Serveur dédié : Dedibox ou Kimsufi ?

Photo of author
Écrit par Mimie

Aidons les citoyens à protéger leurs communications & leurs discussions numériques, qu'ils puissent vivre sans craindre d'être surveillés.

La guerre fait rage chez les hébergeurs français depuis quelques temps, je pense particulièrement à OVH et Online, c’est à celui fera la différence au niveau de ses offres sur les serveur dédiés, plus précisément leurs offres bas de gamme à prix cassé qui attirent de plus en plus de monde.

c meteo-quimper
© meteo-quimper

C’est quoi un serveur dédié

En gros louer un serveur dédié c’est louer une machine reliée à Internet chez un hébergeur. C’est comme si c’était votre propre ordinateur, vous l’administrez comme bon vous semble et vous installez les outils que vous aimez. Vous en faites ce que vous voulez  tout en respectant bien sûr la charte de votre hébergeur.

Mais voici la définition Wikipédia pour les sceptiques :

Un serveur dédié est un serveur qui est mis à disposition d’un seul client par un hébergeur.
Le serveur dédié peut être administré à distance via le réseau Internet ou administré par l’hébergeur. Dans le second cas, on parle de serveur dédié infogéré.
On parle de machine entièrement dédié par un hébergeur de sites Web lorsque le client a la possibilité de gérer, non seulement les fichiers sur le serveur, mais également les applications ainsi que leurs configurations et de serveur semi-dédié lorsque le client a uniquement accès aux fichiers du serveur.

Rapide historique

  • Dedibox débarque en mai 2006 en cassant les prix sur le marché des serveurs dédiés, Iliad (maison mère de Free) poursuit alors sa mission de faire baisser les prix en proposant son offre Dedibox à 29,99 € HT. Testée et approuvée, cette offre fait des ravages chez la concurrence.

L’hébergeur OVH, un des leaders sur le marché, réagit très vite en proposant un nouveau produit au même tarif, le Gameplan Reloaded, en quelque sorte une réplique de la Dedibox.

  • En juin 2010, Online, filiale d’Iliad, propose sa version 3 de l’offre Dedibox en jouant à nouveau sur les prix pour se différencier de ses concurrents. L’offre Dedibox V3 est alors annoncée à 14,99 € HT mais il faudra compter 39,99 € HT pour son installation.

La réponse du géant OVH n’aura pas tardé en sortant une nouvelle gamme de produit dont l’entrée de gamme, le Kimsufi 250G, est proposée à 14,99 € HT. OVH demande 49,99 € HT pour la mise en service du serveur, ces frais sont offerts dès lors qu’un engagement d’un an est souscrit.

  • En janvier 2011, Online modifie son offre Dedibox. Dans sa nouvelle gamme « Start » nous retrouvons en entrée de gamme un modèle de l’ancienne série v3, la Dédibox SC à 14,99 € HT dont les frais d’installation sont à présent offerts.

Caractéristiques techniques

  • Dedibox SC
Offre Dedibox SC
Serveur Dell® VS11-VX8
Processeur Nano® U2250
Architecture 1x 1.6 GHz, 64 Bits, Virtualisation
Mémoire vive 2 Go DDR2
Disque dur 1x 160 Go SATA2
Sauvegarde
Connexion 1 Gbit/sec
Traffic Trafic illimité
Prix mensuel 14,99 € HT
Frais d’installation 0 €
  • Kimsufi 250G
Offre Kimsufi 250G
Serveur
Processeur Intel Celeron D/215/220
Architecture 1.20+ GHz
Mémoire vive 2 Go DDR1/DDR2
Disque dur 1x 250 Go SATA2
Sauvegarde 100 Go inclus
Connexion 100 Mbps/sec
Traffic Trafic illimité
Prix mensuel 14,99 € HT
Frais d’installation Offerts pour un paiement annuel

Voici le lien d’un site ayant testé l’offre low-cost d’OVH : test-kimsufi-250g-le-serveur-a-15e

Avis

Je n’ai personnellement jamais louer de serveur dédié (ni même mutualisé), mais je vais devoir en louer un prochainement, avez-vous déjà fait l’expérience d’une Dedibox SC ou d’un Kimsufi 250G ? utilisez-vous un autre hébergeur proposant des tarifs raisonnables ? Merci d’avance.

Catégories Web

Vous voulez maquiller votre adresse IP ?

Lancez ce logiciel pour dissimuler votre trafic et votre identité

Nordvpn bannière maquiller votre adresse ip

17 réflexions au sujet de “Serveur dédié : Dedibox ou Kimsufi ?”

  1. — Modération —

    Cet article attirant les entreprises désireuses d’insérer leur lien et leur publicité sur le blog, avec l’accord de Mimie je modère et je ferme les commentaires. Désolé pour les simples lecteurs.

