Classroom Of The Elite : Un héros manipulateur au possible

Photo of author
Écrit par Mallory Lebel

Se sentir libre de concilier "vie privée" et "vie numérique" sans intrusion.

Ma page Facebook

Classroom of the Elite a des idées originales, mais oscille énormément dans l’exécution.

La prémisse est que le Japon a créé une école d’élite où chaque diplômé est assuré d’être accepté dans l’université de son choix. Bien que les élèves ne soient pas autorisés à quitter l’école pendant toute leur scolarité et que la communication avec l’extérieur soit coupée, les conditions de vie sont excellentes (il y a même un grand centre commercial sur le campus) et chaque élève se voit attribuer un budget pour vivre, à commencer par 100 000 points (l’équivalent de 100 000 yens ou 900 euros) pour payer les dépenses du premier mois.

Les étudiants sont jugés en classe, sur la base de leur mérite, et les points sont attribués au début de chaque mois. Sinon, ils sont libres de faire ce qu’ils veulent.

Plusieurs étudiants de première année de la classe D gaspillent l’argent du premier mois en espérant qu’ils recevront le même montant le mois suivant. D’autres s’endorment en classe lorsqu’il devient évident que leur professeur ne dira pas un mot s’ils le font.

Le règlement scolaire n’est pas aussi favorable aux étudiants

Au début du deuxième mois, la plupart des élèves sont au bord de la faillite et, en plus, ils ont tellement échoué à leur examen qu’ils se voient attribuer zéro point pour les frais de subsistance du mois suivant.

Ils ne mourront pas de faim, il y a des aides gratuites pour les étudiants qui n’ont pas de points, mais ils ne pourront rien acheter de valable, et les étudiants qui prennent trop de retard seront renvoyés.

Leur instructeur leur répète qu’ils doivent gagner leurs points au mérite et leur fait comprendre que tout peut être acheté à l’école avec suffisamment de points.

C’est le coup d’envoi de la série : une compétition acharnée entre les classes A à D

Ces classes luttent pour se hisser ou rester au sommet (contrairement aux lycées français, où les élèves changent de classe à chaque matière, les salles de classe japonaises sont statiques).

Aucune des classes n’est pleinement consciente des règles de l’école, mais elles sont encouragées à rivaliser les unes avec les autres et, naturellement, la classe D se classe au bas de l’échelle.

Le protagoniste est Kiyotaka Ayanokoji, qui a l’air au départ d’un gars introverti qui n’arrive pas à se faire des amis, et j’ai été déçu qu’il ne soit pas aussi nul qu’il en a l’air. Nous avons affaire à un homme apathique qui s’est dit qu’il devrait au moins essayer de faire une bonne première impression à ses nouveaux camarades de classe et qui a fini par se donner la présentation la plus fade possible.

Mais Kiyotaka a une histoire cachée que l’anime n’aborde pas complètement, et le résultat est qu’il est en fait très intelligent, un grand manipulateur de personnes, et devrait probablement être dans la classe A sauf qu’il a trafiqué ses résultats à l’examen d’entrée pour se faire mettre dans la classe D.

Visage sérieux de personnage d'animation.

Nous ne savons rien des plans de Kiyotaka, même à la fin de la série, mais si vous aimez regarder un gars qui se montre subtilement plus malin que les autres, ce n’est pas un mauvais choix.

Sa façade fade lui permet de s’en sortir parce que la plupart des gens ne se doutent de rien et qu’il est très doué pour faire porter le chapeau à d’autres personnes.

Une camarade, Suzune Horitaka, est un personnage original et trop hautain pour s’impliquer avec ses camarades de classe. En fait, elle préférerait que les pires d’entre eux abandonnent l’école parce qu’elle veut accéder à la classe A et que ses camarades actuels ne sont pas prêts à le faire. Mais peu à peu, elle se rend compte qu’elle doit s’occuper de ses camarades de classe et qu’elle ne peut pas tout faire toute seule.

La classe D est remplie des mauvais élèves de l’école et tous sont déficients d’une manière ou d’une autre, et pas nécessairement en ce qui concerne la discipline et les habitudes d’étude. Le fait que Suzune soit là indique qu’elle a un défaut en elle, qu’elle est réticente à reconnaître.

