L’alliance des Five Eyes telle que nous la révèle la NSA

Photo of author
Écrit par Mallory Lebel

Se sentir libre de concilier "vie privée" et "vie numérique" sans intrusion.

Ma page Facebook

Histoire des Five Eyes

L’origine des Five Eyes réside dans la décision de Winston Churchill, en 1941, d’inclure les États-Unis dans l’un des plus grands secrets de tous les temps : le fait que le Royaume-Uni (avec l’aide des Polonais et des Français) avait brisé le système de cryptage allemand Enigma.

Ce secret (connu sous le nom d’ULTRA) était très strict au Royaume-Uni, et l’idée de le partager avec les Américains n’était pas sans risque, mais il s’est avéré être un calcul politique astucieux.

Après la guerre, cette coopération anglo-américaine a été formalisée dans l’accord UKUSA de 1946.

  • L’Australie
  • le Canada
  • et la Nouvelle-Zélande font partie de l’accord de par leur statut de Dominion au sein du Commonwealth britannique

D’autres dominions – notamment l’Afrique du Sud et brièvement l’Inde, le Pakistan et Ceylan – n’étaient pas inclus, ce qui a donné naissance à l’idée que les Five Eyes étaient un club anglo-saxon blanc. Cela était peut-être vrai dans les années 1940 et 1950, mais n’a que peu ou pas de validité aujourd’hui, alors que les cinq pays sont plus cosmopolites.

Ce qui est vrai, en revanche, c’est que les cinq pays ont eu tendance à voir le monde en des termes similaires et ont collaboré étroitement dans la plupart des crises depuis 1946 :

  • y compris la guerre de Corée
  • la guerre froide
  • et la soi-disant guerre contre le terrorisme

Aujourd’hui, les cinq évaluent les dangers potentiels de la montée en puissance de la Chine en des termes similaires.

L’alliance Five Eyes est née d’accords d’espionnage conclus pendant la Seconde Guerre mondiale

L’alliance Five Eyes découle d’un accord original de 1946, complété par des annexes et un ensemble vertigineux de protocoles d’accord.

L’alliance Five Eyes facilite le partage de renseignements en autorisant les transmissions entre :

  • les États-Unis
  • le Royaume-Uni
  • l’Australie
  • le Canada
  • la Nouvelle-Zélande

L’accord prévoit que les Five Eyes doivent partager, par défaut, tous les renseignements électroniques qu’ils recueillent.

Une annexe à cet accord précise que les Five Eyes doivent partager « continuellement, actuellement et sans demande » à la fois les renseignements bruts (c’est-à-dire non analysés) et le produit final (renseignements interprétés).

drapeaux des five eyes

Au fil des ans, il y a eu de sérieux revers

  • Le refus des États-Unis de soutenir le Royaume-Uni pendant la crise de Suez
  • la réticence du Royaume-Uni à s’impliquer dans la guerre du Vietnam
  • l’interdiction par la Nouvelle-Zélande des navires de guerre dotés d’armes nucléaires dans ses eaux
  • une série de revers en matière d’espionnage, de Kim Philby et George Blake dans les années 1960 à Aldrich Ames et Robert Hanssen dans les années 1990/2000

Plus récemment, il y a eu la controverse sur les renseignements défectueux qui ont conduit à l’invasion de l’Irak en 2003. Cependant, la survie du pacte à travers de tels traumatismes témoigne de la force inhérente des Five Eyes.

Les risques de l’expansion

Malgré l’attrait politique d’un élargissement de l’alliance face à l’affirmation croissante de la Chine, il est probable que les cinq pays et leurs agences s’opposeront à l’idée d’élargir le club.

  • Leurs deux principaux arguments porteront sur la qualité du renseignement
  • et sur l’alignement de la politique étrangère
Peu des quatre pays suggérés sont réputés pour la qualité de leur renseignement. En Corée du Sud, la qualité de la couverture de sa principale cible, la Corée du Nord, a été inégale. Le National Intelligence Service a également été étroitement associé à la politique intérieure de droite.
Depuis 1945, l’Allemagne et le Japon sont tous deux mal à l’aise à l’idée que le renseignement joue un rôle trop central dans le gouvernement. Pendant de nombreuses années, le service allemand a été basé près de Munich alors que le gouvernement central se trouvait à Bonn, éloignant inévitablement le renseignement de l’élaboration des politiques.
Au Japon, les services sont fragmentés, bien que probablement plus efficaces qu’il n’y paraît. Parmi les quatre pays inclus dans le projet de loi, seule l’Inde dispose de structures similaires à celles des Five Eyes, bien qu’une part importante de leur production concerne le Pakistan, qui serait vraisemblablement exclu de tout nouvel arrangement.

