Paranoïaque et génial, Philip K. Dick à l’écrit et au cinéma

Philip K. Dick, auteur génial de science-fiction, n’en finit pas d’inspirer des scénarios de films. Aujourd’hui une série produite par Ridley Scott est envisagée pour faire renaître “le Maître du haut château”, et le film “Radio Free Albemuth” s’inspire du roman de SF “Siva”. L’écrivain qui a su transformer la réalité n’en finit pas de

Vous n’êtes pas sans savoir que Philip K. Dick est mon auteur de science-fiction préféré. L’œuvre de l’auteur est célèbre pour ses avenirs ahurissants et ses mondes alternatifs, mais elle est le produit d’un esprit endommagé par les amphétamines, la paranoïa et les hallucinations.

Une des facettes de la SF consiste à se servir de l’imagination pour créer de nouvelles réalités. Ça c’est tout simplement le côté “Philip K. Dick”.

L’auteur Philip K. Dick

Né en 1928, mort en 1982, en tant qu’auteur de l’âge d’or de la SF, cet auteur a dérangé. Il dérange encore dans l’adaptation de ses films. Tel le phénix, il connaît aujourd’hui une renaissance grâce aux scénarios qui s’inspirent en masse de son oeuvre féconde et fertile. Dénigré aux USA, son pays d’origine, il a été enfermé dans un hôpital psychiatrique, il a subi des cures de désintoxication, il a été attiré par l’église de scientologie, il s’est déclaré touché par la grâce divine, il… il… Le mieux c’est que vous vous intéressiez vraiment à son oeuvre.

En fait, ce type a senti avant l’heure toutes les dérives de notre société de consommation et les conséquences de la technologie sur l’anéantissement de notre sphère privée : les débuts de la télévision, du téléphone, des moyens de communication et des progrès techniques, ces avancées qu’il a connues ne lui présageaient rien de bon. Il a senti que les politiques allaient en profiter pour contrôler en masse les individus qu’ils gouvernent. Il a vu que le simple citoyen était manipulé du début à la fin de son existence, et il en est arrivé à la conclusion suivante : la réalité que l’homme croit connaître ne lui appartient pas. D’autres réalités peuvent exister si vous le voulez.

Les réflexions qui se dégagent de ses romans trouvent un écho dans les préoccupations d’aujourd’hui : l’autoritarisme du monde politique qui nous gouverne, le manque de démocratie même dans nos régimes occidentaux, le contrôle et le pillage de notre vie en ligne, etc. Notre identité ne nous appartient plus. Les gens courent soit à l’anéantissement individuel, soit à la révolution.

Portrait de Philip K. Dick en 1982

Le mental de Philip K. Dick

Peu laissent une telle empreinte dans le cinéma et la télévision au cours des 35 dernières années. Philip K. Dick était vraiment un auteur visionnaire de science-fiction. Un coup d’œil à ses œuvres adaptées à l’écran montre une pléiade d’œuvres de science-fiction, dont des classiques de Ridley Scott, Steven Spielberg et Paul Verhoeven dans Blade Runner, Minority Report et Total Recall, sans compter l’adaptation télévisée de son roman Le Maître du Haut Château (3ème saison en ce moment sur nos petits écrans), Electric Dreams de Philip K Dick (1ère saison en 2018, série de courts métrages recensant toutes les nouvelles de Philip K. Dick), Blade Runner 2049, la suite du premier, etc.
Qu’il s’agisse de voleurs de souvenirs, de flics du futur à la recherche d’androïdes ou d’agents doubles nazis, les personnages de Dick résonnent dans l’éternité longtemps après sa mort.
Qu’est-ce qui explique la longévité des histoires d’un auteur qui s’est battu pour joindre les deux bouts, et comment des œuvres si souvent situées dans un avenir lointain ont-elles réussi à vivre des décennies après leur écriture ? L’ampleur créative et la prolificité de Dick en sont un indice : il a publié plus de 40 romans et 121 nouvelles au cours d’une carrière qui n’a duré que 30 ans.

→ Blade Runner

Pour les fans d’adaptations de Dick, il n’y a pas d’autre point de départ que Do Androids Dream of Electric Sheep ? (les Androïdes rêvent-ils de moutons électriques, grosse nouvelle  – certains en font un roman – adapté dans le film culte Blade Runner 1er du nom). Ce texte de 1968 n’est pas été un gros succès lors de sa sorite, mais Ridley Scott en a fait un monstre du cinéma, avec une interprétation spectaculaire et un changement de nom plus qu’heureux. L’attrait du film de Scott, longtemps loué pour sa direction magistrale, sa cinématographie et ses effets spéciaux, réside en grande partie dans son ton oppressant et constant, dans le sens paranoïaque et accrocheur du sordide. Les thèmes du film ? L’isolement urbain et la désillusion. Ces aspects, omniprésents dans le travail de Dick, aident à ancrer le film au-delà de la magie visuelle de Scott et la partition encore inégalée de Vangelis.

