Le piratage est de retour : Statistiques de piratage en 2021

Photo of author
Écrit par Mallory Lebel

Aidons les citoyens à protéger leurs communications & leurs discussions numériques, qu'ils puissent vivre sans craindre d'être surveillés.

Pendant des années, les consommateurs ont pesté contre les offres groupées du câble et l’obligation de payer des prix élevés pour des centaines de chaînes qu’ils ne regardaient jamais afin d’obtenir la poignée qu’ils appréciaient. Malgré la disponibilité croissante d’options de streaming légales depuis lors, les statistiques sur le piratage montrent que la contrefaçon reste une réelle préoccupation.

Le piratage sur internet n’est pas justifiable d’un point de vue éthique, mais il est pratique. Si vous voulez regarder et revoir légalement The Crown, Game of Thrones et La Servante Ecarlate, vous devez payer pour trois services de streaming distincts : Netflix, HBO et Hulu.

Avant que vous ne vous en rendiez compte, vos dépenses mensuelles auront grimpé en flèche.

Pirater sur The Pirate Bay

Mais savez-vous ce qui est gratuit ? Les films et émissions télévisées téléchargés illégalement. Vous pouvez presque entendre les murmures de la tentation dans l’air : « Allez-y, le piratage n’est pas si grave. »

Mais avant de délaisser les services de streaming pour un torrent illégal, jetez un œil aux statistiques alarmantes sur le piratage que nous avons compilées. Elles vous montreront que le piratage fait un retour en force, mais elles vous mettront également en garde contre cette mauvaise habitude.

Principales statistiques sur le piratage : Choix de la rédaction

  • Le matériel vidéo piraté est visionné plus de 230 milliards de fois par an.
  • Plus de 80 % du piratage en ligne mondial peut être attribué aux services de streaming illégaux.
  • Le piratage de vidéos numériques coûte à l’économie mondiale une centaine de milliards de dollars chaque année.
  • 126,7 milliards de visionnages d’épisodes télévisés produits aux États-Unis sont piratés chaque année.
  • 100 000 emplois sont perdus chaque année dans le monde occidental en raison du piratage de la musique.
  • Les pertes de revenus annuelles mondiales dues au piratage numérique se situent entre 40 et 97,1 milliards de dollars dans l’industrie cinématographique (source).
  • Le téléchargement illégal de matériel protégé par le droit d’auteur occupe 24 % de la bande passante mondiale.

⇒ A lire : Comment télécharger des torrents sur Android

Nombre de visites de sites pirates par pays

Qu’est-ce que le piratage, et quelles sont ses conséquences pour la société ?

Il y a eu plus de 190 milliards de visites sur des sites pirates rien qu’en 2018. Voir la liste suivante :

Visites par pays # Pays Milliards de visites

  • 1 États-Unis 17.380
  • 2 Russie 14.468
  • 3 Inde 9.589
  • 4 France 7.339
  • 5 Turquie 7.335
  • 6 Ukraine 6.126
  • 7 Indonésie 6.075
  • 8 Royaume-Uni 5.750
  • 9 Allemagne 5.356
Les statistiques récentes sur le piratage en ligne montrent que plus de 50 % de ces visites enregistrées sont allées sur des sites de streaming, qui restent l’outil privilégié de la plupart des utilisateurs.
Toutefois, les portails de torrents et de téléchargement direct sont également populaires.

Il est intéressant de noter que le Royaume-Uni s’est assuré une place dans le top 10, malgré une série de restrictions sur les sites pirates et le tollé général contre ces pratiques. Les États-Unis remportent la palme avec près de 28 milliards de téléchargements pirates, suivis par l’Inde et le Brésil.

Quelle place tient la Chine dans le domaine du téléchargement de torrents ?

Cependant, il manque un acteur majeur : la Chine. Le pays le plus peuplé du monde est souvent dépeint comme un endroit où les téléchargements pirates dominent le marché.

