La manipulation des citoyens à l’ère d’internet

Photo of author
Écrit par Mallory Lebel

Aidons les citoyens à protéger leurs communications & leurs discussions numériques, qu'ils puissent vivre sans craindre d'être surveillés.

Au début du siècle, il était largement admis qu’internet ouvrirait une nouvelle ère de liberté

Cette merveille technologique de mise en réseau informatisée à architecture ouverte permettrait aux gens du monde entier :

  • de partager des informations sans contraintes
  • d’éliminer les « gardiens » des médias
  • et de favoriser des connexions extraordinaires, apportant des avancées sans précédent en matière de connaissances et de progrès démocratique.

C’est ce que l’on pensait.

Mais dans les domaines de la politique et de la liberté d’expression, cette vision optimiste ne s’est pas réalisée. Au contraire, nous nous trouvons dans des circonstances radicalement différentes, dans une ère marquée non pas par l’ouverture, mais par la manipulation.

Notre ère n’est pas marquée par l’ouverture mais par la manipulation

Au fil des ans, les technologies numériques ont transformé la façon dont les gens comprennent le monde qui les entoure et interagissent avec lui.

Les nouvelles plates-formes sociales jouent désormais un rôle essentiel dans la diffusion des nouvelles et des informations. Mais les puissants algorithmes qui sont le cœur battant de ces plateformes ont tendance à donner la priorité à ce qui est populaire plutôt qu’à ce qui est important pour les affaires civiques et publiques.

La « logique algorithmique » des médias sociaux organise le partage viral dans l’intérêt de leurs modèles économiques

Le développement de plateformes telles que Facebook et Twitter s’accompagne d’une prédominance des contenus émotionnels et sensationnels.

  • La distorsion devient une caractéristique du système plutôt qu’un bug.
  • Le discours politiquement empoisonné est élevé.
  • Les adversaires étrangers s’insinuent dans la discussion avec une facilité troublante.

3 vérités douloureuses associées aux réseaux sociaux

Facebook compte quelque 2,9 milliards d’utilisateurs dans le monde, créant ce qui est en fait son propre écosystème d’information massif.

Google, pour sa part, détient plus de 90 % du marché mondial de la recherche et reçoit chaque jour 63 000 recherches par seconde.

parts des moteurs de recherche en france en 2022
Parts des moteurs de recherche en France en 2022

Si la croissance du nombre d’utilisateurs de Facebook a récemment ralenti dans des pays comme les États-Unis et certaines régions d’Europe, elle est en hausse en Inde, en Indonésie et aux Philippines, ainsi qu’en Afrique subsaharienne.

Les mêmes pathologies des réseaux sociaux qui sont apparues aux États-Unis et en Europe se manifestent aujourd’hui de manière distincte dans de nouveaux contextes.

À mesure que ces problèmes ont pris de l’ampleur, les principales plateformes sociales ont été mises sous les feux des projecteurs.

Les législateurs veulent tenir Facebook et ses pairs de la Silicon Valley pour responsables de leurs méfaits numériques

Les responsables politiques d’autres démocraties se penchent aujourd’hui sur ces questions avec une détermination renouvelée.

Comment en sommes-nous arrivés là ? Un conflit amer a émergé entre la technologie et la démocratie, qui sont des produits d’époques complètement différentes et fonctionnent selon des règles et des principes différents.

Opposer la technologie à la démocratie (ou au peuple) représente un défi, car la technologie est désormais intégrée de manière intime et transparente dans notre vie quotidienne et dans le tissu de nos systèmes démocratiques.

Les débats et les campagnes politiques se sont déplacés sur internet

Les professionnels de la politique qui cherchent à toucher et à influencer les électeurs en ont pour leur argent en investissant dans les réseaux sociaux.

À un niveau personnel, nous sommes inondés et tentés par l’information comme jamais auparavant.

  • Le citoyen moderne est censé passer au crible un torrent insensé de faits
  • de réseaux
  • de demandes d’amis
  • d’affirmations
  • de blogs
  • de données
  • de propagande
  • de désinformation
  • de journalisme d’investigation
  • de tableaux différents
  • de commentaires
  • et de reportages concurrents

L’impact de ces technologies sur la démocratie inquiètent et même paniquent de plus en plus de personnes

Cette panique repose sur le fait que les piliers nécessaires au soutien de la démocratie (des citoyens actifs, une culture partagée, des élections libres et la confiance dans l’autorité) sont en danger à l’ère numérique.

Les réseaux sociaux permettent la manipulation et la persuasion cachée. Aujourd’hui, personne ne comprend comment fonctionne la manipulation moderne, et cette ignorance est en soi une menace pour les institutions démocratiques.

Livre conseillé

L’Homme ou la Machine ? Comment internet tue la démocratie (et comment la sauver), 12 juin 2019, de Jamie Bartlett

L’analyse numérique a changé les élections

Bien plus importante que n’importe quelle élection est la façon dont l’évolution continue des techniques d’analyse des données changera la façon dont nous formons les choix politiques, le type de personnes que nous élisons, et même si nous pensons que nos élections sont vraiment libres et équitables.

En l’absence de nouvelles normes qui prennent en compte les nouvelles réalités des campagnes électorales à forte composante technologique qui se développent rapidement, les choses ne peuvent qu’empirer avant de s’améliorer.

Alors que les principales plates-formes technologiques ont accumulé plus de pouvoir, elles n’ont pas assumé la responsabilité de maintenir la confiance du public.

Les journaux ont longtemps misé sur l’indignation publique et le sensationnalisme, car ils savent depuis longtemps ce que les algorithmes ont récemment découvert sur nos prédilections. Toutefois, la différence est que les journaux sont légalement responsables de ce qu’ils impriment et que les citoyens comprennent généralement les positions éditoriales des différents médias.

En revanche, les entreprises de médias sociaux ne sont pas tenues responsables de ce qui apparaît sur leurs plateformes

Cela s’explique par le fait qu’elles sont contrôlées par des algorithmes, qui donnent l’impression d’être neutres même si l’algorithme de YouTube détermine à lui seul ce que 1,5 milliard d’utilisateurs sont susceptibles de voir, soit plus que tous les journaux du monde réunis.

Les principales plates-formes sociales ont endossé le rôle d’éditeurs, mais elles n’ont pas développé de mécanismes permettant d’assurer un contrôle éditorial solide des milliards d’informations qu’elles diffusent.

Maintenant que les racines de la manipulation et de la distorsion en ligne ont atteint une profondeur alarmante, que faut-il faire ?

Les consommateurs d’informations doivent modifier leur comportement

  1. Les citoyens doivent se méfier de l’externalisation de la responsabilité de penser par soi-même.
  2. Ils doivent lutter contre la distraction.
  3. Ils doivent développer leur pensée critique.

Ce sont d’excellentes suggestions, mais on peut se demander quelle part du fardeau peut être assumée par les consommateurs ordinaires, étant donné le torrent insensé d’informations auquel ils sont confrontés, ainsi que la force de la logique algorithmique.

On pourrait aussi évoquer d’autres solutions alternatives :

Le but est de cibler les problèmes à leur source, de manière à modifier les structures qui transmettent l’information aux gens.

Le paradigme internet a tout changé, et nous devons tous repenser la démocratie pour qu’elle puisse s’épanouir, ou au moins survivre, à une époque de manipulation aussi intensive et incessante.

Vous voulez maquiller votre adresse IP ?

Lancez ce logiciel pour dissimuler votre trafic et votre identité

Nordvpn bannière maquiller votre adresse ip

0 réflexion au sujet de « La manipulation des citoyens à l’ère d’internet »

Laisser un commentaire