Ebook – Booken sort un livre électronique coloré : le nouveau Cybook Opus

 Article modifié dernièrement le 29 Juin 2010 @ 14 h 34 min

    Technique

  • Ecran E-Ink 76mm x 101mm
  • Résolution 600 x 800 – 200 dpi
  • 4 niveaux de gris – Noir et blanc
  • Ecran lisible à la lumière du jour
  • Format Portrait ou Paysage grâce à un accéléromètre faisant basculer l’affichage (rapide) – Orientation automatique de l’écran selon le sens choisi par l’utilisateur (portrait ou paysage) juste en tournant l’Opus
  • Processeur Samsung ARM, 400 MHz
  • Alimentation Batterie LI-Polymer interne (1000mAh) rechargeable et remplaçable, autonomie moyenne de 8 000 pages tournées soit 2 semaines

    Dimensions

  • Longueur 151 mm / Largeur 108 mm
  • Epaisseur 10mm
  • Poids 150 g
  • Mémoire RAM : 32 MB
  • Stockage 1 GB
  • Carte de stockage : Micro SD
  • Suite logicielle OS Linux 2.6
  • Formats reconnus : Adobe® ePUB/PDF Reader + Lecteur multi-format HTML, FB2, TXT, PalmDoc, JPG, GIF, PNG

    Nouvelle version

— La nouvelle version proposée offre 7 coloris différents pour la coque. Son poids en fait un des engins les plus légers du marché, et ce nouveau modèle propose une mise en veille qui n’existait pas auparavant (redémarrage en 1 seconde).

— La lecture est très confortable comme toutes les véritables liseuses à technologie E-Ink (sensations proches d’un livre classique papier). Je précise que l’écran n’étant pas lumineux ni éclairant, la lecture nécessite une source de lumière à proximité comme le jour ou une lampe de chevet (vous ne pourrez pas lire dans le noir !).

— Regret : le Cybook Opus lit parfaitement les formats .epub, mais les .pdf ne seront lisibles que s’ils sont spécialement taillés pour ebook (sans quoi la police sera trop petite et illisible). Malgré tous ces bons points, je trouve dommage que la liste des formats reconnus soit un peu juste.

Trois flèches vers le bas

1- Logiciel de brouillage d’adresse IP :

Contourner la censure en surfant anonyme

2- L’article explicatif :

La différence entre un proxy et un VPN

3- Comment espionner un smartphone (app) :

L’application de référence

Commentez ici

  • Duncane 29 juin 2010, 15 03

    En fait la mise en veille et la reprise rapide c’est lié au nouveau firmware sorti fin juin.

    Cette fonctionnalité est aussi présente sur le Cybook Gen 3 sorti bien avant et dont je suis l’un des heureux propriétaires 🙂

    Au niveau des formats reconnus, on a : ePub, PDF, PRC, FB2, HTML, TXT ce qui est déjà pas mal, vu qu’avec Calibre, on peut facilement changer le format. Attention toutefois, l’ePub et le FB2 s’excluent avec le PRC.
    En gros on ne peut avoir que le DRM Adobe ou le DRM Mobipocket d’installé à un instant t, le changement se faisant de façon simple via un changement de firmware.

    Concernant le PDF, comme il s’agit d’un format de pré-impression, on ne peut pas demander à un lecteur au format A5 de rendre correctement une page A4. Les PDF au format A5 seront parfaitement lu sans redimensionnement de la taille de la police.

  • Greg 29 juin 2010, 15 03

    C’est vrai qu’au niveau des formats ce n’est pas si mal, par contre j’ai vraiment bp de mal avec le format pdf sur les liseuses, sur mon prs600 j’ai le même problème et pourtant je redimensionne les fichiers pdf de façon à n’avoir que très peu de marge. La liseuse s’obstine à me mettre des grosses marges —-> écritures toutes petites du coup. Peut-être y a-t-il une dimension spécifique à adopter pour redimensionner ces fichiers, si tu la connais ça m’intéresse 😀 Dans tous les cas le Cybook m’a l’air très bien c’est pour ça que je l’ai présenté.