Cependant, la Chine a enregistré un total relativement faible de 4,6 milliards de visites jusqu’à présent en 2019, ce qui n’est pas suffisant pour la faire passer de la 18e place.

Des taux de piratage de la musique effrénés

  • En 2017, les utilisateurs de sites pirates ont effectué 73,9 milliards de visites pour accéder illégalement à de la musique
  • et 53,2 milliards de visites pour télécharger ou diffuser des films en streaming.

Beaucoup de gens pensaient que la montée en popularité des services à la demande avait résolu le problème du piratage, mais les statistiques sur le piratage des médias de ces deux dernières années montrent que la théorie ne tient tout simplement pas la route.

L’augmentation de la demande de téléchargements de musique indique que les téléchargements illégaux sont plus nombreux qu’on ne le pense, compte tenu de l’essor des services de streaming comme Youtube Music et Spotify.

Le piratage mobile est en hausse

Plus de 87 % des personnes qui cherchent à télécharger de la musique utilisent désormais leurs appareils mobiles pour le faire.

Flèche double bas

Si les ordinateurs de bureau étaient autrefois les machines préférées pour télécharger illégalement de la musique, de plus en plus de personnes accèdent désormais à des contenus télévisuels et musicaux piratés via des appareils mobiles.

  • Selon les statistiques sur le piratage de la musique, les ordinateurs de bureau étaient encore préférés par les pirates de cinéma aussi récemment qu’en 2018.
  • Cependant, avec les progrès significatifs de la technologie mobile depuis lors, il est maintenant plus pratique pour les pirates de visiter des sites de téléchargement de musique illégale ou de diffuser des films en streaming sur leurs téléphones.

Plus d’un tiers des consommateurs de musique piratent encore de la musique

En 2020, l’IFPI a mené une étude mondiale sur la manière dont les consommateurs s’engagent dans la musique et la piratent (source). Pour vérifier leurs soupçons, les chercheurs ont examiné des milliers de services sous licence et sans licence.

Les statistiques sur le piratage des médias qui en résultent montrent que 40 % des consommateurs accèdent encore à leur musique préférée via la violation des droits d’auteur.

33 % du piratage de la musique se fait par le biais du stream-ripping

Le « stream-ripping » est exactement ce qu’il semble être. Il s’agit de télécharger illégalement un fichier en cours de lecture sur une plateforme de streaming, notamment Spotify et YouTube.

Les statistiques sur le piratage musical montrent qu’il s’agit de la tendance la plus en vogue à l’heure actuelle. En effet, il existe des dizaines de sites et d’outils de piratage de flux que tout le monde peut trouver avec une simple recherche sur Google.

Télécharger des torrents

Grâce à cette méthode de piratage de la musique, les consommateurs évitent de payer des frais d’abonnement élevés pour des plateformes qui leur permettent d’écouter de la musique lorsqu’ils ne sont pas connectés.

Les services de déchiffrage de flux ont connu une hausse de popularité de 1390 % au Royaume-Uni entre 2017 et 2020

Une étude menée par l’organisme d’octroi de licences PRS for Music a révélé que cette poussée massive éclipse toutes les autres activités musicales illégales en ligne.

Plus de 80 % des 50 premiers sites de piratage de musique sont désormais des sites spécialisés dans le stream-ripping, et la tendance ne montre aucun signe de ralentissement.

En 2019, 61 millions d’Américains pirataient encore de la musique sous une forme ou une autre

Selon MusicWatch, on estime que 57 millions d’Américains s’adonnaient au stream-ripping ou au piratage de musique il y a quelques années seulement. Pour preuve : Même eMule vient de recevoir une nouvelle mise à jour !

Le même rapport soulignait que 35% des acheteurs de musique américains ont acquis au moins une chanson à partir d’une source piratée.

L’iPod de l’adolescent moyen contenait 800 chansons piratées en 2008

En 2008, les statistiques en ligne sur le piratage de la musique indiquaient que les personnes âgées de 14 à 25 ans avaient en moyenne 800 chansons piratées sur leur iPhone.