    Répondre
  2. Hello,

    Perso j’utilise depuis un peu plus de 2 ans un serveur chez Digicube, et j’en suis content, la machine tourne bien, spa cher, et le support est sympa et toujours pret à rendre service.

    Répondre
  3. J’ai un Kimsufi 250G (1.2 GHz + 2Go RAM + 250 Go disque + 100Mbps réseau) depuis plus d’un an et j’en suis très content. Pas le moindre ennui.

    Je suis arrivé à faire tourner un site sous Joomla (cache activé) avec 8000 visiteurs/jours dessus sans qu’il sature (85% CPU et RAM quasi à fond) mais pas de ralentissement ressenti.

    Le serveur débite bien et les latences sont basses 25ms depuis une connexion free (Sud de la France).

    Bref, c’est une valeur sûre.

    Pour les débutants je ne pense pas que ce soit adapté par contre. Trop de choses à gérer, trop de commandes ésotériques, parfois peu de documentation claire. Il vaut mieux se faire un peu la main sur une machine virtuelle en locale avant ou alors ne pas être pressé de mettre son site en ligne.

    Prévoir aussi de scripter les sauvegardes ce qui prends aussi du temps.

    PS : J’ai développer un petit soft assez pratique pour monitorer son serveur dédié. Il est dispo sur http://slymsoft.com

    Répondre
  4. Salut 😉

    J’écris pour le retour d’expérience 🙂

    Il ne faut pas se leurrer, la baisse de pris est aussi synonyme de baisse de qualité.
    Je m’explique.

    Des Hébergeurs (Serveur Dédié) j’en ai fait un paquet.

    – Oxyd = Très bon serveur très robustre, on peut mettre 4 gros serveur de jeux dessus sans problème, bien sur tout dépend du serveur pris ^^, seul problème, c’est chers Oo

    – Grandi, j’ai participé au lancement en avant première de leur système de serveur payé à la consommation Virtualisé (On paie ce que l’on choisi)
    Les Serveurs de Jeux ne tenait pas trop le choc, mais pour héberger des Sites Internet c’est nickel.

    – Ovh = C’est l’un des rapports/qualité prix le mieux du Marché, je n’ai jamais eu de problème chez eux.
    Haaa si, impossible de prendre un Kimsufit, j’ai essayé 3 fois, et à chaque fois ma commande était annulé, l’offre n’est pas disponible pour la France.

    – Dedibox SC = J’y était il y a quelques années, mais c’était juste Dedibox et il n’avait qu’une offre, là j’ai essayé le Dedibox SC, une catastrophe !!!
    J’installe un Serveur CSS, le temps des Rounds passe comme des secondes, le Ping des joueurs varie entre 100 et 300 secondes.
    J’ai tout essayé, recompilation du Kernel, etc…
    Rien à faire, sauf passer par Wine pour émuler un OS Windows, après sa tourne pratiquement Nickel, je dis Nickel car il plante par moment.
    En gros Dedibox SC est bien pour son prix mais uniquement en hébergement Web.
    Même si parfois la connexion au SSH est refusé et accepté la fois d’après.
    La Virtualisation du CPU, pas TOP, après bien sur sa peu convenir à un débutant 🙂

    Tout les hébergeur et tout les prix se valent suivant ce que veut réaliser la personne qui va louer un tel service.

    Enfin bref, c’était ma parenthèse ^^

    Répondre
  5. J’ai personnellement opté pour l’offre Dedibox SC de Online.net en mode Ubuntu Server, aucun problème non plus mais si je n’avais aucune base Unix je n’aurai pas pu à mon avis.

    Répondre
  6. L’administration d’un serveur dédié et l’aspect sécurité sont deux pans chronophages au possible lorsqu’on veut faire les choses proprement. On ne s’improvise pas administrateur système : il faut bûcher un minimum pour que sa machine tourne bien. Quoi qu’on en dise.

    Pour ma part, j’ai un kimsufi OVH depuis 2 ans et AUCUN problème, c’est un vrai régal. Comme quelqu’un l’a dit plus haut… OVH n’a pas la main sur la machine, alors tout va bien ! 🙂

    Bon courage,
    Stéphane

    Répondre
  7. oui, en l’état actuel des choses les serveurs mutualisés me vont très bien, d’autant plus que je n’administre pas des sites à très forte audience donc ça me convient bien. Pour le reste, à voir plus tard ..

    Répondre
  8. @Greg j’allais dire comme vincent, il l’a déjà dit, mais je le répète quand même : il existe des plateforme mutualisées qui offrent des possibilités d’adapter son hébergement à son besoin « à la volée » et qui offre en plus un certain nombre d’outils permettant d’administrer plus facilement.
    (Perso, je suis chez Gandi hébergement).