  • Sapo 2 juillet 2010, 9 09

    La seule manière que j’ai trouvée pour lire un PDF sur le Cybook Opus, c’est de le reformater.
    Copier le PDF dans une page Word, changer éventuellement la police, agrandir les marges, droite et gauche, et reconvertir en PDF.

  • Greg 2 juillet 2010, 12 12

    Là tu m’intéresses, Sapo, car il faut vraiment que je trouve un moyen de lire correctement ces satanés .pdf malheureusement utilisés par pas mal de sites intéressants dont l’excellente Gallica ( http://gallica.bnf.fr/?&lang=FR ). Par contre tes explications sont un peu floues : comment copier le texte .pdf dans Word puisqu’un format .pdf est protégé et qu’on ne peut pas sélectionner le texte ? Merci de m’éclairer si tu peux. ++ Greg (idem pour la reconversion ? Tu utilises quel logiciel ?)

  • Duncane 2 juillet 2010, 13 01

    On ne peut convertir/adapter que les PDF non protégé malheureusement …

    La seule solution pour lire un PDF protégé de façon confortable est de prendre un appareil avec une plus grande surface de lecture.

    Ton OPUS à une taille d’écran de 5 pouces, le GEN 3 fait 6 pouces, et le monstre dont je te file le lien ci-dessous fait lui 10 pouces.

    http://store.4dconcept.fr/produit.php?ref=DR1000S-XW-GR&id_rubrique=7

    Bref, pas de solution miracle à ma connaissance pour les PDF protégé à moins de faire sauter la protection, mais là je ne sais pas faire.

  • Sapo 3 juillet 2010, 14 02

    Les PDF de Gallica sont des fac-similés des oeuvres originales, des scanographies, qui conservent donc les casses de l’époque, qui ne sont plus reconnues aujourd’hui. Calibre ne peut donc les convertir. Il va mouliner comme un malade pendant une heure, pour rien.

    Pour l’expérience, faites un copié d’un PDF Gallica, et collez-le dans une page Word. Vous allez voir le désastre!

    Sois rassuré, Greg, ton Calibre n’a pas de problème.

  • Sapo 3 juillet 2010, 14 02

    Un heureux utilisateur du Cybook Opus a-t-il déjà testé la fonction « Documents »? Et pourrait-il me renseigner?

    Je merdoie totalement.

  • Greg 3 juillet 2010, 15 03

    En gros, ce que tu me dis, c’est que les pdf de Gallica je ne pourrai jamais les lire correctement sur ma liseuse ? Par contre les autres pdf ça fonctionne ? Si ce n’est dû qu’à un dimensionnement non reconnu, et si j’ai un logiciel de redimensionnement des pdf, je peux peut-être arranger ça non ?

  • Duncane 3 juillet 2010, 16 04

    Sinon une partie des bouquins de Gallica sont repris ici : http://www.ebooksgratuits.com/ au format e-book 🙂

  • Sapo 3 juillet 2010, 16 04

    Sauf à investir dans un iPad!

    Je me suis mal exprimé. Le problème n’est pas le dimensionnement, mais la typographie. Tous les livres libres de droit furent composés et imprimés avec des caractères en plomb. Gallica, comme Gutemberg ou Google Books en grande partie, scannent ces livres, et scannent en même temps les irrégularités propres à ce type de composition. Et pour autant que la casse, c’est-à-dire la police, existe encore, à chaque fois qu’un logiciel rencontre une lettre, un caractère, un peu usagé, il le remplace par n’importe quoi, ou crée un blanc.