Près de la moitié d’entre eux se disaient prêts à partager leur musique numérique avec d’autres, ce qui permettait à ces derniers de copier des centaines, voire des milliers de fichiers musicaux à la fois.

Aujourd’hui, peu de personnes utilisent encore des iPods de l’ancienne génération, mais l’habitude de télécharger et de partager illégalement de la musique perdure.

Pour justifier le fait qu’ils avaient obtenu du contenu illégalement :

  • 35,2% l’ont fait parce que c’était gratuit.
  • 34,9% ont blâmé le manque de disponibilité de la musique sur les chaînes par abonnement.
  • 34,7% ont déclaré que certaines musiques ne sont pas disponibles là où ils vivent.

⇒ A lire : Comment télécharger des torrents de manière sécurisée et anonyme sans se faire prendre


126,7 milliards d’épisodes de séries télévisées produites aux États-Unis sont téléchargés ou diffusés illégalement chaque année

National Economic Research Associates a examiné l’impact du piratage vidéo numérique sur l’économie américaine. Selon les statistiques de l’étude sur le piratage de films, le nombre d’épisodes télévisés piratés numériquement a atteint un niveau record.

Ce nombre affecte sûrement l’économie en termes de perte de revenus de l’industrie cinématographique, d’emplois perdus et de recettes fiscales.

Plus de 80 % du piratage en ligne mondial est imputable aux services de streaming illégaux.

Selon une étude menée par NERA Economic Consulting et le Global Innovation and Policy Center de la Chambre de commerce américaine, plus de quatre cinquièmes de toutes les activités de piratage en ligne sont liées à des sites de streaming illégaux.

Cette tendance est particulièrement marquée dans l’industrie de la télévision et du cinéma.

Le piratage des vidéos numériques coûte aux secteurs américains du contenu et de la distribution entre 29,2 et 71,0 milliards de dollars chaque année

Les statistiques sur le piratage numérique révèlent que l’impact sur l’industrie américaine de production de contenu peut se situer entre 11 % et 24 % de pertes de revenus, ce qui diminue les avantages apportés par l’industrie des services de streaming.

Les pertes de revenus de l’industrie cinématographique mondiale dues au piratage numérique se situent entre 40 et 97,1 milliards de dollars par an.

Pour pouvoir calculer le montant exact des pertes dues au piratage numérique, cette étude a pris en compte un taux de remplacement minimum de 14% et un taux maximum de 34%.

Ce calcul a été effectué en partant de l’hypothèse que 66% à 86% du piratage numérique ne remplace pas réellement la consommation payante.

Graphique indiquant le rapport entre les gens qui téléchargent et ceux qui vont au cinéma
Graphique indiquant le rapport entre les gens qui téléchargent et ceux qui vont au cinéma

Les statistiques sur le piratage des films ont ensuite montré la valeur totale du contenu piraté et des revenus perdus en raison du piratage généralisé.

Le manque à gagner pour l’industrie cinématographique se situe entre 40 et 97,1 milliards de dollars, tandis que cette fourchette est de 39,3 à 95,4 milliards de dollars pour l’industrie télévisuelle.

Le téléchargement illégal de matériel protégé par le droit d’auteur occupe près de 24 % de la bande passante utilisée en Amérique du Nord, en Europe et dans la région Asie-Pacifique.

Creative Future indique que le piratage mondial sur internet connaît une croissance rapide malgré le durcissement des lois sur le piratage aux États-Unis et la possibilité de sanctions sévères.

Dans trois régions clés (l’Amérique du Nord, l’Europe et la région Asie-Pacifique) 24 % de la bande passante internet est utilisée pour le piratage.

La même étude a révélé que, dans ces trois régions, 180 millions d’utilisateurs uniques d’internet se sont tournés vers BitTorrent pour le piratage numérique.

Plus de 50 % des pirates de torrents et de streaming utilisent des appareils de bureau.