→ Le Maître du Haut Château

Le Maître du Haut Château est une histoire parallèle relativement simple, dépeignant un Etats-Unis après une victoire nazie dans la Seconde Guerre mondiale. Vivant maintenant sous l’occupation totalitaire des puissances de l’Axe, des poches de résistance américaine, style samizdat, partagent un roman interdit écrit par le personnage qui donne son nom à l’œuvre de Dick. Le roman interdit dépeint un monde dans lequel les Alliés ont gagné la guerre, ce qui donne lieu à une agréable boucle de réalité pendant que le lecteur regarde ce qui se passe dans le roman. Différentes couches de réalité se tissent ainsi à travers le récit. Succès critique, le roman remporta en 1963 le prix Hugo de science-fiction pour le meilleur roman, la plus haute distinction littéraire que Dick ait jamais reçu. Malgré cet engouement, il n’a pas été adapté à l’écran avant 2015, date à laquelle Amazon a lancé sa série sans faire trop de bruit.

La fin de la vie de Philip K. Dick

Dick n’a pas vécu assez longtemps pour voir l’un de ses livres se transformer en un grand film ou en une série télévisée complète, bien qu’il s’en soit approché de très près (Blade Runner a est sorti trois mois seulement après sa mort). A la fin de sa vie, il était en difficulté financière et en mauvaise santé mentale depuis plusieurs années. L’oeuvre de Dick est remplie de paranoïaques, de solitaires poussés à la marge de la société et d’agents obscurs qui veulent cacher à nos héros des connaissances interdites. Cela donne lieu à chaque fois à des intrigues passionnantes. Le style nerveux de cet auteur pourrait être dû aux amphétamines que Dick prenait en grande quantité. Il était sujet à des épisodes paranoïaques et à des hallucinations métaphysiques et labyrinthiques. Dick croyait qu’on lui avait tiré dessus avec un ” faisceau intelligent de lumière rose”, ce qui d’après lui lui donnait des connaissances religieuses secrètes, un don de clairvoyance et un mauvais placement dans le temps. En février 1974, alors que Dick se remettait d’un barbiturique qu’on lui avait administré pour une chirurgie dentaire, une jeune femme est venue à sa porte avec des médicaments de sa pharmacie. Il en vint à croire qu’il provenant d’un ancien passé dans lequel il était connu sous le nom de “Thomas”, un chrétien du Ier siècle fuyant la persécution dans la Rome haineuse… Il a compilé un journal de 8 000 pages de notes manuscrites dans lequel il a documenté ses expériences visionnaires, notamment la mesure dans laquelle il a occupé de multiples plans d’existence en tant que romancier primé, surhomme gnostique et hérétique voyageant dans le temps. Par deux fois, il a déclaré avoir été possédé par des esprits helléniques assez aimables pour lui apprendre le koine (le grec du Nouveau Testament). Tout cela a contribué à sa Trilogie Divine, qui pétille et vibre d’allusions au gnosticisme, à la philosophie grecque, à la psychologie jungienne et au rock acide des années 1960.

Les films derrière lesquels on voit Dick

  1. Blade Runner
  2. Total Recall
  3. Confessions d’un barjo
  4. Planète hurlante
  5. Minority Report
  6. Impostor
  7. Paycheck
  8. Substance mort
  9. Next
  10. The Truman Show
  11. eXistenZ
  12. Cobra (eh oui !)
  13. Et comment ne pas penser à Inception ?
  14. Radio Free Albemuth de Alan Simon, film est issu d’une nouvelle de Philip K. Dick sortie en 1976 et qui inspira son livre SIVA. A dire vrai, selon certains il s’agit plus d’un délire mystique qu’un roman de SF : Dick, en fin de parcours, commençait à s’enfermer gravement dans la paranoïa et dans des principes monomaniaques. Le livre est difficilement abordable.
  15. Ridley Scott, le réalisateur du fameux Blade Runner, produit une série en cours qui n’est autre que l’adaptation du Maître du Haut-Chateau, la célèbre uchronie de Philip K. Dick dans laquelle ce ne sont pas les Alliés mais les nazis qui ont gagné la seconde guerre mondiale. Dans ce monde, un auteur de science-fiction est justement en train d’écrire une uchronie dans laquelle les Alliés ont gagné la guerre. S’ensuit un jeu de construction pour savoir quelle réalité est la bonne. 
  16. La série ELECTRIC DREAMS (2018) qui met en images les nouvelles de l’auteur.

