GON : la star du manga muet

Photo of author
Écrit par Mimie

Aidons les citoyens à protéger leurs communications & leurs discussions numériques, qu'ils puissent vivre sans craindre d'être surveillés.

Présentation

  • Scénariste : Tanaka (Masashi)
  • Dessinateur : Tanaka (Masashi)
  • Editeur : Casterman (Web)
  • Genre / Public : Inclassable / Ados-Adultes
  • Type d’oeuvre : Manga
  • Nb. tomes parus : 7 + 1 Hors-Série (série en cours au Japon)
  • Date de parution : Septembre 1995

Gon est une oeuvre originale et unique, il reste cependant inclassable pour les raisons suivantes :

  • Son format est plus grand que les mangas habituels et plus petit que les BD classiques.
  • Il est sans paroles ni commentaires.
  • Le « héros » s’apparente à un T-Rex miniature à la peau dure et orange… en bien plus féroce !

« Gon », un manga sans frontières

Gon - Manga ReviewL’art narratif est unique dans sa méthode de transmission d’une histoire en ne s’appuyant pas nécessairement sur le texte.

Demandez à n’importe quel dessinateur de bande dessinée, professeur d’art ou éditeur, et ils vous diront qu’une bonne bande dessinée doit être capable de raconter visuellement son histoire sans avoir besoin de texte.

Le flux de la narration doit fonctionner avant même que les mots ne soient ajoutés. Mais qu’en est-il si vous poussez cette philosophie à l’extrême ? Vous vous retrouvez avec une petite série de manga qui transcende à la fois la langue et la culture appelée Gon.

Gon est une série de manga créée par l’artiste Masashi Tanaka, qui a commencé à paraître dans le magazine Weekly Morning en 1991 et s’est terminée en 2002.

C’est l’histoire d’un petit dinosaure grincheux nommé Gon qui a survécu à l’extinction de son espèce dans les temps modernes, parcourant la Terre tout en rencontrant une variété d’autres animaux sauvages.

Ses interactions avec ces animaux varient de l’amitié à la violence, Gon se battant souvent contre des ennemis beaucoup plus grands, étant adopté par une famille d’animaux ou devenant un parent de substitution pour d’autres, tout en cherchant de la nourriture et un endroit confortable pour faire la sieste.

Les personnages

Finalement aucun être humain n’est dessiné dans ce manga, on y voit uniquement des animaux.

Gon, le fameux petit T-Rex, possède un point caractéristique qui est son extrême force physique malgré sa petite taille, c’est pourquoi les animaux sauvages ne l’impressionnent pas du tout car sa force sans commune mesure permet de les dompter de manière musclée.

Quant aux autres animaux, Gon les aide lorsqu’il se font attaquer par plus fort qu’eux, chose qui le met hors de lui ! du coup ces animaux plus fragiles l’adorent 🙂 … comme nous ^^

Le dinosaure Gon veut à manger comme les oiseaux dans le nid !
Le dinosaure Gon veut à manger comme les oiseaux dans le nid !

L’histoire

L’histoire du manga est très simple, Gon s’occupant généralement de ses affaires avant de s’occuper de la vie des animaux qui vivent dans les environs.

Grâce à sa grande force et à sa quasi-invulnérabilité, aucun prédateur ne représente une menace pour lui, et aucun animal qui lui résiste ou l’ennuie d’une manière ou d’une autre ne parvient à s’en tirer indemne.

Gon se déplace d’un endroit à l’autre, laissant soit un carnage dans son sillage, soit se retrouvant avec une armée de faune qui le suit fidèlement par peur de se mettre à son compte. Parfois, il donne des leçons aux créatures qu’il rencontre, comme leur apprendre à collecter de la nourriture difficile à obtenir ou à se défendre contre les prédateurs.

Les histoires des aventures de Gon ne sont guère uniques, et malgré sa nature épisodique, la série se déroule souvent selon des schémas et des répétitions familiers, où la seule différence majeure est le changement de distribution et l’objectif de Gon (généralement la nourriture, le sommeil ou la solitude).

Mais ce ne sont pas les histoires que Gon raconte qui rendent le manga unique, c’est la façon dont les histoires sont racontées, car elles sont complètement dépourvues de mot.

Un ours féroceChacun des 7 tomes que composent ce manga est composée de diverses histoires indépendantes mettant en scène notre petit héros, s’il vous arrivait de manquer un tome ce n’est pas très grave.

La plupart du temps ses occupations principales sont manger et dormir, mais ce n’est pas pour autant qu’il s’ennuie car il est aussi très curieux et trouve toujours un animal à humilier ou à protéger.

Il parcourt tous les territoires possibles et fait des rencontres très diverses, allant du requin au lion ou de la tortue géante au kangourou, il s’est s’adapter au nouvel environnement qui l’entoure en essayant de s’approprier le mode de fonctionnement des autres animaux, tel un bébé homme :

  • il s’adapte aussi bien dans l’eau,
  • sur la banquise,
  • sur la terre
  • ou sous-terre.

Les dessins

Les dessins sont fantastiques, les expressions des visages sont remarquables, c’est un pur bijou graphique, c’est d’ailleurs une des raisons qui a fait que j’ai tout de suite aimé Gon. Les protagonistes communiquent par des mimiques universellement reconnaissables (joie, peur, colère), c’est très expressif 🙂

Le découpage des images (la mise en scène) est effectuée avec brio et donne le rythme necessaire à cette oeuvre. Si certains ont peur de s’ennuyer devant ce manga sans paroles, qu’ils soient rassurés car c’est impossible, l’histoire est bien ficelée et le dessinateur nous emmène à chaque fois là il le souhaite, nous avons qu’une hâte en lisant le livre c’est de tourner la page pour voir les images suivantes, la réalité des paysages et des animaux est bluffante !

