« Le travail c’est la santé »… Euh… Comment dire

 Article modifié dernièrement le 11 Mar 2017 @ 23 h 51 min

Le travail c’est la santé

— C’est la chanson que je me suis mise à chanter ce matin, un peu inconsciemment. Est-ce le débat sur les retraites qui, justement, me travaille ? Nos cerveaux sont-ils inondés de messages subliminaux financés par le gouvernement ? Bon, stop les délires SF. Cet article est sérieux : car tôt ou tard, si vous le lisez entièrement, vous serez obligé de vous poser la question métaphysique suivante : Henri Salvador or not Henri Salvador ?

Problématique

— Alors que je chantonnais cette chanson, j’étais persuadé que le chanteur Henri Salvador faisait l’apologie du travail et que cette mélodie, gravée dans nos esprits dès le plus jeune âge, avait été composée pour nous motiver pour tout le restant de notre vie active.

— Mais en fait non. C’est tout le contraire. « Le travail c’est la santé », chanson d’Henri Salvador, est en fait l’apologie du ne-rien-faire et du laisser-aller. Oui, je sais, j’abuse de l’italique aujourd’hui.

— Pour ceux qui ne voient pas de quelle chanson je parle, c’est d’ailleurs ce par quoi j’aurais dû commencer :

— La voici en son :

— La voici en texte :

Ces gens qui courent au grand galop
En auto, métro ou vélo
Vont-ils voir un film rigolo ?
Mais non, ils vont à leur boulot

Refrain :
Le travail c’est la santé
Rien faire c’est la conserver
Les prisonniers du boulot
Ne font pas de vieux os

Ils bossent onze mois pour les vacances
Et sont crevés quand elles commencent
Un mois plus tard, ils sont costauds
Mais faut reprendre le boulot

Dire qu’il y a des gens en pagaille
Qui courent sans cesse après le travail
Moi le travail me court après
Il n’est pas près de m’rattraper

Maint’nant dans le plus petit village
Les gens travaillent comme des sauvages
Pour se payer tout le confort
Quand ils l’ont, eh bien, ils sont morts

Hommes d’affaires et meneurs de foule
Travaillent à en perdre la boule
Et meurent d’une maladie de cœur
C’est très rare chez les pétanqueurs

Ce que j’en pense

  1. Cette chanson donne la patate
  2. Moi qui allais critiquer Henri Salvador quand je pensais que cette chanson encensait le travail, je lui voue un culte désormais 😀 😀
  3. Cette chanson est terriblement d’actualité. Elle induit un débat autrement plus sérieux, ou plutôt de nombreux débats :
  4. L’homme est-il fait pour le travail (nous avons tenté de répondre à cette question ici : Ce qui rend l’être humain heureux) ?
  5. Est-on plus heureux en travaillant non-stop avec plein d’argents ou en travaillant un minimum avec le train de vie minimal que cela entraîne ?
  6. Pour ou contre les 35 heures proposées par le parti socialiste en France ?
  7. Le pouvoir politique cherche-t-il réellement à faire le bonheur de tous les citoyens ou cherche-t-il avant tout à s’en mettre plein les poches ? Je veux dire, les politiques font-ils réellement tout ce qu’ils peuvent pour nous faciliter le travail ?
  8. La notion d’argent : l’argent, la monnaie, sont-ils des bonnes trouvailles pour l’homme ? N’y-a-t-il pas moyen d’inventer une société sans argent ?

Des réponses à ces questions ?

— Ce n’est pas vraiment le sujet aujourd’hui. Restons de bonne humeur et réécoutons une nouvelle fois la chanson d’Henri Salvador. Mythique. Complètement désopilante. Cet art de vivre cool et nonchalant (encore des italiques), on le retrouve parfois dans certains pays, mais pas en France. Pas dans les pays occidentaux hyper-civilisés. Est-ce une bonne chose ? Le bon sens nous répond par la négative puisque le travail poussé à l’extrême ne permet pas de garder la forme mais entraîne systématiquement stress, maladies cardio-vasculaires, mortalité, mauvaise qualité de vie.

Petite morale

— La seule petite pierre que j’ajouterai à ce débat, c’est la petite morale qui consiste à se dire, lorsqu’on a la tête dans le guidon, lorsqu’on ne touche pas terre, lorsqu’on a des oeillères ou encore la tête dans le sac : levons un peu la tête vers le ciel, regardons les nuages, rappelons-nous un peu de ce que nous disait notre bon vieux Henri Salvador. Rappelons-nous son rire, sa nonchalance, sa façon de nous dire « c’est pas grave », « il fera jour demain », « prenez le bon côté de la vie ». Ce n’est pas toujours facile.

Trois flèches vers le bas

1- Logiciel de brouillage d’adresse IP :

Contourner la censure en surfant anonyme

2- L’article explicatif :

La différence entre un proxy et un VPN

3- Comment espionner un smartphone (app) :

L’application de référence

Commentez ici

  • Mimie 20 mai 2010, 9 09

    En lisant cet article ma journée au travail commence bien ^^ ça sent la journée glandouille lol

  • Greg 20 mai 2010, 9 09

    mdr je viens de tomber sur le clip d’Henri Salvador, ultime !

  • batto 20 mai 2010, 12 12

    Le chômage c’est la santé aussi mdr (pas le choix pour moi).

    Sinon je sait pas si tu est repasser sur mon blog j’ai tout refait ^^

  • Mimie 20 mai 2010, 12 12

    @batto: ton site est joli à part le logo en haut que je trouve vraiment trop gros 🙂 il faut jouer du scrollbar pour choper les menus …

  • Greg 20 mai 2010, 13 01

    Ouep je viens d’y faire un tour c’est en effet bien réussi le design ! Bon Battoo c’est quand que t’écris des articles pour moi alors ? Ca t’intéresse pas ? 😀

  • batto 20 mai 2010, 13 01

    Le logo ? La bannière ?

    Tes la première personne a me dire qu’elle est trop grosse lol ^^

  • Mimie 20 mai 2010, 13 01

    Oui la bannière du haut, elle est abusivement grosse lol (ce n’est que mon avis)

  • batto 20 mai 2010, 13 01

    Tu as quel résolution sur ton ordi ?

  • Mimie 20 mai 2010, 13 01

    Ordinateur du taff : 1280 x 1024
    C’est juste qu’elle est disproportionnée par rapport au reste mais j’ai vu pire.

  • batto 20 mai 2010, 13 01

    Ok lol rien d’étonnant alors…ça dépends de la résolution tout simplement, je suis sur du 1680×1050 et chez moi c’est juste niquel:
    http://img10.hostingpics.net/pics/761992Sans_titre.png

    Après ça dépent aussi des écran ptêt…

Article suivant:

Article précédent:

Share This