Suzune et Kiyotaka étant les plus rusés de la classe, la majeure partie de la série les voit travailler ensemble pour déjouer les élèves des autres classes et/ou sauver leurs camarades de classe. Bien que Suzune soit rusée et domine les premiers épisodes, elle n’est pas au niveau de Kiyotaka. Plus son histoire est révélée, plus il est évident que Kiyotaka est vraiment celui qui maîtrise la situation.

L’intrigue est inégale

Les bons moments, ceux où l’on se montre plus malin que les autres élèves, sont vraiment bons, avec une quantité incroyable de machinations dans la préparation de l’épisode final. Mais quand la série n’est pas à son apogée, elle est généralement dans un creux, le pire coupable est l’épisode de la piscine qui n’a littéralement rien d’autre à faire avec l’histoire.

Je peux généralement supporter un épisode de fanservice de remplissage, mais l’épisode 7 était d’une telle puérilité abrutissante que j’ai failli passer mon chemin. (La seule raison pour laquelle je ne l’ai pas fait était la peur de manquer quelque chose d’important).

Classroom of the Elite est basé sur une série de romans, et bien qu’ils n’aient pas été traduits en français, on peut deviner où se trouve au moins l’une des ruptures du roman, puisque les quatre derniers épisodes sont clairement un arc narratif à part et qu’il y a des épisodes qui sont regroupés dans le même ordre d’idées.

Du point de vue du rythme, cela rend les choses un peu bizarres car il n’y a pas de véritable fin de saison, mais plutôt l’aboutissement d’un arc narratif.

Pour accéder à des sites de streaming de manière anonyme en simulant une adresse IP américaine ou suédoise

Abonnez-vous à NordVPN en utilisant ce lien.

De plus, comme la série de romans est en cours, nous n’obtenons pas beaucoup de réponses

Nous en apprenons un peu plus sur Kiyotaka en tant que personne, mais l’année scolaire n’est même pas encore à moitié terminée, la classe D a fait quelques progrès mais est toujours moins bien classée que la classe C, et tous les autres complotent encore.

Le dernier épisode de la saison 1 est un point culminant, mais serait plus acceptable comme une pause dans la saison plutôt qu’une fin sans aucune garantie qu’il y aura d’autres épisodes.

La saison 1 a de bons moments et un concept sympa, en particulier pour ceux qui aiment les magouilles d’adolescents, mais elle est difficile à recommander en raison de son manque de résolution et de son manque d’homogénéité.

Malgré tout ces défauts, il n’y a que quelques séries qui me font ressentir le frisson et la véritable impatience d’attendre un nouvel épisode. The Classroom of the Elite est l’une d’entre elles.

Après une première saison plutôt médiocre, avec une quantité inutile de fanservice et une action un peu trop lente, la deuxième saison commence très fort. L’histoire n’est plus aussi répétitive. Il y a beaucoup plus d’action qu’avant. L’histoire va droit au but.

Profil, jeune fille animée, œil rouge, ciel bleu.

Saison 2 : Apprenez à connaître les personnages Karuizawa et Kushida

L’intrigue de Karuizawa est particulièrement intéressante et importante pour les premiers épisodes. Comme pour Kushida, nous apprenons à connaître son histoire et ce qui la pousse à prendre certaines décisions.

Ayanokouji gagne de plus en plus d’alliés, ou plutôt d’outils, qui l’aident à atteindre ses objectifs. En même temps qu’il gagne des « outils » , le nombre de ses ennemis augmente, mais ils ne peuvent apparemment pas rivaliser avec le personnage principal, à aucun moment, dans quoi que ce soit, ce qui rend l’histoire assez prédictive.

Comme mentionné plus haut, le rythme de l’histoire est plus rapide qu’il ne l’était dans la première saison. C’est un bon changement puisque certains téléspectateurs pouvaient trouver la première saison lassante.

Il n’y a pas d’arcs de plage ou d’arcs de piscine inutiles, ce qui, à mon avis, a été fait de façon ridicule dans la première saison, et a transformé l’anime « psychologique » en comédie ecchi.

