Quelques réflexions sur la scène de fin du film HEAT (1995)