IA et Internet : Révolution de l’ère moderne et impacts futurs

Photo of author
Écrit par Mallory Lebel

Se sentir libre de concilier "vie privée" et "vie numérique" sans intrusion.

Ma page Facebook

L’intelligence artificielle (IA) et Internet sont deux des avancées technologiques les plus importantes de l’ère moderne

Alors qu’Internet a révolutionné la façon dont nous communiquons, travaillons et accédons à l’information, l’IA promet de transformer la façon dont nous vivons, travaillons et interagissons avec la technologie.

Dans cet article, nous allons explorer les similitudes et les différences entre les deux technologies et l’impact potentiel de l’IA sur le monde.

L’IA

L’IA est une branche de l’informatique qui vise à développer des machines intelligentes capables d’effectuer des tâches qui nécessiteraient normalement l’intelligence humaine.

Les systèmes d’IA utilisent des algorithmes et des modèles d’apprentissage profond pour apprendre à partir de grands ensembles de données et améliorer leur précision au fil du temps. L’IA peut être classée en deux catégories principales :

  • l’IA étroite ou faible
  • l’IA générale ou forte

L’IA étroite est conçue pour effectuer des tâches spécifiques, tandis que l’IA générale est conçue pour penser et raisonner comme un humain.

La courbe de développement de l’IA

Le développement de l’IA a été un processus progressif, qui remonte aux années 1950, lorsque le concept d’apprentissage automatique a été introduit pour la première fois. Au cours des décennies suivantes, l’IA a connu des avancées significatives, notamment :

  • la création de systèmes experts
  • de réseaux neuronaux
  • de traitement du langage naturel

Ce n’est qu’avec l’avènement du big data, de l’informatique en nuage et d’une puissance de traitement plus élevée que l’IA a commencé à s’imposer dans les applications courantes.

La courbe d’adoption de l’IA

Aujourd’hui, l’IA en est encore aux premiers stades de son adoption, et de nombreuses entreprises et personnes en explorent le potentiel.

Selon un rapport de McKinsey & Company, l’adoption de l’IA est similaire à celle d’Internet au début des années 2000. À ce stade, l’IA est principalement utilisée dans les domaines de l’automatisation et de la prise de décision, avec un potentiel de croissance important dans d’autres domaines tels que :

  • les soins de santé
  • les transports
  • la finance

L’impact d’internet sur la société

Internet a eu un impact profond sur la société, transformant notre façon de vivre, de travailler et de communiquer. Il a facilité l’accès à l’information, créé de nouvelles industries et rapproché les gens.

L’essor du commerce électronique a entraîné le déclin des magasins brick-and-mortar, tandis que la croissance des réseaux sociaux a créé de nouveaux emplois tels que les gestionnaires de médias sociaux et les influenceurs.

Autoroute futuriste avec interface numérique interactive.

Similitudes et différences entre l’IA et internet

Tout comme internet, l’IA a le potentiel de transformer la société d’une manière que nous ne pouvons pas encore prédire.

Les 2 technologies ont le pouvoir de créer de nouvelles industries et de transformer les industries existantes. Toutefois, il existe des différences essentielles entre les deux technologies.

  • Alors qu’internet est axé sur la communication et le partage d’informations
  • l’IA est axée sur l’automatisation et la prise de décision

L’IA a le potentiel d’automatiser de nombreuses tâches qui étaient auparavant effectuées par des humains, telles que la saisie de données et le service à la clientèle. Cela pourrait entraîner des pertes d’emplois dans certains secteurs, mais aussi créer de nouveaux emplois dans des domaines tels que la formation à l’IA et l’apprentissage automatique.

Comment l’IA peut-elle nous rendre plus productifs dans notre travail ?

L’IA peut nous rendre plus productifs dans notre travail en automatisant les tâches routinières, ce qui nous permet de nous concentrer sur des tâches plus complexes et plus créatives.

  1. Les chatbots alimentés par l’IA peuvent traiter les demandes des clients, libérant les agents du service clientèle pour traiter des questions plus complexes.
  2. L’IA peut également nous aider à prendre de meilleures décisions en analysant de grandes quantités de données et en fournissant des informations qu’il serait difficile de découvrir manuellement.

L’avenir de l’IA

L’avenir de l’IA est encore en cours de détermination, mais il est clair qu’elle a le potentiel de transformer les industries et de créer de nouvelles opportunités.

L'application NordVPN pour vous rendre anonyme

  1. Fait transiter votre connexion internet par le biais de n'importe quel pays (+ de 5000 destinations)
  2. Changez votre adresse IP
  3. Chiffrez votre connexion
  4. Eliminez les publicités
  5. Connectez-vous à Tor sans trace
  6. Contournez les barrières mises en place par les fournisseurs d'accès internet
  7. Supprimez les malwares et les publicités
Accéder à NordVPN

Comme pour toute nouvelle technologie, il existe des risques potentiels et des défis à relever, tels que les considérations éthiques entourant l’utilisation de l’IA. Mais si elle est exploitée efficacement, l’IA pourrait conduire à des avancées significatives dans les domaines de la santé, des transports, de la finance et d’autres secteurs.