    Répondre
  9. Bonjour à tous, me concernant, j’ai finalement tranché pour le Serveur Cloud Dynamique de 1 and 1, qui permet de modifier à la volée la puissance du serveur. (1 à 4 coeurs, 1 à 32 Go de RAM et 100 à 1000 Go de disque)

    Performant, et dispose d’outils permettant de redémarrer le serveur à distance (depuis un iphone) en cas de souci.
    Plesk est fourni avec un grand nombre de site, donc aucun pb pour héberger plusieurs domaines à partir de Plesk.

    Répondre
  10. J’ai peut-être un rien (volontairement) forcé le trait : un serveur dédié, c’est plus de boulot qu’un mutualisé. Mais c’est pas insurmontable non plus (les panels aident pas mal quand même). Maintenant je conseillerais d’avoir une première expérience en installation d’un serveur linux pour bien se rendre compte de ce qui tourne autour, et d’ajouter les thématiques backups et sécurisation (vu que c’est une machine sur le web).

    Pour répondre à ta question … pas de vraie réponse, çà dépend vraiment de la nature des sites que tu héberges, sont-ils consommateurs de ressources (scripts php consommateurs, framework java lourd, grosse charge bdd) et de connexions (y’a t’il beaucoup de visiteurs).

    Tu peux sans aucun problème héberger les 6 sites que tu évoques s’ils standards (genre blogs, sites avec bdd, etc.) sur un dédié (sauf si tu as des 10aines de milliers de visiteurs par jours …), et même sans doute bcp + que 6 sites.

    Le gros intérêt d’un serveur dédié à côté de çà c’est surtout, dans mon cas, de pouvoir installer autre chose que de sites en PHP/MySQL, notamment des applications Java (déployées dans un tomcat ou en autonome), ou des applications systèmes quelconques (un repository GiT par ex.), avoir une connexion ssh « ligne de commande » sur la machine, and so on.

    Si tu ne te sens pas de partir sur un dédié, tu peux très bien rester sur un mutualisé, chez OVH ou infomaniak tu peux très bien avoir plusieurs sous-domaines qui pointent sur le même hébergement (blog.mondomaine.tld, news.mondomaine.tld, etc.), peut-être même plusieurs noms de domaines (mais çà reste rare).

    Encore une fois si mutualisé, je conseille plutôt Infomaniak : http://www.infomaniak.fr/

    (et attention, un dédié OVH, c’est 15€HT, soit ~23€ TTC par mois)

    Répondre
  11. oups.. je me sens bien incapable de faire tout ça, dommage qu’il n’existe aucun guide ou blog parlant de ça sur internet, c’est peut-être une niche pour celui que ça intéresse et qui en a les capacités…

    Sinon dernière question, gagne-t-on vraiment beaucoup plus d’argent en achetant un serveur dédié par rapport à plusieurs hébergements mutualisés.

    En gros ça doit dépendre du nombre de sites, par ex. imaginons un dédié à 15 euros par mois. Sur un an ça fait 15*12=180 euros par an. Un serveur mutualisé coute 34 euros par an sur OVH. 180/34=5. Donc à partir du moment où on veut faire plus de 6 sites ou blogs, le dédié devien intéressant financièrement. Mais combien peut-on héberger de sites ou blogs sur un seul dédié ??

    Répondre
  12. Pour tenir à jour un serveur dédié, ce n’est pas vraiment une question d’expert / novice en « programmation », mais plutôt en « administration système » (enfin le terme est peut être exagéré).
    Sur un serveur dédié c’est à toi de :
    – faire l’installation du système (choix de la distribution Linux, 32 ou 64 bits, installation par le panneau d’admin de l’hébergeur, partionnement du HDD, choix des packages, …) ;
    – paramétrie du système (comptes utilisateurs, gestion des purges, etc.) ;
    – installation des logiciels (facile sur toutes les distribs linux) ;
    – sécurisation du système – indispensable, pour éviter que la machine se fasse hacker (restriction des IPs autorisées à s’y connecter par ssh, pas de compte root en connexion directe externe, etc.) + installation des logiciels classiques de sécurisation type fail2ban et denyhosts ;
    – paramétrie des logiciels : Apache ou équivalent, PHP, MySQL (création des comptes, de la base, etc.) ;
    – déploiement des « applications » (sites web ou autres), et leur mise à jour ;
    – gestion des backups du système (quoi sauvegarder et où et comment pour ne pas tout perdre si le HDD du dédié lâche (sauf éventuellement à avoir un dédié en raid mirroré) ;
    – maintenance du système (application des mises à jour de sécurité notamment pour éviter qu’il se fasse hacker, tout particulièrement sur apache, php, phpmyadmin, …) + surveillance du comportement de la machine (munin, analyse automatique des logs, etc.) ;

    Tout n’est pas obligatoire mais tu tomberas tôt ou tard sur une partie de ces thématiques. Malheureusement, si tu les oublies, elles ont parfois une fâcheuse tendance à se rappeler à ton bon souvenir (niveau backups et sécurisation notamment). Et tout çà est bien sûr en dehors de la création des services (applications ou sites web) que tu feras tourner dessus.

