Le pauvre et la culture : l’art est-il un loisir de riches ?

 Article modifié dernièrement le 30 Nov 2013 @ 11 h 03 min

Mea Culpa : ma vision condescendante de la culture

— Moi le premier, on m’entend souvent louer les bienfaits de l’art et particulièrement de l’art écrit. J’aime l’écriture, la forme, les émotions que l’on peut faire passer à travers les mots. D’autres considèrent que la peinture ou l’opéra sont des arts fondamentaux.

— Enfin, il m’est peut-être arrivé aussi de pester contre l’abaissement de la culture en France ou du moins le fait que celle-ci soit négligée tantôt par les politiques (niveaux scolaires abaissés, diplômes ayant moins de valeur) tantôt par les citoyens eux-mêmes (remplacement de la lecture par la télévision).

— Mais, en relisant depuis quelques temps deux de mes auteurs préférés (Tolstoï et Jules Michelet), par deux fois je constate qu’ils comparent l’art à un loisir de riches. Leur vision bouscule tout à coup la mienne, elle paraît bien plus réaliste et bien moins condescendante que ce que j’osais croire.

c PhOtOnQuAnTiQuE via www.flickr.com

© PhOtOnQuAnTiQuE via www.flickr.com

TOLSTOI dénigrant l’art

— Tolstoï dénigre carrément l’art en affirmant qu’il représente une perte de temps et qu’il ne s’agit que d’un langage « codé » créé par les aristocrates à l’intention de ceux de leur classe. Après tout, l’art, les codes, les phrases compliquées, les styles de peinture, la musique classique, demandent un temps considérable pour être « décodés » ou au moins compris de l’amateur. Certains amateurs de peinture, par exemple, mettent de très nombreuses années avant d’être très forts dans le domaine de l’impressionnisme, par exemple. Rares sont les personnes spécialistes à la fois de l’impressionisme, du surréalisme, du fauvisme, et caetera et caetera. Alors comment voulez-vous qu’un homme du peuple soit receptif à la fois à la peinture, à la grande musique, à l’écriture ?

— Il faut un temps considérable pour apprendre à aimer un art en particulier, et encore plus de temps pour être capable d’en faire soi-même. Certes, l’art est un langage par le biais duquel on peut faire passer de jolies émotions. Mais cet art n’est pas donné à tout le monde : il faut du temps non passé à travailler, de la concentration, une absence totale de soucis tels que des problèmes d’argent. Bref l’art n’est pas destiné aux gens modestes.

JULES MICHELET : défenseur du peuple

— Jules Michelet a toujours été mon petit chouchou. Je l’ai beaucoup lu dans mon adolescence, admirant son style d’écriture romantique, vivant, imaginatif, puissant. Puis je suis brutalement passé à autre chose. Je reviens vers lui aujourd’hui, et voilà le passage qui me pousse à écrire cet article :

Extrait du Cours professé au collège de France : 1847-1848 par Jules Michelet

« Les circonstances sont-elles les mêmes entre nous, privilégiés du loisir, du savoir, et les hommes de travail ? ont-ils le temps d’étudier, de chercher ? quand ils l’auraient, la fatigue n’est-elle pas un obstacle ? a-t-on toute la liberté de ses facultés inventives, la vive et féconde alacrité de l’esprit, quand on revient las le soir, qu’on trouve le foyer froid, et, autour d’une table nue, des enfants souffreteux, malades ? »

c Couture.Haute

© Couture.Haute

— Michelet a tout dit en peu de mots.

Retour en arrière : ce qu’il faut en déduire

— Tout à coup je regarde d’un autre oeil ce que, peu de temps auparavant, j’osais écrire avec ce qui apparaît maintenant comme de la vanité. Oui certaines personnes regardent la télévision au lien de se mettre la tête dans les bouquins le soir. Oui certaines personnes ne prennent pas le temps d’éduquer leur esprit de manière à résister aux pressions et aux influences des manipulateurs d’esprits : publicitaires, politiques, commerciaux, religieux, tous ceux qui tentent de vous convaincre que leur cause est la meilleure.

— Mais n’est-ce pas dans la logique des choses ? Certains peuvent, après une dure journée de 12 heures de travail, prendre le temps de s’éduquer durant trois ou quatre heures supplémentaires : mais ils restent l’exception. L’art n’est pas quelque chose qui peut s’apprendre durant une pause café.

L’art est-il inutile ?

— Si l’on suit ce raisonnement, l’art serait-il une invention inutile ?

— L’art aurait-il été inventé par des aristocrates vivant d’héritages et de pensions ? par des femmes auxquelles des maris embourgeoisés ont demandé de rester à la maison et qui s’ennuyaient ?

— L’art est-il quelque chose qu’on fait lorsqu’on s’ennuie ?

— J’avoue que, pour le coup, vos avis et vos lumières m’intéressent car je ne sais plus que penser.

Trois flèches vers le bas

1- Logiciel de brouillage d’adresse IP :

Contourner la censure en surfant anonyme

2- L’article explicatif :

La différence entre un proxy et un VPN

3- Comment espionner un smartphone (app) :

L’application de référence

Commentez ici

  • Greg 8 mars 2013, 2 02

    Ce sujet n’intéresse personne ? Hmm… dommage.

  • Pierre-Henri 8 mars 2013, 10 10

    Si si, ça intéresse du monde (enfin moi tout du moins). Mais je ne suis pas du même avis que ce bon vieux Tolstoï et que Michelet (que je ne connais pas). Pour la simple raison qu’une quantité astronomique d’œuvres ont été réalisées par des personnes économiquement pauvre ou très modestes. Je pense au Blues et à Leadbelly, au Jazz avec Django, à bon nombre d’écrivains (Gogol, Bukowski, etc) et des peintres à la pelle. Par exemple dans la culture gitane, chez les sinti en particulier, la musique a une place prépondérante et bien que jouant essentiellement du Jazz manouche, ils écoutent beaucoup de musique classique (Chopin, Gabriel Fauré, Debussy, etc.). Je ne crois pas que ce soit une question de richesse, sauf évidement si on vit au bord du lac Victoria et que la vie consiste à faire sécher de la perche du Nil à grand coup d’ammoniac …

    Je pense plus que la culture est plus une question d’envie. Par exemple j’adore la musique, j’en joue tous les jours, mais par contre je suis hermétique aux arts plastiques. Ça ne m’intéresse pas, car jamais le moindre sentiment ne m’a traversé via le visuel. Je n’y suis pas réceptif. Peut être que ça changera, mais je n’irai jamais me compromettre à aller « faire une expo photo » juste histoire de faire comme si cette forme d’art m’intéressait.

  • Greg 8 mars 2013, 11 11

    Merci de ta petite pierre à l’édifice. C’est vrai que ton argument est convaincant et que, naturellement, je penche aussi vers ton avis… Il doit sûrement y avoir des philosophes qui ont étudié la question.

Article suivant:

Article précédent:

Share This