5 Meilleurs livres de Fantasy à paraître au 1er semestre 2024

Photo of author
Écrit par Mallory Lebel

Se sentir libre de concilier "vie privée" et "vie numérique" sans intrusion.

Ma page Facebook

Il s’agit ici de romans de fantasy indépendants, ne faisant pas partie de cycles.

1. Porcelaine sous les ruines

Édition collector

Ada Vivalda (Auteur)

Dans ce récit captivant, Alba, une Génie exilée sur Terre pour avoir trop comblé les humains de ses bienfaits, trouve asile et affection dans l’archipel paisible d’Hibernia.

Jadis l’Irlande, cette terre est devenue son sanctuaire, où elle est vénérée comme Lady Whitmore, la Dame aux prunelles obscures, protectrice de ces fragments verdoyants que l’océan grignote.

L’opulence d’Hibernia attire l’avidité de Cymru, un archipel voisin, densément peuplé. Le Conseil de Cymru envoie Lethan Alcor, un émissaire aussi charmant que répugnant, auprès de Lady Whitmore.

Lethan, fraîchement élu Conseiller, a pour but de découvrir le secret de la prospérité d’Hibernia, et il n’hésitera pas à déployer ses manœuvres les plus rusées contre Alba et ses proches.

Date de Parution

1er Février 2024 (23 euros) chez l’éditeur « Olympe »

Mon opinion personnelle

Après m’être immergé dans « Gardiens des cités perdues » , j’ai plongé dans une aventure secrète avec « Porcelaine sous les ruines » . Cette lecture fut une expérience singulière. Le synopsis promettait un récit captivant, et en effet, la lecture fut enrichissante, malgré quelques questionnements sur certains choix narratifs.

L’histoire, relatée en alternance du point de vue d’Alba et de Lethan, offre une vision globale des événements et sentiments. Leur relation, initialement conflictuelle, évolue vers une romance complexe, teintée d’un jeu de séduction et de répulsion.

Bien que l’aspect romantique soit bien traité, j’aurais apprécié une alchimie plus palpable entre les protagonistes. La partie fantastique, bien que prometteuse, semble sous-exploitée. L’univers futuriste où se déroule le récit n’apporte pas de réelle valeur ajoutée, créant un décalage surprenant.

Néanmoins, le roman reste une agréable découverte.

  • La romance est bien construite,
  • les personnages sont mystérieux et se révèlent progressivement,
  • et l’histoire, bien que prenant un tournant inattendu, captive jusqu’à une fin surprenante et satisfaisante.

En résumé, « Porcelaine sous les ruines » est un roman séduisant, avec une intrigue bien menée et des personnages intrigants, malgré une utilisation mitigée de son cadre futuriste.

Peinture onirique, paysage fantastique coloré.
Acheter sur Amazon

2. Dans la vie des pantins par TJ Klune (Auteur), Benoît Domis (Traduction)

Prix

26,90 euros

A paraître

Le 08 février 2024 chez l’éditeur « De Saxus Eds »

Ma critique du livre

Avec Dans la vie des pantins, TJ Klune offre aux lecteurs de fiction spéculative et de jeunes adultes un nouveau conte original. En adaptant librement Les Aventures de Pinnochio, Klune raconte l’histoire attachante d’un père qui crée la vie dans des circonstances peu orthodoxes et d’un garçon qui entreprend un dangereux voyage vers un pays lointain et qui revient chez lui.

Victor, un « vrai » garçon, n’est pas du tout à sa place dans un pays de robots et de machines. Élevé par Giovanni Lawson, son père androïde et inventeur, Victor passe ses journées à fouiller les dépôts de ferraille d’une autre civilisation à la recherche de pièces détachées et à se cacher pour éviter d’être repéré par des machines beaucoup plus grandes que lui.

Avec ses compagnons robots (un aspirateur de nettoyage angoissé et un robot infirmier sarcastique et sadique) ils vivent heureux dans leur atelier en pleine nature, comme une famille. Un jour, Victor et les robots récupèrent un androïde défectueux et amnésique jeté dans les cimetières. Sans le dire à son père, Victor répare l’androïde en lui donnant un nouveau nom (Hysterically Angry Puppet, ou Hap en abrégé), un nouveau cœur fonctionnel et une nouvelle vie avec sa famille improvisée dans la forêt.