Les statistiques sur le piratage de films de 2017 montrent que presque exactement la moitié des consommateurs regardaient encore des films piratés en utilisant leurs appareils de bureau.

Quelques années plus tard, il est plus facile que jamais de pirater des films, des vidéos et de la musique à l’aide d’appareils mobiles.

Les ordinateurs de bureau sont toujours l’outil le plus populaire pour le torrenting en ligne, mais cela pourrait ne pas être le cas pour longtemps.

Les consommateurs qui effectuent des téléchargements pirates ont 28 fois plus de chances de voir leur appareil infecté par un logiciel malveillant

Digital Citizens Alliance indique que même si vous ne téléchargez jamais illégalement, vous connaissez probablement des personnes qui le font. Il n’est pas surprenant que de nombreux sites pirates proposent des fichiers infectés par des logiciels malveillants.

les hébergeurs gratuits refusent les publicités - Virus

Les statistiques sur le piratage de films recueillies dans le cadre de diverses études soulignent que l’appareil que vous utilisez pour pirater peut être infecté par un logiciel malveillant, qui peut compromettre vos informations personnelles en quelques secondes et vous faire courir le risque d’être victime d’un vol d’identité.

Lorsque vous considérez tout cela, votre film pirate gratuit ne semble plus être une si bonne idée.

Si vous piratez du contenu, vous avez 28 fois plus de risques d’être infecté que les autres.

⇒ A lire : Est-ce légal de télécharger un torrent gratuit


Le piratage de logiciels : une épidémie généralisée

 57% des utilisateurs d’ordinateurs dans les régions Asie-Pacifique et Europe centrale et orientale avouent avoir piraté des logiciels au moins une fois

BSA : The Software Alliance a interrogé plus de 15 000 consommateurs de 33 pays et leur a posé une question plutôt directe :

« À quelle fréquence faites-vous l’acquisition de logiciels piratés ou de logiciels dont la licence n’est pas complète ? »

Les résultats de leurs statistiques sur le piratage de logiciels ont montré que 57 % des correspondants ont avoué pirater des logiciels, mais qu’aucun d’entre eux n’a été pris pour téléchargement illégal.

L’industrie du logiciel a perdu 50 milliards de dollars à cause du vol par piratage en 3 ans

BSA : The Software Alliance affirme que l’industrie du logiciel perd des dizaines de milliards de dollars à cause du piratage de logiciels chaque année.

Selon cette enquête de la BSA, la raison d’une telle augmentation de la quantité de logiciels volés entre 2017 et 2020 est une hausse des expéditions de PC envoyées vers des pays aux économies émergentes.

Les statistiques sur les taux élevés de piratage de logiciels montrent que les habitants des pays pauvres sont beaucoup plus susceptibles de pirater des logiciels, et c’est là que l’industrie du logiciel perd le plus.

Le taux de piratage de logiciels dans le monde est tombé à 37 % en 2017, soit une baisse de 2 % par rapport aux deux années précédentes

L’enquête de BSA : The Software Alliance ne portait que sur le piratage des logiciels pour PC.

Même si ces statistiques sur le piratage numérique suggèrent une légère baisse du nombre de logiciels sans licence, il est important de noter que le piratage lui-même, en particulier le piratage de logiciels, reste très répandu.

La plupart des pays ont encore des taux de logiciels sans licence de 50 % ou plus

Chaque fois qu’une personne télécharge un logiciel à partir de l’un des nombreux sites pirates existants, le détenteur du droit d’auteur n’en retire aucun bénéfice.

De plus, le piratage de logiciels est considéré comme un délitet, dans certains cas, l’auteur du délit peut être condamné à payer des dommages et intérêts fédéraux.

Pourtant, les statistiques sur le piratage numérique pour les personnes qui comprennent les risques restent faibles. Les pays qui ferment les yeux sur le vol de logiciels ont généralement des taux de piratage de 50 % ou plus.