Aucun des quatre pays ne partage instinctivement les vues des alliés des Five Eyes sur les menaces mondiales

  • L’Allemagne a maintenu des liens commerciaux étroits avec la Russie malgré les agressions du président Poutine en Ukraine et en Crimée, l’abattage du MH17 et les empoisonnements de Skripal à Salisbury. Berlin a résisté à toutes les tentatives d’annulation du projet Nord Stream.
  • L’Inde, elle aussi, a tenu à conserver ses relations étroites avec Moscou, notamment dans le domaine des achats d’armes, et a veillé à ne pas laisser le dialogue quadrilatéral se transformer en une alliance stratégique contre la Chine.
  • La Corée du Sud ne souhaite pas entretenir une relation d’opposition avec Pékin, et n’a actuellement que peu d’appétit pour l’amitié avec Tokyo. En fait, le partage de renseignements entre la Corée du Sud et le Japon a fait l’objet d’âpres discussions ces dernières années.

L'application NordVPN pour vous rendre anonyme

  1. Fait transiter votre connexion internet par le biais de n'importe quel pays (+ de 5000 destinations)
  2. Changez votre adresse IP
  3. Chiffrez votre connexion
  4. Eliminez les publicités
  5. Connectez-vous à Tor sans trace
  6. Contournez les barrières mises en place par les fournisseurs d'accès internet
  7. Supprimez les malwares et les publicités
Accéder à NordVPN

La réponse, quand elle viendra, sera sûrement qu’il est possible d’approfondir les liens en matière de renseignement avec les quatre pays, en particulier ceux d’Asie, mais en dehors des limites des Five Eyes. Le Japon sera le plus déçu des quatre, mais il ne sera guère surpris.

Le président chinois Wang Yi considère les "cinq yeux" de l'Occident comme une relique de la guerre froide.
Le président chinois Wang Yi considère les « FIVE EYES » de l’Occident comme une relique de la guerre froide.

Quels sont les renseignements échangés par la NSA ?

Les pays participants :

  • mettent leurs analystes à disposition l’un de l’autre
  • mènent des opérations conjointes
  • s’invitent mutuellement pour parler, échanger, se consulter et établir des décisions politiques au niveau de la direction
  • organisent des conférences, dont les conférences « Program Management & Review » et « Joint Management Review »

Source : Description of SIGINT relations between NSA and GCHQ (1985)

Notez qu’il existe un flux important d’interceptions brutes, de résultats d’analyses techniques et de renseignements électroniques entre la NSA et le service de renseignements britannique (GCHQ).

En quoi consiste l’échange de renseignements entre le GCHQ et la NSA ?

Cet échange implique le partage d’une grande variété de cibles dans le monde entier :

  • des activités militaires
  •  aux activités terroristes
  • en passant par l’échange de matériel
  • des interceptions brutes
  • et des résultats analytiques

Le GCHQ, par exemple, a un accès direct aux systèmes informatiques de la NSA.

Le partenariat cryptologique des États-Unis avec le Royaume-Uni (mai 1997)

En 1997, la NSA a produit un document de référence sur les relations cryptologiques entre les États-Unis et le Royaume-Uni à l’intention du président Clinton, en prévision de sa prochaine rencontre avec le premier ministre britannique de l’époque, Tony Blair.

  • Le document décrit la relation comme étant « basée sur l’accord UKUSA de 1946« , et comprend de nombreuses annexes ajoutées au fil des ans.
  • Le document confirme l’accord initial d’échange sans restriction.
  • Les responsables gouvernementaux ont également reconnu la mise en commun des ressources entre les Five Eyes.

L’ancien secrétaire à la défense Caspar Weinberger a fait remarquer que :

« Les États-Unis n’ont ni la possibilité ni les ressources nécessaires pour collecter unilatéralement toutes les informations de renseignement dont nous avons besoin. Nous compensons par divers accords de partage de renseignements avec d’autres nations dans le monde ».

On parle bien ici d’externalisation du renseignement.