Klune a écrit un roman littéraire pour jeunes adultes

Ce roman n’est jamais avare de détails et reste inventif avec ses personnages et la construction de son monde. Dans la vie des pantins se complaît dans son cadre quasi-fantastique et quasi-science-fictionnel, inventant de nouvelles vies pour ses personnages de base et donnant vie à des questions réfléchies sur ce que signifie être humain – aussi nébuleux que ce mot puisse être.

Klune touche ici une corde sensible similaire à celle de ses deux derniers romans, House on the Cerulean Sea (La maison sur la mer céruléenne) et Under the Whispering Door (Sous la porte des chuchotements). Avec une prose charmante et un cadre profondément fantaisiste, Klune fait preuve d’une main habile pour mélanger le fantastique et le banal.

En tant qu’histoire queer et de passage à l’âge adulte, Dans la vie des pantins a un penchant pour la romance, ses deux protagonistes (Victor et Hap) apprenant à gérer leur nouvelle relation dans des circonstances désastreuses.

Illustration colorée d'une famille de robots et humain.

L'application NordVPN pour vous rendre anonyme

  1. Fait transiter votre connexion internet par le biais de n'importe quel pays (+ de 5000 destinations)
  2. Changez votre adresse IP
  3. Chiffrez votre connexion
  4. Eliminez les publicités
  5. Connectez-vous à Tor sans trace
  6. Contournez les barrières mises en place par les fournisseurs d'accès internet
  7. Supprimez les malwares et les publicités
Accéder à NordVPN

Malgré sa prémisse dystopique, le dernier roman de Klune s’intéresse moins à la calamité qui a pu mener l’humanité à l’extinction qu’à la façon dont les machines qui ont survécu reproduisent la colère, le chagrin et la solitude qu’elles ont cherché à laisser derrière elles.

Il s’agit d’une post-apocalypse apaisante, rappelant celles des films du Studio Ghibli, avec des androïdes brûlés et des robots abattus qui aspirent tous à trouver un but autre que celui pour lequel ils ont été programmés.

Malheureusement, le roman met un peu de temps à se frayer un chemin dans l’intrigue

Nous sommes presque à la moitié du livre lorsque notre intrépide équipage se met enfin en route pour un voyage qui changera sa vie. Ce qui commence comme une belle construction atmosphérique du monde commence à ressembler à un peu trop de rembourrage avant les bonnes choses.

Les acolytes robots de Victor commencent à se sentir moins comme des compagnons hilarants que comme une nuisance répétitive, répétant les mêmes blagues et devenant un obstacle à la romance et à l’intrigue elle-même.

Le roman met un peu de temps à se mettre en route, mais une fois que c’est le cas, il s’agit d’une aventure autonome captivante qui nous mène là où nous voulons aller grâce à une vision imaginative.

Acheter sur Amazon

3. Inanna par Emily H. Wilson (Auteur), Alix Dewez (Traduction)

La possibilité de lire une réécriture de l’Épopée de Gilgamesh m’a séduit

  • Les histoires d’une toute nouvelle déesse de l’amour et de la guerre
  • du héros épique Gilgamesh
  • et d’une jeune guerrière enlevée à son foyer

…se rencontrent d’une manière bouleversante.

Ca va être épique ! La construction du monde est luxuriante et grandiose. Le monde semble immense et étendu, et les descriptions de Wilson sont magnifiquement écrites.

Lors de ma lecture, j’ai adoré l’évolution des personnages d’Inanna et de Gilgamesh, qui se développent chacun dans leur propre mythologie. Ninshubar était mon personnage préféré.

J’ai adoré le fait que je n’arrêtais pas de trouver des choses à vérifier. Je n’arrêtais pas de m’arrêter parce que je voulais faire des recherches sur des sujets abordés dans l’histoire. Et j’ai été absolument ravie que Wilson fournisse des titres pour des lectures complémentaires dans ses notes d’auteur.

L’une des parties que j’ai absolument préférées est l’accent mis sur le fait d’écrire sa propre histoire pour chaque personnage. Tous apprennent que ceux qui détiennent le pouvoir ont constamment façonné leur histoire pour conserver ce pouvoir. Et chaque personnage prend la décision qu’il est temps de prendre le contrôle de sa propre vie et de sa propre histoire.