    Par contre, sur des sites comme Feedbooks, Ebooks libres et gratuits, etc…, les livres sont recomposés à partir d’outils informatiques, convertis en PDF qui, là, sont parfaitement reconnus par Calibre qui va en faire un ePub correct. Mais la qualité de l’ePub dépendra toujours de celle de la composition du PDF. Un ePub issu d’un PDF de Feedbooks sera toujours de meilleure qualité que celui issu d’un PDF de Manybooks, par exemple.

    De plus, des sites comme Ebooks libres et gratuits font un gros effort de reconversion de leurs titres en ePub, et là, c’est nickel.

    Jusqu’à ce que le Père Noël dépose dans ma bottine un iPad, je continuerai à lire sur mon Mac les PDF de Gallica ou Gutemberg.

  • Duncane 5 juillet 2010, 18 06

    je doute que l’iPad soit l’outil ultime pour la lecture, question de poids et de confort de lecture sur un écran actif (y’a pas à dire un écran actif – qui scintille – ça fatigue quand même plus qu’un écran e-ink).
    En plus étant un fervent dé-traqueur de la firme de Cupertino et de sa façon de voir les choses et de vouloir les voir pour nous, je ne rentrerais pas dans le débat, d’autant que certains livres pourraient se voir refuser sur la plateforme de la Pomme parce que le contenu n’est pas au goût de Saint Steve et ça, c’est vraiment un truc que je digère pas (même si c’est pas forcément des livres que je lirais).
    Enfin, l’augmentation des tarifs d’Amazon (de l’ordre de 40 à 50%), obligé par les éditeurs à aligner ses prix électroniques sur l’iTunes Store me rend malade …

    Sinon pour revenir au sujet, les scans fonctionnant plus ou moins correctement suivant la police employée à l’époque de l’impression et la qualité de conversion, on a parfois des surprise au niveau du résultat, mais bon, il faut faire avec.

    Au niveau du site Ebooks libres et gratuits effectivement un énorme travail est effectué au niveau de la conversion.

    Tiens encore un lien que j’avais oublié, la section gratuite de MobiPocket (groupe Amazon) : http://www.mobipocket.com/freebooks/default.aspx

    Bref enjoy !

    Note : si la partie-ouvertement anti-Apple de ce commentaire, est trop anti-Apple, n’hésite pas à la censurer, je ne voudrais pas lancer un troll.

  • Greg 5 juillet 2010, 19 07

    Np Duncane , merci de ton intervention en effet utile.

  • Sapo 5 juillet 2010, 23 11

    I have a dream.

    Le Conseil de ma commune a subventionné la numérisation du fonds de la bibliothèque municipale et continuera à numériser tous les ouvrages nouveaux qu’elle achètera. Les abonnés peuvent ainsi télécharger le livre de leur choix, et dispose de trois semaines pour le lire. Plus de files d’attente, plus de livres bloqués par le retard d’un lecteur indélicat.

    Chaque année, la bibliothécaire établit un état des oeuvres louées, et rémunère les auteurs et ayants droit pour celles qui ne sont pas dans le domaine public.

    Bien sûr, chaque abonné peut laisser un commentaire sur le site de la bibliothèque et, comme attendu, l’ensemble de ces commentaires a créé des liens entre gens que rien ne semblait devoir rapprocher.

    Mieux encore, la municipalité a négocié avec Bookeen l’achat de 500 Cybook Opus, qui sont à la disposition des jeunes scolarisés, du primaire à l’université.

    Elle aurait bien traiter avec Apple pour des iPad, mais l’austère s’est retiré en apprenant que la bibliothèque présentait Les aventures du roi Pausole et Les onze mille verges.

    Le nom du site de ma bibliothèque? Le Rond-point anglais. Pourquoi? Parce que nos édiles ont un moment hésité entre ce projet numérique et un rond-point anglais en sortie de ville. Jusqu’à aujourd’hui, l’absence du rond-point ne se fait pas trop sentir…

Article suivant:

Article précédent:

Share This