoin pour aller de l’avant.
Ce n’est peut-être pas son idée, et on peut dire qu’il a été manipulé de façon assez grotesque en se faisant détourner l’esprit, mais le mensonge lui apporte la paix. Cela préfigure ce qui va se passer avec Cobb.
L’intersection des mensonges que nous nous racontons les uns aux autres et des mensonges que nous nous racontons à nous-mêmes peut être observée dans le parcours de Cobb où il enfreint constamment ses propres règles et cache ses secrets à l’équipage.
Il n’y a pas de place pour l’honnêteté dans le travail de Cobb (c’est un voleur qui s’introduit dans le subconscient des gens). Il a même du mal à admettre qu’il est responsable de la mort de sa femme parce qu’il l’a manipulée pour lui faire croire que son expérience n’était pas réelle.

Il l’a fait pour des raisons bienveillantes – pour les ramener à leurs enfants – mais cela a pris racine dans son esprit jusqu’à ce qu’elle ne puisse plus discerner la réalité des rêves. Le mensonge bienveillant est devenu malveillant.

Comme le souligne Cobb, une idée est comme un virus, et elle prend racine dans votre esprit. Cobb fait face à cette infection, et le remède n’est pas de revenir à la réalité mais d’accepter que la réalité n’a pas d’importance.

Cela peut sembler être une fin sombre et une position fermement opposée à la vérité, mais comme nous l’avons vu dans la filmographie de Nolan, il n’est pas particulièrement intéressé par la vérité en tant que valeur.

⇒ Nos autres critiques de films

Le métier de conteur est celui de menteur

Les personnes qui occupent des postes de pouvoir dans les films de Nolas sont soit fourbes (Cobb , Batman et Gordon à la fin de The Dark Knight), soit elles ont trouvé la paix avec une identité fracturée par le mensonge (Leonard Shelby dans Memento, Borden dans The Prestige).
Cobb entre dans cette dernière catégorie où il cesse de fuir ses mensonges et de lutter contre la réalité et où il réalise au contraire que ce dont il avait besoin pour « s’échapper » n’était pas de rentrer chez lui auprès de ses enfants, mais de faire face à sa culpabilité avec Mal.
Gardez à l’esprit que l’interaction avec Mal est un mensonge. Il reconnaît qu’elle n’est qu' »une ombre » et qu’aucun rêve ne pourrait jamais la saisir dans toute sa complexité, mais il doit accepter qu’il est responsable de sa mort.
Le mensonge qu’il se raconte à son sujet (pour la garder en vie dans ses rêves) retient Cobb prisonnier.

C’est pourquoi, lorsque Cobb retrouve ses enfants, le sommet n’a pas d’importance. Les rêves – construits pour surmonter le traumatisme et atteindre une vérité – ont conduit Cobb dans la nature, mais pas nécessairement vers la réalité.

Chaque scène d’Inception peut être un rêve, mais argumenter à ce sujet revient à oublier que ce que Cobb cherche et ce que Nolan, en tant que conteur, construit, c’est de la catharsis.

Inception
Inception

« Je pense que l’émotion positive l’emporte sur l’émotion négative à chaque fois »

Les émotions, qu’elles soient basées sur la vérité ou la fiction, sont plus importantes.

Débattre de la proximité entre Inception et les rêves réels ou les totems, c’est passer à côté de l’essentiel.

Inception est un parfait mélange du temps : les rêves déforment le temps et la vérité pour apporter à son public la catharsis qu’il recherche.

Les pièges du film et sa structure lui permettent d’être un bon divertissement et un blockbuster fascinant, mais le cœur du film et la raison pour laquelle il perdure sont dus à l’expression complète des principaux intérêts de Nolan.

Pour Nolan, la seule façon d’exister est de laisser aller le temps et la vérité, ce que nous faisons quand nous allons au cinéma. Nous acceptons de manquer des morceaux de temps et de ne plus être contraints par la chronologie.

En allant au cinéma, nous acceptons qu’on nous raconte une série d’événements qui ne se sont jamais produits. Nous l’acceptons parce que, comme Cobb et Mal, nous pouvons vivre dans un monde que nous avons construit tout seuls.

⇒ Le film Lost in translation de Sofia Coppola

Maquillez votre adresse IP

Être anonyme sur internet

Nordvpn bannière maquiller votre adresse ip

5 réflexions au sujet de “Pourquoi « Inception » est le chef-d’œuvre de Christopher Nolan”

  1. Film énorme, j’avais oublié cet article pour y laisser un petit mot. Je ne peux que vous conseiller d’aller le voir, il vaut le détour, le scénario original fait plaisir et la fin nous laisse encore à réfléchir ^^
    Il y a eu 1999 avec Matrix, il y a à présent 2010 avec Inception.

    PS : les petites lignes en caractères blancs dans l’article se révèlent être de mauvaises informations.

    Répondre

Laisser un commentaire