La série est un peu moins centrée sur les points et la monnaie, ce qui est une bonne chose, car les spectateurs ne sont généralement pas très désireux d’analyser tous ces chiffres qui flottent à l’écran, et cela peut parfois devenir accablant.

⇒ L’animation est vraiment une déception dans la saison 2

Autant je l’aimais dans la première, autant là, c’est la dégringolade.

L’animation est parfois bizarre, et les couleurs ne sont pas aussi vives ni détaillées qu’avant.

⇒ La musique

Il n’y a pas grand-chose à redire. L’ouverture mérite une attention particulière, elle est absolument géniale.

⇒ Les personnages

Ayanokouji doit être l’un de mes personnages d’anime préférés. Son apparence, ses actions, son comportement – tout s’ajoute parfaitement, créant le personnage principal que les spectateurs veulent vraiment voir.

Sa personnalité est l’une des raisons pour lesquelles les gens aiment cet anime. Il est intelligent, doué pour le sport et les arts martiaux (mais aussi pour le piano et la calligraphie). Au cours de la série, les téléspectateurs peuvent remarquer son processus de réflexion et la façon dont il analyse constamment son environnement.

Le personnage d’Ayanokouji est en fait le moteur de toute la série, car je ne vois aucun autre personnage aussi intéressant dans cet anime. Il peut être considéré comme un personnage surpuissant cependant, et ce seul point élimine tout mystère dans cette série puisque les spectateurs sont déjà habitués au schéma où le personnage principal est toujours dans une position gagnante.

Visage anime souriant dans l'ombre.

Horikita était l’héroïne principale de la première saison. Mais Karuizawa a beaucoup plus de temps à l’écran, et la série se concentre plus sur lui que sur Horikita.

Son personnage n’est pas vraiment développé, puisqu’elle commet toujours les mêmes erreurs, dans l’ordre d’idées de la première saison, et qu’elle n’est qu’un outil pour Ayanokouji. Les téléspectateurs peuvent avoir des sentiments mitigés à son égard. Du point de vue de sa personnalité, elle agit comme une tsundere, mais en même temps, elle n’a pas l’air d’en être une. Elle n’est pas toujours cohérente avec ce qu’elle ressent, ce qui la rend froide et brutale.

⇒ Karuizawa semble avoir un impact beaucoup plus important sur l’intrigue que ce que l’on pouvait attendre de la première saison

Les premiers épisodes suggèrent que l’action sera désormais plus centrée sur elle. Les téléspectateurs apprennent à mieux connaître sa personnalité et son passé. Elle commence à jouer un rôle plus important dans le plan d’Ayanokouji.

L’évolution de son personnage est notable. Elle est beaucoup plus confiante et déterminée à atteindre ses objectifs, avec l’aide d’Ayanokouji.

Kushida, après avoir joué un rôle important dans la première saison, se révèle être un traître pour toute la classe D. Les téléspectateurs apprennent à connaître sa personnalité sombre. Les téléspectateurs découvrent sa personnalité sombre lorsqu’elle la montre à Ayanokouji et Horikita. Cette facette de Kushida est rarement visible dans l’anime puisqu’elle continue à jouer la fille innocente et serviable devant les autres.

Verdict

Personnellement, j’ai vraiment aimé la 2ème saison de Classroom of the Elite. L’histoire s’est enfin accélérée, et en tant que spectateur, j’attends impatiemment les nouveaux épisodes.

Les plus gros bémols sont probablement la faiblesse de l’animation, et ma remarque personnelle sur le personnage d’Ayanokouji : d’après ce que j’ai compris, toute la série est basée sur la perfection et l’infaillibilité du personnage principal, ce qui donne souvent une impression de manque de naturel.

Les dialogues et les interactions d’Ayankouji avec les autres sont tout simplement hilarants. J’adore ses réponses froides, sans aucun signe de sentiment. C’est ce qui fait toute son apparence et sa personnalité.

La saison 2 de Classroom of the Elite ne m’a pas déçu. Je suis vraiment content d’avoir découvert cette série récemment car elle vaut la peine d’être regardée.

⇒ Cliquez pour lire :

Maquillez votre adresse IP

⇒ Être anonyme sur internet

Nordvpn bannière maquiller votre adresse ip

Laisser un commentaire