Dick : un écrivain paranoïaque

En 1974, Philip K. Dick a dit au FBI que l’écrivain polonais Stanislaw Lem était faisait partie d’une équipe d’écrivains soviétiques dont le travail consistait à diffuser de la propagande anti-américaine, probablement par le biais de science-fiction douteuse. Le FBI n’a pas répondu à la plainte de Dick, mais il est intéressant de noter que Lem était un fan dévoué de son accusateur. Six mois plus tard, ignorant l’allégation de Dick, Lem écrivit un essai rejetant tous les auteurs américains de science-fiction sauf un : Dick seul était “un visionnaire parmi les charlatans”. Bien qu’une grande partie du travail de Dick porte les marques de la science-fiction contemporaine – voyages dans l’espace, robots, titres pas très “grand public”- beaucoup de ses histoires ont des thèmes quotidiens et pratiques.

Conclusion

Pour la majorité de ses contemporains (même dans les cercles de science-fiction), Dick était pour la plupart considéré comme un “drogué”. Il avait un goût prononcé pour les tranquillisants pour chevaux. Il s’est marié cinq fois. C’était un jumeau – sa sœur (dont il insistait sur le fait qu’elle était lesbienne) est morte peu après leur naissance. Sa vie a été illuminée par une série de visions spirituelles extraordinaires… Quand vous écrivez sur Dick, il y a tant de choses à inclure, tant de scandale, tant de complexité, tant de richesse. C’était manifestement un individu hors-norme et parfois un baratineur outrageux. Mais personne ne peut nier son talent d’écriture et d’imagination : un romancier rare et génial. Son écriture célèbre l’art, la vie, les idées et, ce qui est peut-être le plus délirant, l’inexprimable.
Philip K. Dick auteur de Do Androids Dream of Electric Sheep

Summary

Philip K. Dick est né à Chicago en 1928 et a passé la majeure partie de sa vie en Californie. En 1952, il commence à écrire professionnellement et écrit de nombreux romans et recueils de nouvelles. Il remporte le prix Hugo du meilleur roman en 1962 pour “Le Maître du Haut Château” et le prix John W. Campbell Memorial Award du meilleur roman de l’année 1974 pour “Coulez mes larmes, dit le policier”. Philip K. Dick est décédé le 2 mars 1982 à Santa Ana, en Californie, d’une insuffisance cardiaque suite à un AVC.

Merci de penser à noter l'article
5 (1 vote)
4 commentaires sur “Paranoïaque et génial, Philip K. Dick à l’écrit et au cinéma”
  • “Dick avait fait de son corps, comme l’écrit Emmanuel Carrère dans sa biographie, « un shaker à cocktails chimiques ». À cette époque, on parlait beaucoup des flashbacks d’acide, où les anciens drogués des années soixante avaient soudain des hallucinations hors du commun, et pouvaient être pris de pulsions meurtrières inattendues, phénomène qui faisait peur et fascinait les Américains. Peut-être cela explique-t-il la raison qui poussa Philip à verser dans le mystique, lui qui avait toujours voulu prouver que notre monde était faux, qu’il existait une réalité supérieure, et que lui seul semblait s’en apercevoir. Ainsi des commentateurs reprochent souvent à Dick de pratiquer une philosophie mystique. Peut-être le terme de métaphysique serait-il mieux choisi. Toute son œuvre théologique le prouve, et Dick fixe souvent ses fictions sur une documentation conséquente.” extrait de wiki, mais c’est certainement ce que je retiendrais le mieux de cet homme.

  • jolies phrases et jolies choses sur K. Dick, mais je ne crois pas qu’il aurait aimé qu’on ne se souvienne que de ça. Certes son côté mystique, j’adore ! Certes son côté halluciné, j’adore aussi ! Mais ce mec est avant tout un auteur de science – fiction, un conteur d’histoires, un génial visionnaire et un philosophe, je crois qu’il aurait plus apprécié ces traits de caractère. En tout cas il manque aujourd’hui dans notre société sclérosée, comme bp d’autres. Merci de ton passage inspiré Antoine 🙂