La collaboration entre l’IA et les humains est également susceptible d’augmenter. Au lieu de remplacer les travailleurs humains, l’IA pourrait augmenter leurs capacités et leur permettre d’effectuer des tâches de manière plus efficace. Cela pourrait conduire à de nouvelles collaborations passionnantes entre les humains et les machines, stimulant l’innovation et la croissance.

  1. Peu après la sortie de ChatGPT, Google a lancé son propre chatbot, Bard
  2. Microsoft a intégré le modèle d’OpenAI dans son moteur de recherche Bing
  3. Meta a lancé LLaMA
  4. et Anthropic a présenté Claude, un « assistant IA de nouvelle génération pour vos tâches, quelle qu’en soit l’ampleur » .

De quoi sont capables les chatbots tels que ChatGPT ou Bard ?

  • Les chatbots tels que ChatGPT connaissent non seulement les langues étrangères
  • mais aussi les langages de codage
  • ils peuvent résumer rapidement de longs documents juridiques et financiers
  •  ils commencent à diagnostiquer des affections médicales
  • ils peuvent passer l’examen du barreau sans étudier

D’un autre côté, nous pouvons être amenés à penser que les modèles d’I.A. sont réellement intelligents et qu’ils comprennent la signification et les implications du contenu qu’ils délivrent. Ce n’est pas le cas.

Ce sont, pour reprendre les termes de la linguiste Emily Bender et de trois coauteurs, des « perroquets stochastiques » . Il ne faut pas oublier qu’avant de pouvoir être considérée comme intelligente, l’I.A. a dû absorber une grande partie de l’intelligence humaine. Et avant que nous n’apprenions à collaborer avec les robots, il a fallu apprendre aux robots à collaborer avec nous.

Pour commencer à comprendre le fonctionnement de ces chatbots, nous avons dû maîtriser un nouveau vocabulaire, allant des « grands modèles de langage » (L.L.M.) et des « réseaux neuronaux » au « traitement du langage naturel » (N.L.P.) et à l' »I.A. générative » .

Les chatbots ont englouti internet et l’ont analysé grâce à une sorte d’apprentissage automatique qui imite le cerveau humain

Ils enchaînent les mots de manière statistique, en se basant sur les mots et les phrases qui vont généralement ensemble. Pourtant, l’inventivité même de l’intelligence artificielle reste largement impénétrable, comme nous l’avons découvert lorsque les chatbots « hallucinent » .

  1. Bard de Google, par exemple, a inventé des informations sur le télescope James Webb.
  2. Bing, de Microsoft, a insisté sur le fait que la chanteuse Billie Eilish avait participé au spectacle de la mi-temps du Super Bowl en 2023.
  3. « Je n’avais pas compris que ChatGPT pouvait fabriquer des affaires » , a déclaré un avocat dont le dossier de la cour fédérale s’est avéré rempli de fausses citations et d’avis judiciaires inventés fournis par ChatGPT. (Le tribunal lui a infligé une amende de cinq mille dollars.)

En petits caractères, ChatGPT reconnaît qu’il peut ne pas être fiable : « ChatGPT peut faire des erreurs. Pensez à vérifier les informations importantes ».

Curieusement, une étude récente suggère qu’au cours de l’année écoulée, ChatGPT est devenu moins précis lorsqu’on lui demande d’effectuer certaines tâches (source How Is ChatGPT’s Behavior Changing over Time? Lingjiao Chen, Matei Zaharia, James Zou, Stanford University UC Berkeley). Les chercheurs supposent que cela a quelque chose à voir avec le matériel sur lequel il est formé, mais comme OpenAI ne veut pas partager ce qu’elle utilise pour former son L.L.M., il ne s’agit que de conjectures.

Appareil photo et motifs technologiques créatifs.

Le fait de savoir que les chatbots font des erreurs n’a pas empêché les lycéens et les étudiants d’en être les premiers adeptes, en utilisant les chatbots pour faire des recherches et rédiger leurs travaux, résoudre des problèmes et écrire du code. (Pendant la semaine des examens de fin d’année, en mai dernier, un étudiant que je connais s’est promené dans la bibliothèque et a constaté que presque tous les ordinateurs portables étaient ouverts sur ChatGPT).

Plus de la moitié des jeunes qui ont répondu à une récente enquête de Junior Achievement ont déclaré que l’utilisation d’un chatbot pour aider au travail scolaire était, selon eux, de la tromperie. Pourtant, près de la moitié d’entre eux ont déclaré qu’ils étaient susceptibles de l’utiliser.

