My Sassy Girl (2001 – Corée) – Ce que ce film m’inspire

 Article modifié dernièrement le 28 Avr 2017 @ 0 h 00 min

My Sassy Girl – 2001 – Corée

J’évoque ici le film MY SASSY GIRL : l’original, coréen, datant de 2001, pas de son remake.

Il s’agit tout simplement d’une petite pépite sur laquelle on tombe rarement, d’où cet article aujourd’hui.

Vous pouvez peut-être « passer » à côté, je veux dire ne rien ressentir en le regardant, cela tient peut-être aux expériences que vous avez vécues dans votre vie. Mais pour les autres, ce film reste parmi les très rares à se révéler à la fois juste, honnête et parlant.

Je n’ai jamais spoilé les films critiquées sur DGEDL, ce n’est pas avec les meilleurs films que je vais commencer. Mais comme toujours nous allons nous demander ici pourquoi My Sassy Girl touche vraiment.

Du vrai

Parce qu’il montre du vrai. Certaines scènes peuvent du coup en devenir naïves, mais n’avez-vous jamais commis des choses naïves dans votre vie ? Vous seriez unique dans ce cas.

La naïveté est d’abord de la pureté. Lorsqu’on touche aux sentiments, bien entendu on touche à ce qui est de plus pur en nous :

  • une âme d’enfant
  • des sentiments qui ne s’expriment pas comme on le voudrait
  • un blocage là où il ne devrait pas y en avoir
  • un passé qui fait mal

Screenshot de My Sassy Girl

Ces expériences sont de nature à brouiller les cartes dans vos actes de tous les jours. Non, pas vous ? Vous êtes un robot dans ce cas. My Sassy Girl parle de ces blocages et notamment :

  • La mort. Quelles sont ses conséquences ? Faut-il continuer à vivre lorsqu’un proche vous quitte ?
  • Le devoir. Le devoir du deuil est-il éternel ?
  • Le bonheur. En a-t-on toujours le droit ?
  • L’amitié. Pourquoi fait-elle toujours mal entre un garçon et une fille ?
  • L’amour idiot. J’accole ces deux mots ensemble parce que l’amour vrai est quelque part toujours idiot : il rend tout négligeable en-dehors de vos sentiments et vous fait faire littéralement n’importe quoi. C’est un peu ce que l’on voit à travers les choses incongrues que fait faire « The Girl » à Kyun-woo. Elle le fait aller toujours plus loin comme pour le tester. Ce test, bien entendu, pourrait aller loin même jusqu’à la mort. Le sentiment qui lui attache Kyun-woo est celui qui pousse tant de gens à cette extrémité.

Premier screenshot de My Sassy Girl

Le thème de l’amitié

Ce thème est celui qui me fait le plus peur et c’est pour moi le danger le plus grand qui menace un garçon lorsqu’il veut conquérir le coeur d’une fille. Surtout qu’il évite de se faire passer pour un ami. La meilleure des choses : mettre directement les points sur les i est montrer qu’on n’est pas là pour le fun. A partir du moment où elle vous considère comme son meilleur ami, impossible de remplacer dans ses yeux l’amitié par l’amour. Vous passerez éternellement pour le compagnon innoffensif et drôle.

Platonique : le mot le plus laid de la langue française.

Pas de spoil

Voilà, sans faire aucun spoil, ce que je peux rapidement dire au sujet de My Sassy Girl (2001). Regardez-le en coréen sous-titré. La scène la plus émouvante du film mais aussi de tous les films que j’ai vus, est celle où « The Girl » demande à Kyun-woo de monter sur le sommet de la montagne d’en face pour voir s’ils peuvent entendre à distance leur déclaration respective. Kyun-woo obtempère mais bien entendu il ne peut pas l’entendre. Elle lui crie en pleurant qu’elle n’arrive pas à lui donner ce qu’il désire. Les larmes de Ji-hyun Jun sonnent terriblement vraies. Il serait très dommage pour vous de passer à côté de l’original.

Trois flèches vers le bas

1- Logiciel de brouillage d’adresse IP :

Contourner la censure en surfant anonyme

2- L’article explicatif :

La différence entre un proxy et un VPN

3- Comment espionner un smartphone (app) :

L’application de référence

Commentez ici

Article suivant:

Article précédent:

Share This