eSport, le jeu vidéo en tant que sport, un terme tabou en France

Photo of author
Écrit par Mallory Lebel

Aidons les citoyens à protéger leurs communications & leurs discussions numériques, qu'ils puissent vivre sans craindre d'être surveillés.

    Street Fighter

Je parle du jeu console ; personnellement je n’ai joué qu’au deuxième épisode et je suis très mauvais à ce jeu – aux jeux de combat en général.

Cependant je reconnais les grandes qualités de la série Street Fighter. J’imagine aussi qu’il est très difficile de créer, en tant que développeur, un jeu dans ce style car il impose un équilibre parfait entre tous les personnages (forces / faiblesses).

c GGL Wire
© GGL Wire

Le plus beau compliment qu’on puisse faire à un jeu, c’est celui de dire : j’aime y jouer. Et pour Street Fighter c’est le cas : même en étant mauvais, j’aime y jouer. Il a quelque chose. Il est addictif, bien conçu et même carrément fun.

Mais le sujet n’est pas là : je voulais aborder aujourd’hui la partie « compétition » de Street Fighter.

    SF : les combats en compétition

Les qualités de cette série (le 2 et le 4 particulièrement) sont tellement réelles que de véritables tournois ont lieu, principalement en Corée, au Japon, mais pas seulement. Regardons quelques vidéos pour nous donner un aperçu de ce que ça donne :

1ère vidéo (SF3) :

Titre de la vidéo : The entire fight from EVO 2004 between Justin (chun-li) and Daigo (ken)

Deuxième vidéo (SF4) :

[Tougeki’2009] Street Fighter IV 2on2 TAG Tournament

Demi-Finale 1 : Dashio (VI) / Umeso (HO) VS Shiro (AB) / Iyo (DH)

Commentaire audio en français dans les conditions du direct

    Le débat : pour ou contre le eSport ? Peut-on assimiler le jeu vidéo à un sport ?

1/ Rapprochement eSport / Sport tout court :

Des Geeks et des lettres n’est pas un forum mais un blog ; j’ai donc tout le loisir de me lâcher et de crier haut et fort que je crois dur comme fer au terme de eSport. Oui, pour moi, le jeu vidéo à haut niveau nécessite des qualités proches de celles des sportifs, un mental d’acier, une concentration à toute épreuve, des réflexes, de l’entraînement. On ne peut pas encore parler de physique pour le eSport, mais cela ne saurait tarder puisque dans quelques décennies, nous pourrons manier notre avatar in game avec l’ensemble de notre corps (imaginez-vous en train de jouer à WoW sans manette ni accessoire, simplement en marchant, en courant ou en sautant sur un tapis électrique) !

2/ eSport : une réalité tabou

— J’ai la nette impression que dès qu’on parle de jeu vidéo en France, on s’attire irrémédiablement l’animosité de toute une frange de la population qui ne supporte pas ça. Qu’on regarde un match de foot à la télé, tout le monde trouve ça normal. Qu’on regarde un tournoi de poker à la télé, ça paraît déjà plus bizarre, on se dit « ce mec-là n’a pas grandi, mais à la limite ça peut être sa passion ». Qu’on regarde un tournoi de Counter Strike ou de Street Fighter retransmis à la télé ou sur son écran d’ordinateur, et là on est catalogué comme étant un gamin. Ouep.

— La discussion est houleuse sur la question de l’eSport. Des gens s’emportent dès qu’on rivalise de près ou de loin avec leur sport préféré. Des arguments sont avancés, par exemple :

  • – le fait qu’il faille bien connaître le jeu vidéo en question pour en apprécier la retransmission (mais l’argument est valable aussi pour les sports tout court)
  • – le fait que très peu de personnes vivent d’eSport dans le monde (un bon millier en Corée quand même)
  • – le fait que ce soit moins spectaculaire qu’un match physique (j’aurais plutôt pensé l’inverse)
  • – etc. etc.

c Mesq
© Mesq

3/ L’avenir nous le dira

— L’avenir nous dira si le jeu vidéo a su se développer pour permettre de faire vivre ses joueurs aussi bien que les pratiquants d’autres sports. Pour ma part je n’ai aucun doute là-dessus.