    Bref çà prend du temps, il faut le savoir et en tenir compte. Mais à côté de çà, tu as de meilleures perfs, et surtout tu installes ce que tu veux (applis lourdes, web, samba, nfs, etc.). Mais contrairement à du mutualisé, si tu as un problème de perfs’ sur la machine (système mal configuré, etc.), c’est pour ta pomme, alors qu’en mutualisé c’est l’hébergeur qui gère, tout comme les mises à jour.

    La plupart des points que j’évoque ci-dessus sont soit à faire à la main (je fais plutôt comme çà), soit peuvent en partie au moins être encapsulées par des outils « tout packagé » qui enrobe l’installation et la paramétrie de beaucoup de choses. Les plus connus sont webmin (gratuit, avec plein de plugins), ou, par ex., Plesk (un pannel d’admin payant dispo, parfois même gratuitement, chez certains hébergeurs). Après il faut quand même qqs notions systèmes derrières (crontab, comptes, les répertoires unix, etc.).

    Je ne connais pas de tutoriaux spécifiques dédiés à l’installation d’un serveur dédié (justement), mais en gros c’est la même chose qu’une installation d’une machine linux chez soi.

    Répondre
  13. lut SRG, deux petites questions :
    1/ un serveur dédié est-il accessible à un novice complet en programmation qui veut uniquement héberger une multitude de sites ? Ou vaut-il mieux pour lui payer une multitude d’hébergement mutualisés, par exemple chez OVH pour 34 euros l’année ?
    2/ connais-tu un guide explicite et simple (en ligne) pour apprendre comment héberger ses sites sur un dédié ?

    Répondre
  14. Alors sur ce sujet, je peux un tout petit peu en parler. Pour ma part, j’ai un serveur dédié depuis qqs années.
    D’abord chez Dedibox, ensuite chez OVH, ensuite chez Dedibox, ensuite chez OVH.

    J’ai changé à chaque fois soit pour une baisse de tarifs, soit pour un tarif équivalent mais avec plus de capacité (mémoire notamment, niveau hdd, je suis suffisament à l’aise).

    Pour une fois que la concurrence a « du bon » et profite aux clients …

    A noter l’attitude déplorable d’OVH qui ne lutte vraiment que pour avoir la meilleure offre niveau tarifs et écraser ses concurrents : dès que Dedibox avait arrêté ses offres (avant rachat par online), OVH avait remonté en flèche les tarifs de ses Kimsufi.

    Le changement d’un serveur dédié n’est pas pas si compliqué que çà quand on sait quoi et comment installer / déporter.
    Je m’en sers notamment comme plateforme d’intégration perso’ pour du développement (GiT + Sonar + Archiva + backups perso + hébergement web).
    (voir par ex. : http://blog.tensin.org/index.php?post/2010/07/24/Migration-technique-du-serveur-d%C3%A9di%C3%A9-termin%C3%A9e )

    Concernant Dedibox : jamais eu de problèmes pour ma part. Bon service.
    Concernant OVH, je suis mitigé : j’ai eu toutes les emmerde du monde en hébergement mutualisé chez eux. Par contre en dédié, 0 problèmes là non plus jusqu’ici, mais, évidemment, ils n’interviennent plus du tout sur le système.

    Je recommande tout particulièrement :
    – d’héberger ses noms de domaines ailleurs (Gandi, ou Bookmyname, chez qui je suis), plus facile en cas de migration ;
    – de passer par Google Apps pour toute la partie mail (ce qui permet d’avoir des emails @mondomaine, mais géré de manière extérieure au serveur dédié, là aussi en cas de migration, c’est infinimment plus facile (et à priori avec pratiquement 0 coupures de service sur les mails) ;

    Là sur des offres à 2GO de RAM / 250GO de HDD pour du dédié, çà commence à être sympa. Ca me suffit amplement, mais çà reste du matos light, les applis Java par ex. sont vite assez à la ramasse (CPU léger pour du Sonar par ex.), et les 2GO de RAM sont vite mangés quand même si plusieurs applis Java consommatrices.
    Sinon je tourne en Ubuntu 64 bits sans pbs.
    Mon serveur est un :
    model name : Intel(R) Celeron(R) CPU 2.66GHz

    Je me suis engagé un an chez OVH pour avoir les frais d’installation offerts.

    En mutualisé je trouve que le seul hébergeur vraiment sérieux est Infomaniak.

    Répondre

Laisser un commentaire