Il y a beaucoup de choses qui ne sont pas résolues, donc attendez-vous à des tomes suivants. C’est d’ailleurs le seul point faible du roman : malgré la longueur de ce livre, ce ne soit qu’une partie de l’histoire.

Prix

25 euros

Parution

14 février 2024 chez Bragelonne

Acheter sur Amazon

⇒ Cliquez pour lire aussi :

4. L’épouse de bois par Terri Windling (Auteur)

Prix

25 euros

Editeur

Moutons Electriques

Parution

22 mai 2024

Mon avis

Windling est surtout connue en tant qu’éditrice de merveilleux recueils d’histoires fantastiques. Il s’agit de son premier roman, un roman fantastique indigène qui se déroule dans les montagnes de Rincon, près de Santa Fe, au Nouveau-Mexique.

La poétesse Maggie Black se retrouve héritière de la succession de son mentor, Davis Cooper, à un moment de sa vie où elle souhaite fuir Los Angeles et le monde de son ex-mari musicien. D’abord déconcertée par la rudesse du désert, Maggie commence à apprécier la beauté qui l’entoure et le pouvoir des esprits anciens et sauvages du lieu en lisant les documents laissés par Cooper et son amante douée, la peintre Anna Naverra.

Maggie avait lu pour la première fois le puissant recueil de poèmes de Cooper, The Wood Wife, en Angleterre, et avait associé les esprits de sa poésie aux créatures celtiques du folklore du Dartmoor. Aujourd’hui, dans le désert de Sonoran, elle commence à rencontrer ses gardiens (des mages du vent, du bois et de la pierre, de la terre et du ciel) et se rend compte qu’il s’agit des muses de la poésie de Cooper et des forces qui influencent la vie de tous ceux qu’elle rencontre.

Le choix de l’approche et du style de Windling présente des similitudes avec les histoires de Charles de Lint et de Robert Holdstock, mais je pense qu’ici, au moins, elle est un meilleur écrivain que l’un ou l’autre de ces auteurs.

Publicité NordVPN avec offre anniversaire.

Là où Holdstock crée des mythes et les fait apparaître dans les bois où se déroulent ses histoires, souvent surchargés et alambiqués, Windling raconte une histoire claire et directe, faisant remonter tranquillement à la surface la magie des montagnes de Sante Fe et l’introduisant dans la vie de son personnage principal.

Il est peut-être trop tôt pour dire que Windling continuera à surpasser de Lint, puisque le défaut de cet auteur est de raconter essentiellement la même histoire à plusieurs reprises (et il s’agit du premier livre de Windling). Mais je dois dire que j’ai trouvé que son cadre et son utilisation de figures mythiques constituaient un changement rafraîchissant.

  • Windling utilise les motifs amérindiens du Trickster,
  • du changement de forme
  • et du chemin en spirale,

…qu’elle tisse avec des éléments celtiques tels que la chasse sauvage, dans un schéma qui démontre la nature universelle des mythes spirituels.

Je ne sais pas dans quelle mesure la mythologie de Windling correspond au folklore amérindien, mais les éléments semblent correspondre à la région.

Mon principal reproche est qu’il n’y a personne d’ordinaire dans toute sa population de personnages. D’accord, il s’agit d’une colonie d’artistes, pleine de gens créatifs, mais c’est comme ces royaumes médiévaux fantastiques remplis de courtisans mais sans femmes de ménage.
Acheter sur Amazon

⇒ Cliquez pour lire aussi :

5. Le chien de guerre et la douleur du monde par Michael Moorcock (Auteur)

Purution

01 février 2024

Editeur

Atalante

Prix

17,50 euros

Mon avis

Ce premier roman se déroule, contrairement aux ouvrages de Moorcock que j’ai couverts jusqu’à présent, dans le passé de la Terre, au lieu d’un futur possible ou d’un monde différent, et suit Ulrich Von Bek. Bek est un mercenaire et un libre penseur de la Guerre de Trente Ans, dont la compagnie a récemment été anéantie lors d’une précédente bataille.

Au cours de ses voyages, il se retrouve dans une maison apparemment abandonnée et découvre qu’il s’agit de la demeure de Lucifer. Comme dans Lightbringer. Morningstar. Vous savez, Satan.