Aux États-Unis, seuls 16 % des logiciels sont utilisés sans autorisation

Il semble que les entreprises et les particuliers américains soient conscients des faits de piratage mentionnés précédemment et des conséquences désastreuses du piratage de logiciels.

D’un point de vue commercial, il est logique de ne pas utiliser de programmes piratés. Non seulement ils sont illégaux, mais ils comportent également des risques de sécurité importants.

Télécharger torrent musique

Les entreprises qui achètent des logiciels légalement évitent non seulement de faire partie des statistiques notoires sur le piratage, mais elles peuvent également se protéger contre des risques inutiles.

83 % des utilisateurs sans licence sur les marchés matures ne veulent pas enfreindre la loi et sont prêts à payer pour un logiciel une fois qu’ils ont réalisé leur erreur

La bonne nouvelle ici est que la plupart des pirates sont opportunistes plutôt que malveillants.

MUSO affirme que de nombreux « pirates » essayent illégalement un logiciel avant de l’acheter légalement (source).

La plupart de ces utilisateurs ne sont même pas conscients qu’ils utilisent un logiciel piraté. Lorsqu’ils se rendent compte qu’ils ont installé un programme sans licence, ils n’hésitent pas à payer pour la version sous licence du produit.

Dans le monde, deux copies sur cinq des produits logiciels en distribution ne sont pas payées

Les statistiques sur le piratage de logiciels montrent que deux copies sur cinq de logiciels dans le monde n’ont pas été payées.

Malheureusement, dans l’industrie du logiciel, il existe une règle tacite : Plus votre logiciel est cher et précieux, plus il est probable que les gens téléchargeront des versions pirates de ce produit.

⇒ A lire : Comment télécharger des fichiers torrent directement sans installer de logiciel


Le profil démographique des pirates

En 2011, le pirate moyen a entre 16 et 24 ans, est un homme et vit dans une zone urbaine.

Selon les statistiques sur le piratage des médias tirées d’une étude de l’AMP, la tranche d’âge 16-24 ans présentait de loin le taux le plus élevé de piratage de l’internet. L’étude a examiné les taux de piratage de chaque pays et a révélé que plus de 58 % des pirates appartenaient à cette catégorie d’âge.

Aux États-Unis, les chiffres étaient encore plus élevés : plus de 71 % des téléchargeurs illégaux appartenaient à la tranche d’âge des 16-24 ans au milieu des années 2000.

En 2021, le piratage est beaucoup plus répandu. Aujourd’hui, tout le monde peut être pirate, quels que soient l’âge, le sexe ou le lieu.

En 2021, le piratage est beaucoup plus réparti entre les groupes d’âge, les personnes âgées de 25 à 34 ans étant les plus susceptibles de pirater du contenu au Royaume-Uni.

En 2011, plus de la moitié des pirates étaient des adolescents ou des jeunes hommes, mais en 2021, ce stéréotype n’était plus représentatif.

  • Selon ces statistiques sur le piratage, 43 % des pirates au Royaume-Uni sont des femmes
  • et 36 % ont plus de 35 ans
  • le piratage est maintenant si répandu que pratiquement tout le monde peut mettre la main sur du contenu piraté.

Plus que toute autre génération, les milléniaux normalisent le piratage

La majorité des milléniaux téléchargent des torrents en ligne, il n’est donc pas surprenant que cette tranche d’âge fasse pression pour que le piratage soit mieux accepté par la population.

D’après les dernières statistiques sur le piratage sur internet, il semble que cette génération fasse passer le piratage à un niveau de popularité supérieur.

Un certain nombre de facteurs influencent l’attitude pro-partage des millennials. Certains d’entre eux incluent leur immersion dans la technologie et l’absence d’une compréhension morale plus profonde des raisons pour lesquelles regarder des films en ligne est illégal.

Chez les jeunes âgés de 12 à 17 ans en Australie, le piratage a presque doublé ces dernières années.

