Logo site Des Geeks et des lettres

L'application pour surveiller / sauvegarder vos smartphonesL'oeil inquisiteur de Bibispy

Quelques minutes après minuit : quand un enfant affronte la mort

 Article modifié dernièrement le 22 Jan 2017 @ 19 h 27 min

Quelques minutes après minuit (film sorti le 04 janvier 2017 en France)

Quelques minutes après minuit était un film délicat à tourner et le résultat est à la hauteur de nos espérances : cette oeuvre cinématographique est magnifique. Bien que je n’ai pas lu le roman qui en est à l’origine, je pense que l’auteur doit être satisfait : le film parvient à allier imaginaire, poésie et drame, ce qui n’était pas une mince affaire convenons-en. Ce n’est pas pour rien si le scénario du film était blacklisté depuis des lustres à Hollywood comme étant un des plus difficiles à tourner. Mais M. BAYONA l’a fait de bien belle façon.

Les idées du film

Comment expliquer la détresse qu’éprouve un enfant face à la lente mort de sa mère ? Comment retranscrire à l’écran le monstre qui naît alors en lui, comme un symbole du ressentiment qui tourne en boule au fond de son ventre ?

Comment expliquer à un enfant, en un langage compréhensible, qu’il est normal d’avoir envie que la mort arrive vite pour ne plus avoir à souffrir de voir l’amour de sa vie disparaître à petit feu ?

Comment exprimer la rage de l’idée de mort, qui n’est naturelle à personne bien que la mort fasse partie d’un cycle dont nous ne sommes pas encore parvenus à nous débarrasser ?

Comment nous faire aimer un garçon pris dans une tourmente que même un adulte aurait du mal à affronter ?

Musique

L’acteur Lewis MacDougall

Lewis MacDougall, petit acteur né en 2002 jouant le garçonnet, fait un boulot de comédien impressionnant. Petit, fluet, maigrelet, faible, fragile, et pourtant immense. Son jeu fait énormément dans la réussite du film.

Les acteurs : Lewis MacDougall / Sigourney Weaver / Felicity Jones (magnifique) – Ce trio bien trouvé est magique, aucun des trois n’est déficient. Le seul acteur et le seul personnage collant mal à l’atmosphère est le père du garçonnet, joué par Toby Kebbell. Quelque chose ne va pas avec lui : complètement sur un autre planète, il semble ne pas être concerné par l’histoire et le drame qui se jouent sous nos yeux embués. Change de tête, mon gars, c’est ton boulot après tout !

Enfin, Quelques minutes après minuit est un des rares films que j’ai vu parvenant à ne pas me dégoûter des effets spéciaux. En général ceux-ci me donnent la nausée parce que le réalisateur s’en sert pour masquer un scénario indigent, au ras des pâquerettes. Là ce n’est pas le cas. Le scénario est issu d’un roman et cela se ressent.

Si vous avez gardé une âme d’enfant et que vous n’avez pas peur d’affronter la pureté des sentiments (difficile à regarder en face), ce film rare est là pour vous, en ce moment au cinéma.

A monster Calls (2017)

A monster Calls

Deux critiques négatives du film

Certains diront, sans avoir tout à fait tord, que deux critiques négatives du film peuvent être faites :

1/ Le titre n’est pas à la hauteur de l’oeuvre

Touché. Le titre est accrocheur et fait penser à une oeuvre fantastique ce qui n’est pas le cas, ou plutôt ce qui n’est pas le but primordial du film. Il irait bien à film d’épouvante. Pas à de la poésie. Le titre, définitivement, serait à repenser.

2/ Le trailer et la présentation ont des vues biaisées

Là encore, le film n’est pas un film de fantasy mais bien un drame. Est-ce que le film s’adresse aux petits enfants ? Oui et non. Non parce qu’il est difficile à supporter, même pour nous. Il peut en faire pleurer certains. Oui parce qu’il ne faut pas cacher aux enfants la dureté de la vie, de la mort, de ces choses douloureuses qui existent et qu’ils devront affronter de toute façon. Autant être honnête avec eux. Après, chaque parent voit ce qu’il veut faire de l’éducation de ses enfants.

Quelques minutes après minuit

Qqes mns après minuit

D’autres voient dans ce film une trop grande tristesse. Ne faut-il pas plutôt dire une trop grande justesse ?

Mention spéciale aux effets sonores

Mémorable : le silence totale qui éclate au moment le plus dramatique du film, comme mieux nous faire sentir l’atmosphère qui suinte et nous recouvre d’un sentiment enveloppant. Les effets sonores et la musique du film sont un bon point à souligner, merci Fernando Velázquez.

Vidéo

Publié par A Monster Calls

Trois flèches vers le bas

1- Logiciel de brouillage d’adresse IP :

Contourner la censure en surfant anonyme

2- L’article explicatif :

La différence entre un proxy et un VPN

3- Comment espionner un smartphone (app) :

L’application de référence

Commentez ici

Article suivant:

Article précédent:

Share This