Le rôle des pays membres des Five Eyes

Les partenaires de Five Eyes :

  • Collaborent sur un large éventail de cibles, avec des protocoles d’accord fournis au bureau de la politique générale de la NSA.
  • Reçoivent du trafic brut, du matériel technique et des rapports sérialisés dérivés de l’effort américain sur les cibles mutuelles.
  • Reçoivent des informations de renseignement sur les questions ayant un impact sur les relations internationales, et sur les événements liés aux intérêts politiques, économiques, militaires ou de sécurité des partenaires.

Source : Policy and guidance to elements of the United States SIGINT System

Comme vous le voyez, cette collaboration soulève de nombreuses questions :

  • Quelle est l’étendue des « cibles » pour lesquelles les pays collaborent ?
  • Dans quelle mesure sont-elles « ciblées » ?
carte des pays membres des five eyes
Carte des pays membres des five eyes

L’alliance de surveillance « Fourteen Eyes »

Publicité NordVPN avec offre anniversaire.

The Fourteen Eyes est une alliance de surveillance entre quatorze pays qui ont décidé de se regrouper et de partager leurs informations de renseignement entre eux.

Cela inclut l’historique de navigation de tout utilisateur résidant actuellement dans l’un de ces pays.

Comme nous l’avons vu, les 14 Eyes ne comptaient que cinq pays et étaient connus sous le nom d’accord UKUSA. Mais rapidement l’allliance s’est étendue à 9 pays, avant que 5 autres pays ne viennent s’y ajouter pour atteindre un total de 14 pays.

Il y a aussi quelques pays de soutien supplémentaires qui ne font pas officiellement partie du réseau mais qui contribuent régulièrement.

➔ Pourquoi l’alliance Fourteen Eyes est une menace ?

La raison principale pour laquelle Fourteen Eyes est si controversée est qu’elle permet aux gouvernements d’espionner leur propre peuple par le biais d’un mandataire.

Les États-Unis ne peuvent pas légalement espionner leurs résidents, ils peuvent donc demander aux services de renseignement britanniques de le faire à leur place, et vice versa.

Même si votre gouvernement ne vous espionne pas, il est toujours possible pour n’importe quel autre pays faisant partie des Fourteen Eyes de vous regarder dans les yeux.

Depuis qu’Edward Snowden a révélé que les États-Unis espionnent leur population dans une mesure bien plus grande que ce que l’on aurait pu imaginer, il n’est pas difficile de supposer que d’autres pays font la même chose.

➔ Quels sont les pays membres des Fourteen Eyes ?

Comme nous l’avons dit plus haut, l’accord UKUSA est arrivé en premier et les cinq pays suivants ont formé une alliance sur cette base :

  • Australie
  • Canada
  • Nouvelle-Zélande
  • Royaume-Uni
  • États-Unis

Après les cinq premiers pays, quatre autres pays ont rejoint l’alliance :

  • Danemark
  • Pays-Bas
  • France
  • Norvège

Par la suite, cinq autres pays ont rejoint l’alliance :

  • Allemagne
  • Belgique
  • Espagne
  • Suède
  • Italie

D’autres pays sont considérés comme des partenaires ou des affiliés de l’organisation Fourteen Eyes :

  • Israël
  • Japon
  • Corée du Sud
  • Singapour
  • Territoires britanniques d’outre-mer

Conclusion

La menace sur notre vie privée en ligne est évidente. Il est possible que les gouvernements de ces pays espionnent des millions de personnes et collectent des données pour leurs propres besoins.

Bien qu’un VPN soit une bonne méthode de protection peu coûteuse, vous devez vous assurer que votre fournisseur de VPN n’est pas enregistré dans l’un des pays susmentionnés.

De même, tout service internet implanté aux Etats-Unis ou en Grande-Bretagne est soumis aux lois de ces pays, notamment l’obligation de conserver vos données durant 3 mois minimum. D’où l’intérêt d’opter pour NordVpn qui s’est basé au Panama pour échapper à cette obligation.

1 mois
10,59
Abonnement d'un mois
+ de 5000 serveurs mondiaux
Streaming sans interruption
6 appareils en même temps
1 mois
2,92
69,99 € pour 2 ans
Confidentialité en déplacement
Serveurs VPN partout
Appareils multiples
Double protection

Maquillez votre adresse IP

⇒ Être anonyme sur internet

Nordvpn bannière maquiller votre adresse ip

0 réflexion au sujet de « L’alliance des Five Eyes telle que nous la révèle la NSA »

Laisser un commentaire