Certaines des statistiques les plus récentes sur le piratage montrent que 31 % des mineurs australiens piratent des films ou profitent de téléchargements illégaux de musique (Voir cet article du Courrier Australien).

Cette situation a suscité une grande inquiétude au sein de la population australienne.

Les personnes âgées de 30 à 44 ans sont les plus susceptibles de pirater des livres

Au cours des deux dernières années, un nouveau marché du piratage a émergé : les livres.

En 2020, on comptait plus de 20 millions de téléchargeurs illégaux de livres rien qu’aux États-Unis.

Les statistiques sur le piratage de divertissement montrent que le piratage de musique et de films est resté le plus populaire chez les jeunes. Pourtant, lorsqu’il s’agit de télécharger des livres, le pirate internet type se situe dans la tranche d’âge 30-44 ans.


Conclusion

Pendant un certain temps, il semblait que nous avions vaincu le piratage numérique. À tout le moins, les statistiques sur le piratage semblaient plus positives. Nous avions tort !

La commodité est l’une des principales raisons pour lesquelles les gens choisissent la voie illégale pour rechercher leurs émissions ou leurs films préférés. La plupart des pirates disent qu’ils n’ont pas vraiment envie de se rendre sur les meilleurs sites de films pirates, mais la fragmentation du contenu entre les services de streaming concurrents les y oblige.

French Stream

Si vous aimez à la fois Game of Thrones et Columbo, par exemple, vous devrez vous inscrire à plusieurs services. C’est ennuyeux, mais surtout, cela peut coûter cher.

Il existe une forte demande, que les sociétés de streaming ont passé des années à ignorer. Les statistiques sur le piratage des médias montrent que les entreprises perdront leur bataille à long terme contre les pirates si elles ne s’adaptent pas.

Il est important que les industries du contenu adoptent les tendances qui se dégagent de ces données, non seulement pour la protection stratégique du contenu, mais aussi pour comprendre le profil du « consommateur » de piratage afin d’avoir une meilleure vision des affaires et de monétiser ces audiences.

Attention : Nous vous conseillons d’utiliser un VPN avant de télécharger un fichier torrent. Un VPN maquillera votre adresse IP.

Ni votre fournisseur d’accès internet, ni n’importe quel hacker ne pourra remonter à votre identité car votre trafic sera instantanément chiffré.

NordVpn est le VPN que nous vous conseillons pour sa vitesse, son double chiffrement et son absence d’enregistrement de vos historiques.

Le piratage en ligne est-il courant ?

MUSO, une entreprise qui suit les tendances du piratage, a constaté qu’il y a eu plus de 300 milliards de visites sur les sites pirates rien qu’en 2020 (Source : FredZone.org, article du 12 mai 2021).

Combien d’argent est perdu chaque année à cause du piratage ?

À l’échelle mondiale, les pertes de revenus annuelles dues au piratage numérique se situent entre 50 et 100 milliards de dollars dans l’industrie du cinéma.

Où le piratage est-il le plus courant ?

Nombre de visites par pays pour 2020 (en milliards) :

  • États-Unis : 30
  • Russie : 21
  • Inde : 15
  • Brésil : 13
  • Turquie : 12
  • Japon : 11
  • France : 11
  • Indonésie : 11
  • Allemagne : 11
  • Royaume-Uni : 10

Le torrenting est-il toujours populaire ?

Oui, principalement en raison de la saturation du marché du streaming, qui a incité les consommateurs à se tourner à nouveau vers le piratage.

Le piratage nuit-il à l’économie ?

Oui, il entraîne des pertes de revenus de plusieurs milliards de dollars à l’échelle mondiale, coûtant aux seules industries de création de contenu américaines entre 30 et 90 milliards de dollars chaque année.

En outre, environ 70 000 emplois américains sont perdus chaque année à cause du piratage de la musique.

Combien d’argent l’industrie cinématographique perd-elle à cause du piratage ?

L’industrie cinématographique mondiale perd entre 40 et 100 milliards de dollars de revenus à cause du piratage.

