L’homme : un paranoïaque au champ de vision limité