Le vieux Scratch a un travail à faire pour Ulrich : il a besoin de lui pour trouver le Saint Graal. Il semble que le Diable ait, après tout ce temps, réalisé qu’il était peut-être dans l’erreur et qu’il aimerait se réconcilier avec Jéhovah. Obtenir le Graal, et avec lui le remède à la douleur du monde, lui permettrait de le faire. Cependant, il ne peut le faire lui-même et a besoin de l’aide de Von Bek.

Art fantastique de silhouette et ville mystique.

Lucifer estime qu’en tant que libre penseur, guerrier courageux et homme intègre, Von Bek a ce qu’il faut pour faire le travail. De plus, en tant que vétéran endurci de la Guerre de Trente Ans, avec tout ce que cela implique, Von Bek est absolument damné à l’Enfer, ce qui donne à Lucifer l’avantage dont il a besoin pour persuader Ulrich d’accepter le travail, la possibilité d’éviter l’Enfer.

Et s’il a besoin d’une motivation supplémentaire, Von Bek tombe éperdument amoureux d’une femme qui est une autre âme damnée, et le sentiment est réciproque (donc si Von Bek réussit, son âme est sauvée aussi).

C’est ainsi que commence notre grande quête

Elle emmène Ulrich Von Bek, ainsi qu’un compagnon qu’il trouve en chemin, à travers l’Europe, réelle et surnaturelle, afin de récupérer le Graal. Tout cela en un seul livre, en fait assez court.

C’est ce que je reproche en fait : quelque chose d’aussi important qu’une quête du Graal devrait être plus grand, plus mouvementé. Certes, il se passe des choses au cours de cette histoire, mais beaucoup plus d’événements sont des choses dont on nous parle mais qu’on ne nous montre jamais.

C’est peut-être parce que l’idée semblait meilleure que l’exécution réelle. Peut-être que l’éditeur de Moorcock lui a dit qu’il devait l’alléger un peu et qu’il ne pensait pas que cela valait la peine de se battre. Peut-être que la date limite approchait et qu’il s’est dit qu’il y reviendrait dans une histoire ultérieure, ou dans un recueil de nouvelles, comme il l’a fait avec Elric. Je n’en sais rien.

Quoi qu’il en soit, cela donne un tas d’histoires où, en tant que lecteur, je me dis « Attendez, vous ne pouvez pas nous laisser avec une ou deux phrases. Il faudrait que vous développiez un peu ce concept. »

Le reste de l’histoire est… correct

Elle n’est pas aidée par le compagnon d’Ulrich, un épéiste kazakh, qui commence par être raciste et antisémite, et ne change jamais vraiment à cet égard. On en parle moins, mais c’est toujours un personnage qui s’excuse d’une scène pour violer une jeune fille qui séjourne chez un ermite parce qu’elle est vierge.

Le viol n’est pas décrit, mais il a bel et bien lieu, et en dehors de l’affirmation qu’il a eu lieu, il n’est généralement pas commenté. D’un côté, je comprends que Von Bek a vu des choses horribles au cours de ses voyages, et la guerre de Trente Ans a été tout à fait horrible, à la fois en ce qui concerne la façon dont la guerre a été menée et le tribut qu’elle a fait payer à la population qui s’est retrouvée au milieu, à bien des égards.

Cependant, que l’on dise ce que l’on veut des scènes d’agression sexuelle dans Game of Thrones ou Berserk, et que l’on se demande si leur présence est vraiment nécessaire ou si elles pourraient être remplacées par autre chose, elles ont leur raison d’être. Dans ce cas-ci, ce n’est pas vraiment le cas.

C’est dommage, parce que sinon le livre est bien. La fin du livre est vraiment intéressante, et je pense qu’elle commente mieux la relation entre Dieu, le Diable et la religion humaine que, disons, Devilman de Go Nagai. C’est juste que le chemin emprunté par le livre pour y arriver est un peu « eh » . Et lorsque vous racontez l’histoire d’une quête, en particulier d’une quête du Graal, ce voyage est très important.

Acheter sur Amazon

⇒ Cliquez pour lire sur notre blog :

Maquillez votre adresse IP

⇒ Être anonyme sur internet

Nordvpn bannière maquiller votre adresse ip

Laisser un commentaire