⇒ Cliquez pour lire :

Les administrateurs scolaires sont partagés

Ils ne parviennent pas à déterminer si les chatbots sont des agents de tromperie ou des outils d’apprentissage.

  • En janvier, David Banks, le chancelier des écoles de la ville de New York, a interdit ChatGPT ; un porte-parole a déclaré au Washington Post que le chatbot « ne développe pas la pensée critique et les compétences en matière de résolution de problèmes, qui sont essentielles à la réussite scolaire et à la réussite tout au long de la vie » .
  • 4 mois plus tard, M. Banks a annulé l’interdiction, la qualifiant d’ « irréfléchie » et fondée sur la peur, et déclarant qu’elle « négligeait le potentiel de l’IA générative pour soutenir les étudiants et les enseignants, ainsi que la réalité selon laquelle nos étudiants participent et travailleront dans un monde où la compréhension de l’IA générative est cruciale » .
  • Ensuite, il y a eu un professeur à Texas A&M qui a décidé d’utiliser ChatGPT pour surveiller les étudiants qui trichaient avec ChatGPT. Après que le robot ait déterminé que toute la classe avait triché, le professeur a menacé de faire échouer tout le monde. Le problème, c’est que ChatGPT a des hallucinations. (Il existe d’autres programmes d’IA pour attraper les personnes qui trichent ; la détection des chatbots est une industrie en pleine croissance).

La grève des scénaristes américains

En mars, Greg Brockman, cofondateur et président d’OpenAI, a prédit, non sans humour, qu’à l’avenir, les « chatbots » aideraient également à écrire des scénarios de films et à réécrire les scènes qui ne plaisent pas aux spectateurs. Deux mois plus tard, la Writers Guild of America s’est mise en grève, réclamant un contrat qui nous protégerait tous des films minables générés par l’IA.

Ils avaient le sentiment que toute plateforme d’IA capable de produire un travail crédible dans de nombreux domaines humains pourrait constituer une menace existentielle pour la créativité elle-même.

L’intelligence artificielle a aspiré les oeuvres des romanciers contre leur gré

En septembre, alors que les scénaristes négociaient la fin de leur grève de cinq mois, après avoir persuadé les studios de renoncer aux scénarios générés par l’IA, l’Authors Guild, ainsi qu’un groupe d’éminents romanciers, ont intenté une action collective contre OpenAI. Ils affirment que, lorsque la société a aspiré le Web, elle a utilisé leurs œuvres protégées par le droit d’auteur sans consentement ni compensation.

Bien que les écrivains ne puissent pas savoir avec certitude que l’entreprise s’est approprié leurs livres, étant donné la politique peu ouverte d’OpenAI en matière de partage de ses données d’entraînement, la plainte note que, dès le début, ChatGPT répondait à des questions sur des livres spécifiques par des citations textuelles, « suggérant que le LLM sous-jacent a dû ingérer ces livres dans leur intégralité » .

Aujourd’hui, le chatbot a été réappris à dire : « Je ne peux pas fournir d’extraits textuels de textes protégés par le droit d’auteur » .

Certaines entreprises vendent maintenant des prompts spécifiques pour aider les utilisateurs à se faire passer pour des écrivains connus. Et un écrivain qui peut être imité sans effort ne vaut peut-être plus grand-chose…

En juillet, un rapport de l’organisation littéraire à but non lucratif PEN America a déclaré que l’IA générative menaçait la liberté d’expression en « suralimentant » la diffusion de la désinformation et des abus en ligne.

« Il est possible que les gens perdent confiance dans le langage lui-même, et donc les uns envers les autres », soulignait le rapport. Ces dangers dépassent désormais le cadre de l’écrit.

OpenAI a dévoilé un moteur, DALL-E 3, qui transforme le texte en images artificielles ; quelques mois plus tard, Stability AI a publié un outil similaire, Stable Diffusion.

Publicité NordVPN avec offre anniversaire.

Selon le Center for Artistic Inquiry and Reporting, l’art généré par l’IA est « vampirique, se régalant des générations passées d’œuvres d’art » et constitue sans doute « le plus grand vol d’œuvres d’art de l’histoire » .

Même s’il est amusant et magique de « faire » de l' »art » de cette manière, en particulier pour ceux d’entre nous qui ont des difficultés artistiques, les scènes photoréalistes d’événements qui n’ont pas eu lieu constituent également une menace pour la vérité. N’importe qui peut demander à un agent d’intelligence artificielle de produire l’image d’un homme remplissant une urne ou d’une confrontation entre des manifestants et la police.