Quels sont les effets du piratage ?

Le piratage peut affecter l’économie mondiale et la valeur marchande réelle de tout produit individuel.

Il peut être considéré comme une infraction pénale et être sanctionné. Et, ce qui est peut-être le pire, le contenu piraté est fréquemment utilisé pour diffuser des logiciels malveillants.

  • Les logiciels piratés peuvent entraîner la corruption ou la perte de données
  • Parmi les autres dangers personnels, citons l’usurpation d’identité
  • la responsabilité personnelle en cas d’activité criminelle
  • les pertes financières dues à des poursuites ou à des fraudes

Combien de musique est piratée chaque année ?

Les dernières statistiques sur le piratage montrent que 2 milliard de chansons sont téléchargées illégalement chaque année.

Vous voulez maquiller votre adresse IP ?

Lancez ce logiciel pour dissimuler votre trafic et votre identité

Nordvpn bannière maquiller votre adresse ip

2 réflexions au sujet de “Le piratage est de retour : Statistiques de piratage en 2021”

  1. Article assez étonnant ou se mêlent des notions de préventions contre la criminalité du piratage, des liens vers des méthodes de piratage et de protection contre la surveillance des pirates, des notions de criminalisation du piratage aussi, ainsi que des contresens à propos des effets de ce piratage.

    Est ce un fake, du second degré, un dérapage, l’expression d’une peronnalité clivée et pathologique ?

    1/L’acquisition sans droit ni licence d’une oeuvre est du piratage.
    2/L’acquisition d’une copie pour usage personnel quelque soit son origine n’est pas pas illégale, si les droits ont été payé une fois par l’usager et/ou si il utilise une seule occurrence du logiciel à un moment donné.
    3/Une très grande majorité des copies dites illégales ne le sont donc pas puisque les droits ont déjà été acquis par l’usager lors d’un achat.
    4/Le piratage ne COUTE RIEN à personne, si ce n’est en empreinte carbone à cause du trafic. Le piratage est un pur manque à gagner, et non une perte ou une fuite de capitaux. Le droit d’auteur ou license n’est pas un produit ni un service. Cette confusion est pourtant largement répandue et colportée par une propagande efficace mais totalement trompeuse. Le pirate ne retire rien ni à l’artiste ni à l’industrie. Il n’est pas client, il n’est pas voleur. Il est parasite non pathogène.
    5/ Il en de même avec les emplois qui ne sont pas perdus mais juste non créés, et encore faudrait il prouver ces calculs. Pure hypothèse.
    6/ Nous voyons ici le reflet de la propagande des majors du film et de la musique. Ces sociétés sont aussi les pires multinationales en terme de cynisme et d’exploitation de l’optimisation fiscale, le plus souvent en parfaite illégalité. Et là nous pouvons parler de fuite de capitaux, de pertes d’emplois, d’appauvrissement de pays entiers par le piratage fiscale à haute intensité.
    7/ En Europe, les logiciels ne sont quasi jamais piratés par les entreprises qui sont capables de les payer. Seuls les entreprises ou personnes qui ne peuvent pas payer piratent effectivement les logiciels à usage professionnel.
    8/ Les éditeurs devraient donc se demander si ils ne pourraient pas adapter leurs licences aux moyens effectifs des utilisateurs, et modérer globalement leurs prix, avec des systèmes de location à l’heure simplifiés par exemple.
    9/ Les éditeurs ont tout intérêt à diffuser des copies illégales pour propager leurs produits et orienter les usagers vers des habitudes qui leur seront bénéfiques à terme (captation et dépendance). On se demande d’ailleurs pourquoi les périodes d’essai sont en générale si courtes voire indisponibles.

    Répondre
    • Bonjour,
      Merci pour votre commentaire et vos données très intéressantes…. Merci aussi pour la « personnalité clivée et pathologique », ça fait toujours plaisir 😀 …

Laisser un commentaire