Sousou No Frieren : un diamant brut pour celui qui le mérite

Photo of author
Écrit par Mallory Lebel

Se sentir libre de concilier "vie privée" et "vie numérique" sans intrusion.

Ma page Facebook

Avec des vies si courtes, pourquoi s’en préoccuper ?

Pour quelqu’un qui vit des milliers d’années, il ne vaut guère la peine de s’intéresser à l’existence nostalgique des humains, et encore moins d’apprendre à les connaître. Du moins, jusqu’à ce que vous en rencontriez un qui mérite d’être connu.

Dès le départ, cette série ne cache pas qu’elle se concentrera sur certaines des questions les plus difficiles de la vie : le but, le sens, notre propre fin. Pourtant, au cœur de ces questions, elle aborde les nombreuses formes de regret.

D’emblée, elle nous rappelle que notre vie est courte et que notre bonheur est encore plus court. Il est facile d’être nonchalant ou insouciant, ou de croire que nous travaillons à « quelque chose » , mais pourtant, une fois le temps passé, que souhaiterions-nous avoir fait ? Qu’est-ce qui aurait dû nous importer davantage ?

Je vous préviens : cet anime est diamant brut, mais il faut le mériter.

Il faut être patient.

Il faut savoir s’ennuyer pour tomber, presque par hasard, sans qu’on s’y attende, sur des scènes d’action parmi les plus rapides mais aussi les plus remarquables que vous ayiez vues.

Sousou no frieren, c’est comme dans la vie : vous en chiez, et par moments vous réalisez que vous venez de faire quelque chose d’extraordinaire sans vous y attendre.

Une ode à l’instant présent

Dans l’histoire, Sousou no Frieren parle de tout ce qui se passe « dans l’instant » , et des choses que nous ne savions pas que nous avions jusqu’à ce que nous trouvions le temps d’y réfléchir ; la fin est ce qui nous rattrape lorsqu’il n’y a plus de lendemain pour remettre les choses à plus tard.

Au fur et à mesure que notre vie se rapproche de cette fin, nous commençons à comprendre le sens de l’importance de ces petits moments. Mais ne l’avons-nous pas toujours su ?

La sagesse tient autant à sa signification qu’à la manière dont nous la reconnaissons. Notre professeur n’est peut-être là que pour un centième de notre vie, mais il suffit d’une seule personne pour nous interroger sur les choses auxquelles nous n’avons pas encore pris le temps de réfléchir. Car même si nous n’apprécions pas la sagesse sur le moment, une fois la graine plantée, ne continuons-nous pas à la cultiver sans le savoir jusqu’à ce que la saison soit propice à sa fructification ?

Personnage d'animation avec cercles magiques nocturnes.

L’animation de Sousou no frieren

Visuellement, bien que parsemé de petites parties d’humour idiot presque déplacé, Sousou no Frieren capture les sentiments profonds de l’histoire avec des subtilités bien glissées :

  1. de légers changements dans les expressions ridées,
  2. la saleté qui s’échappe de la roue bancale d’un chariot,
  3. la vieillesse dans les différences de mains (ou les cous) des personnages,
  4. ou encore des objets qui deviennent absents de l’armoire d’Himmel entre les scènes.

Les plaisanteries discrètes des personnages sont associées à des défauts de caractère véritablement « normaux » qui ne font que rendre les personnages plus réels, alors qu’ils luttent contre leurs propres vices, leurs démons intérieurs… et leurs regrets.

La musique et les sons passent presque inaperçus

  • Le crépitement des lanternes dans le silence assourdissant de la nuit,
  • le bruissement de l’eau lorsqu’ils traversent un ruisseau
  • le brouillard humide de la forêt.

Ensemble, l’histoire, les images et les sons entretiennent une atmosphère à la fois triste et sérieuse qui vous permet de toujours savoir où vous mène le voyage de cette histoire.