— Si tout va bien, dans quelques centaines d’années, le jeu vidéo et le sport physique ont de fortes chances d’être réunis en une seule et même entité : courir, lancer des objets, se battre à l’épée, se mettre dans la peau d’un sniper, jouer tout simplement au criquet, tout cela sera possible dans un monde virtuel dans lequel nous nous immiscerons par le geste et la pensée. Tout autour, d’ailleurs, il n’y aura plus de verdure, plus de vrai stade, plus de fleur non plus. Pour ça, vous devrez prendre un billet de fusée pour vous rendre sur Mars (cf. ce film pour ceux qui ne voient pas de quoi je parle).

Vous voulez maquiller votre adresse IP ?

Lancez ce logiciel pour dissimuler votre trafic et votre identité

Nordvpn bannière maquiller votre adresse ip

9 réflexions au sujet de “eSport, le jeu vidéo en tant que sport, un terme tabou en France”

  1. Pour les vidéos WoW je suis d’accord avec toi, mais c’est justement parce qu’on ne contrôle pas encore nos personnages « de l’intérieur » par la pensée 😀 Dans 30 ans ? Cool normalement je devrais encore être là pour tester 😀

    Répondre
  2. Compétition vidéoludique, oui. Sport, c’est plus difficile à déterminer, mais je pense qu’on peut l’accepter, tout comme on considère aujourd’hui les compétitions automobiles comme du sport.

    Personnellement, je ne pense pas que le jeu vidéo évoluera vers quelque chose de point en termes de réalité virtuelle et de contrôle par la pensée. Pas avant 30 ans, en tout cas… J’ignore si ça serait une bonne chose ou pas, c’est assez difficile pour moi de se projeter dans ce domaine.

    l’eSport ne m’intéresse pas vraiment, même s’il m’arrive parfois de regarder quelques vidéos de Counter Strike ou Team Fortress. Les vidéos WoW, PvE comme PvP, j’ai toujours trouvé ça d’un ennui, par contre…

    Répondre
  3. Moi ça me tente de m’y remettre mais j’ai plus ma manette, tout est dans les cartons 🙁

    EDIT : t’as matté la deuxième vidéo ? –> tout bonnement excellente 🙂

    Répondre
  4. Tu vas voir j’ai fait un article dans les brouillons de DGEDL où j’évoque Gargoyle Quest 😀 Ultime ce jeu.

    Edit : tu sais bien que c’est complètement +1 pour moi en ce qui concerne le caractère secondaire des graph 🙂

    Répondre
  5. – Moi j’y crois, mais je me doutais bien que cette image amenée un peu « violemment » comme ça dans l’article te ferait tiquer 🙂 Si cela se fait ce sera progressivement de toute façon, sans que les gens s’en rendent bien compte (il n’y a qu’à regarder les évolutions au XXème siècle jusqu’à la manette Wii).

    – D’un autre côté je peux parfaitement me tromper, au lieu de ça on peut assister à un complet retour en arrière au pays des fleurs sauvages dans les prairies, la victoire des Verts aux élections de tous les pays et une limitation légale des naissances dans le monde…

    – Hors-Sujet pour Mimie : je pars ce midi tu-sais-où, je ne sais pas encore si j’aurai le net là-bas mais je pourrai sûrement poster quelques articles de temps en temps si je chope un coin-wi-fi 🙂 ++

    Répondre
  6. Super article, mais bizarrement je ne me vois pas jouer à WoW sans manettes, on serait trop épuisé à faire le tour de la carte en courant ou à dos de griffon ^^, peut-être que je me trompe et peut-être qu’on aura tous plus tard une pièce dédiée aux jeux vidéos qui nous plongerons dans un état immersif 😀

    Répondre

Laisser un commentaire