L’œuvre de Tanaka est exceptionnellement gaie, même si elle pèse sur l’encrage et les ombres.

On sent la joie dans l’utilisation d’expressions de dessins animés et de moments burlesques chaque fois que Gon se bat.

Car croyez-moi, cette série ne craint pas la brutalité de la nature, avec de nombreux personnages de soutien de Gon qui connaissent une fin horrible aux mains des prédateurs, des catastrophes naturelles et de la maladie, même si beaucoup d’entre eux sont des bébés animaux mignons et pelucheux.

La mort fait partie de la nature, et Tanaka ne rechigne pas à le montrer dans ses histoires. Ce qui rend le manga vraiment unique par rapport à beaucoup d’autres titres est l’absence totale de dialogue ou d’effets sonores.

L’absence totale de dialogue et d’effets sonores

C’est une histoire purement racontée par le biais des seuls éléments visuels. C’est une décision délibérée de Tanaka, qui espère créer un manga qui pourrait être lu par n’importe qui, quelle que soit sa langue ou sa culture.

En supprimant les dialogues, la bande dessinée repose uniquement sur les émotions et les expressions des personnages. Lorsque l’humeur constamment grognon de Gon est brisée par son sourire, son déchirement ou sa colère, on le ressent mille fois plus que s’il s’asseyait et montrait les émotions qu’il ressentait (comme le font bon nombre de séries de manga).

En se concentrant sur les émotions visuelles pures et non filtrées, Takara réussit à capturer l’expérience de la vie animale, créant ainsi la représentation la plus précise de la xénofiction.

Dinosaure Gon avec un écureuil
Gon avec un écureuil

La xénofiction à l’état pure

La xénofiction, des histoires où la perspective du récit repose sur des animaux ou d’autres personnages non humains, n’est pas nouvelle.

D’autres exemples d’oeuvres de xénofiction

  • Black Beauty
  • Watership Down
  • Pom Poko

Mais lorsque ces histoires expriment les sentiments des animaux par l’analyse et même par des langages uniques, elles s’appuient toujours sur l’outil humain que sont les mots pour transmettre l’expérience.

Gon, en revanche, capture l’expérience de ce que c’est que d’être un animal le plus proche, principalement en vertu de son médium : la bande dessinée.

Les animaux ne parlent pas, ils agissent.

Comment agissent les animaux

  • Ils ne réfléchissent pas à la question de savoir si tuer est une bonne chose ou une mauvaise chose
  • Ils ne jugent pas les autres
  • Ils agissent par pur intérêt personnel (sauf, ironiquement, Gon qui devient la seule exception en venant au secours des autres, mais seulement si cela ne l’affecte pas négativement)
  • Les animaux fonctionnent selon un système simple d’actions dures
  • Guidés par l’instinct
  • La faim
  • La volonté de survivre

Ils n’ont pas besoin de mots. Le langage des animaux est universel. Et pour le saisir, Gon doit être universel pour ses lecteurs.

Dans un silence complet, Gon nous emmène au cœur de la nature, nous jetant souvent la tête la première dans les épines et les nids de guêpes qui la parsèment, mais nous montrant aussi sa beauté, alors que nous accompagnons le plus grincheux des petits dinosaures dans son périple à travers la planète.

Verdict

Je me suis personnellement éclaté et j’ai beaucoup ri en lisant les 3 premiers tomes lorsque j’avais 17 ans, je n’ai pas lu les suivants et j’en suis aujourd’hui très heureux car je vais pouvoir acheter l’intégrale de Gon pour mon plus grand plaisir 🙂

Certaines scènes sont tout de même assez violentes sans l’être de trop et souvent on a mal pour les pauvres prédateurs qui sont tombés sur ce petit dinosaure et qui ont pris très chers ! l’apprentissage de la vie pour Gon est vraiment amusante, je vous le conseille.

Et pour l’anecdote le personnage de Gon a fait une apparition dans le jeu de combat Tekken 3, où on peut le voir résister aux flammes et cracher de petites boules de feu …

Gon est publié par Kondasha au Japon. La série a été adaptée en une série animée en images de synthèse, en 2013, difficilement trouvable aujourd’hui (elle n’est plus sur Netflix).

2 jeux vidéo ont été créés sur Super Famicom en 1993 et sur Nintendo 3DS en 2012, ainsi qu’un délicieux retour dans Tekken 3 sur Playstation 2.

Un film d’animation japonais réalisé par Moto Sakakibara est sorti en 2007.

Ici les tomes de GON en manga sur Amazon

Vous voulez maquiller votre adresse IP ?

Lancez ce logiciel pour dissimuler votre trafic et votre identité

Nordvpn bannière maquiller votre adresse ip

3 réflexions au sujet de “GON : la star du manga muet”

  1. lol cette bouille fait vraiment plaisir à voir, en effet les dessins ont l’air magnifiques. Merci pour les illustrations. C’est clair que GON est le genre de livre qu’il faut « avoir lu avant de mourir » comme le dit l’expression, rien que pour son originalité et les rires assurés.

    (Quand t’auras acheté l’intégrale, prête-la moi stp ! d’ailleurs j’attends toujours que tu me prêtes Watchmen..)

    Répondre

Laisser un commentaire