Les studios à l’origine de cette série sont réputés pour leur qualité et leur soin, et heureusement qu’ils ont eu le temps de se pencher sur ces détails pour nous : par exemple, les scènes coupées dans l’épisode quatre, du « maître » de Frieren et de la découverte de son tome magique, sont courtes mais puissamment sentimentales.

Il est rafraîchissant et rassurant d’avoir des séries comme celles-ci

Des séries qui savent qu’elles peuvent tenir leur rang face au déploiement habituel de tropes typiques, au recyclage d’histoires formulées, et à l’indispensable fanservice.

  • Une série qui prend le temps de raconter son histoire,
  • de décortiquer ses thèmes,
  • qui vous emmène en voyage et vous récompense pour votre investissement sentimental.

Frieren n’est pas un anime que vous célébrez dans le chat du groupe en disant « DUDE cet épisode était tellement hype » . Il s’agit plutôt d’un anime pour lequel vous écririez une thèse en cours de littérature.

L’histoire suit Frieren : une jeune fille elfique qui cherche à comprendre la perspective humaine de la vie

Cette perspective lui est étrangère car sa longue durée de vie ne lui permet pas de voir la valeur de la plupart des entreprises humaines.

Le seul lien profond qu’elle a avec quelque chose est avec ses trois amis et les aventures qu’ils ont vécues ensemble. Lorsque l’ami avec lequel elle a le plus de liens meurt, elle décide de renouer avec les autres amis avant qu’ils ne meurent ; elle recueille les apprentis de chacun d’entre eux en cherchant à retracer cette aventure qu’elle considérait comme acquise.

Créature imaginaire verte avec cornes et bec.

L’histoire est principalement racontée à travers des flashbacks riches en symboles des aventures précédentes de Frieren, qui développent nos personnages et leur donnent une direction générale. Les flashbacks sont tous suffisamment succincts pour rester intéressants sans être trop longs, et chacun d’entre eux a un but précis :

  • qu’il s’agisse d’une caractérisation claire
  • ou de la mise en place d’armes pour plus tard
  • ces armes sont utilisées à la perfection d’une manière qui vous garantit un moment « oh, c’est à ça que ça servait » à chaque épisode.

Ces deux aspects positifs de l’utilisation des flashbacks sont souvent bâclés dans d’autres anime du genre, ce qui rend Frieren encore plus percutant.

L’histoire est incroyablement sentimentale, tout en étant nuancée car elle aborde des sujets plus lourds que la normale pour le genre avec un certain tact. L’anime n’essaie pas d’être ouvertement choquant avec de grands moments ouvertement émotionnels, au lieu de cela, il maintient un niveau constant d’impact sur le spectateur : un facteur perdu dans les anime qui recherchent toujours l’impact.

Les personnages sont profonds dans une mesure que l’on ne retrouve pas dans la plupart des animes fantastiques

Les membres du groupe d’origine interagissent les uns avec les autres d’une manière qui rend leur amitié authentique : presque à la manière de Konosuba. Le nouveau groupe a une dynamique fluide qui peut même favoriser un peu de comédie qui ne détourne jamais l’attention de l’histoire.

L’animation est de haute qualité sans être trop voyante ni grandiloquente : presque d’une manière qui me rappelle la première saison de Mushoku Tensei.

L’op est encore une fois un op de Yoasobi avec des paroles déprimantes sur une musique entraînante. Il est vrai que j’ai mis du temps à m’y habituer, mais à l’épisode 4, j’ai reconnu que c’était génial.

Frieren fait comme Oshi No Ko en ayant un long premier épisode (bien que celui-ci ait été divisé en 4 épisodes, mais je m’éloigne du sujet). Cela permet au spectateur d’entrer plus facilement dans la prémisse plus alambiquée, et honnêtement, cela devrait devenir une pratique courante pour les anime de cette nature.