Bien que des efforts soient en cours pour filigraner les images générées par l’I.A., les chercheurs n’ont pas encore réussi à mettre au point un système de filigrane qui ne puisse pas être sapé par des outils largement disponibles ; ils ont également été en mesure d’ajouter de faux filigranes à de vraies images. OpenAI permet toujours aux utilisateurs de supprimer les filigranes à leur guise.

Réglementer l’intelligence artificielle

En mars, plus d’un millier de technologues, dont Elon Musk et Steve Wozniak, cofondateur d’Apple, ont signé une lettre appelant les entreprises d’IA à interrompre leurs travaux sur leurs technologies les plus avancées pendant six mois, afin de laisser la place à une forme de réglementation. La lettre se lit en partie comme suit :

  • Devrions-nous laisser les machines inonder nos canaux d’information de propagande et de mensonges ?
  • Devrions-nous automatiser tous les emplois, y compris ceux qui sont gratifiants ?
  • Devons-nous développer des esprits non humains qui pourraient un jour être plus nombreux, plus intelligents, plus obsolètes et nous remplacer ?
  • Devons-nous prendre le risque de perdre la maîtrise de notre civilisation ?

De telles décisions ne doivent pas être déléguées à des leaders technologiques non élus.

Il ne s’agit pas là de préoccupations théoriques. Une équipe de recherche d’I.B.M., par exemple, n’a eu besoin que de cinq minutes pour amener ChatGPT à écrire des courriels de phishing très persuasifs.

D’autres chercheurs ont utilisé l’IA générative pour écrire des logiciels malveillants capables de contourner les protocoles de sécurité, ce qui en fait une ressource potentielle pour les cybercriminels.

Robot féminin futuriste, ville dystopique.

Goldman Sachs a estimé que l’I.A. pourrait bientôt remplacer trois cents millions d’emplois à temps plein.

Finalement, il n’y a pas eu de pause et il n’y a pas eu de réglementation significative. Au lieu de cela, à la fin du mois d’octobre, l’administration Biden a publié un « décret sur le développement et l’utilisation sûrs, sécurisés et fiables de l’intelligence artificielle » , un long document qui ressemble davantage à une liste de souhaits qu’à un décret.

Le pouvoir exécutif américain est engagé dans un exercice d’équilibre compliqué entre les périls et les possibilités de l’IA

Une semaine plus tard, OpenAI a annoncé une nouvelle série de produits  :

  1. un modèle d’I.A. capable de lire des messages aussi longs qu’un livre de trois cents pages
  2. un kit pour construire son propre chatbot
  3. un produit appelé « copyright shield » qui promet de payer les frais de justice des développeurs accusés de violation des droits d’auteur.

Grâce à ces nouveaux outils, j’ai pu utiliser ChatGPT pour créer un chatbot qui détermine quels médicaments ne peuvent pas être pris ensemble, et un autre qui répertorie tous les restaurants d’un lieu donné qui peuvent accueillir des allergies et des interdictions alimentaires spécifiques.

La création de ces chatbots était intuitive et simple, mais je ne connaissais pas les algorithmes qui les pilotaient, la provenance de leurs données d’apprentissage (étais-je en violation des droits d’auteur ?) et l’exactitude des informations produites par les chatbots.

Je n’avais pas non plus la moindre idée de la puissance de calcul que j’utilisais, ni de l’impact que cela pouvait avoir sur l’environnement. Mais bon, c’était cool, et c’était le genre de chose pour laquelle les gens pourraient payer.

⇒ Cliquez pour lire :

Le développement commercial de l’I.A. générative va se poursuivre sans relâche

L’I.A. influencera un nombre croissant d’activités complexes, telles que :

  • la radiologie
  • la découverte de médicaments
  • la psychothérapie
  • l’embauche
  • les admissions à l’université

Les entreprises l’intégreront dans la prochaine génération de matériel.

Samsung, par exemple, est susceptible d’intégrer l’IA générative dans ses prochains téléphones phares, qu’elle dévoilera en 2024.

Sam Altman, le cofondateur d’OpenAI, aurait collaboré avec Jony Ive, le célèbre designer d’Apple, pour créer « l’iPhone de l’intelligence artificielle » . Il se peut que nous regardions l’année 2023 avec une certaine nostalgie, une époque où l’intelligence n’était pas encore devenue un produit.

Conclusion

L’IA et internet sont deux technologies qui changent la donne et qui ont le potentiel de transformer le monde.

Bien que l’IA n’en soit qu’à ses débuts, son impact sur la société devient de plus en plus évident. Il nous appartient d’adopter cette nouvelle technologie et de veiller à ce qu’elle soit utilisée dans l’intérêt de tous.

Nous vous conseillons le livre complet de Laurent Alexandre : La guerre des intelligences à l’heure de Chatgpt (JCLattès)

Maquillez votre adresse IP

⇒ Être anonyme sur internet

Nordvpn bannière maquiller votre adresse ip

Laisser un commentaire