Je vous suggère donc de regarder Frieren. Personnellement, je considère cette série comme une représentation fantastique de ce que devrait être un véritable anime de fantasy de haut niveau. Mais je reconnais que pour certains, elle n’a tout simplement pas l’impact traditionnel d’un anime ordinatire. C’est tout à fait normal, mais sachez que vous passez probablement à côté de quelque chose de vraiment génial.

Conclusion

  • Un anime touchant
  • philosophique
  • profond
  • significatif
  • triste
  • et réconfortant.

Dans le royaume des contes animés, il existe un joyau de profond sentiment et de contemplation. « Frieren » déploie un récit poignant, mêlant les teintes de l’ignorance, du regret et du désir ardent de comprendre l’humanité.

Frieren, qui n’avait pas conscience de la profondeur de la nature humaine, se retrouve aux prises avec l’écho obsédant des occasions manquées et des mots non prononcés après le décès d’amis chers.

Elfes animés en forêt nocturne

1. Au fil des scènes, l’histoire brosse le portrait d’un profond regret gravé dans l’âme de Frieren

  • Le regret de ne pas avoir approfondi l’essence de ceux qui leur sont chers,
  • le regret des conversations laissées en suspens,
  • des rires qui n’ont jamais résonné assez fort
  • et de la compréhension qui lui a échappé.

Cette prise de conscience poignante s’impose à Frieren, une mélodie douce-amère qui fait vibrer les cordes sensibles.

Dans le sillage de cette perte, Frieren se lance dans une odyssée, un voyage pour percer l’énigme de l’humanité. Un pèlerinage animé par un désir insatiable de saisir l’essence des êtres humains, de percevoir leurs rêves, leurs peurs, leurs espoirs et leurs aspirations. Chaque pas est une danse de chagrin et de désir, une danse aussi captivante que déchirante.

L’animation donne vie à ce conte, les couleurs vives et les traits expressifs ajoutant de la profondeur à la tapisserie émotionnelle. La bande sonore élégiaque fait écho à la douleur et à la joie de la quête de Frieren, chaque note étant un murmure de la complainte de l’âme.

2. À travers les yeux de Frieren, nous sommes témoins de la beauté d’une nouvelle compréhension

Chaque interaction, chaque révélation, est un coup de pinceau qui peint une nouvelle couche de compréhension sur la toile de son cœur. L’histoire, une exploration de la fragilité de la vie et de la puissance des regrets, sert de miroir à notre propre existence.

« Frieren » est un testament de la condition humaine, un sombre rappel de la valeur du chérissement de ceux qui nous entourent, de la nature éphémère du temps et de l’importance de comprendre et d’être compris. Il met au jour l’éternelle vérité selon laquelle il faut parfois une perte pour allumer un désir brûlant de connaître véritablement les cœurs battants qui nous entourent. Et c’est en cela que réside la beauté déchirante de cet anime inoubliable.

3. « Sousou no Frieren » n’est pas seulement un manga, c’est une profonde méditation sur la vie elle-même

Il nous incite à réfléchir à ce que signifie vivre, aimer et lâcher prise en toute sincérité. La narration est riche et immersive, les personnages sont inoubliables et les thèmes abordés sont universels.

En conclusion, « Sousou no Frieren » est un chef-d’œuvre littéraire qui a laissé une marque indélébile dans mon cœur et mon esprit.

  • Sa construction unique du monde,
  • ses personnages bien construits,
  • son dessin époustouflant
  • et sa profondeur émotionnelle en font une des meilleures choses que j’ai jamais vue

Il s’agit d’un visionnage incontournable pour quiconque souhaite vivre une expérience narrative profonde et transformatrice.

Sousou no Frieren est une série qui a le pouvoir de changer la façon dont vous choisissez de vivre votre vie : réfléchir maintenant à ce que vous risquez de regretter un jour et choisir comment vous allez agir pour chérir le moment présent pendant que vous le vivez encore.

Flèche bleue vers le bas

Maquillez votre adresse IP

⇒ Être anonyme sur internet

Nordvpn bannière maquiller votre adresse ip

Laisser un commentaire