Logo site Des Geeks et des lettres

L'application pour surveiller / sauvegarder vos smartphonesL'oeil inquisiteur de Bibispy

Le film « Comment c’est loin » m’a fait du bien

 Article modifié dernièrement le 5 Déc 2016 @ 5 h 41 min

Comment c’est loin est mon film coup de coeur du moment, il m’a tellement plu que je voulais vous faire partager mon avis.

Pourquoi ce film m’a-t-il d’emblée tapé dans l’oeil ?

Comment c'est loin

  • 1/ C’est un petit film français sans prétention, sans grand budget, avec simplement des bons acteurs, un scénario, un réalisateur, des dialogues, une réflexion, bref le strict minimum pour faire un film mais dieu que c’est bon de voir enfin DU VRAI, DU BON, DE LA REALITE.

 

  • 2/ Le film est original est bien pensé. Je parle de l’idée qu’il y a derrière. Il fallait trouver le scénario : deux losers s’adonnent au rap pour cacher la misère dans laquelle ils vivent. La morale du film, c’est la prise en main, la lutte contre la procrastination. J’aime la définition de ce mot : la tendance pathologique à différer, à remettre l’action au lendemain. La procrastination est bien montrée à l’écran. C’est d’autant plus amusant à voir que c’est un sujet très peu abordé d’une manière générale.

 

  • 3/ Le rap. Selon certains le rap est en train de mourir, c’est vrai que le rap d’aujourd’hui est beaucoup plus « dance » et « musical » que le vrai, le pur, celui des débuts. Il évolue. Le rap n’est-il pas un endroit de la chanson française dans lequel se niche encore l’amour des mots et des rimes ? On a peut-être trop vite catalogué le rap comme un sous-genre de banlieue. Certes il est issu de la banlieue, mais c’est aussi dans ces endroits que vit le peuple, celui qui subit, celui qui vit. Ne faut-il pas écouter ce que le rap a à dire ? Je pense que oui.

 

La recherche du VRAI traverse donc le film de bout en bout : du vrai dans l’écriture, du vrai dans les acteurs, du vrai dans la réalisation, du vrai surtout dans le rap. Ce film est une bouffée d’air pur.

Comment c'est loin

Le thème ? Deux rappeurs procrastinent à longueur de journée. Ils se cherchent, ils galèrent, ils glandouillent. Jusqu’au jour où on leur met la pression en leur laissant 24 heures pour écrire un tube. 24 heures, quand on est habitué à procrastiner, c’est super court. Le rap, c’est des phrases chocs. De la répartie. Des vannes.

Ce film m’a bien fait rire et en même temps il fait du bien parce qu’il nous ressemble.

Merci, les gars, continuez tous comme ça !

PS : Ici une liste de quelques autres films que j’ai vus

Trois flèches vers le bas

1- Logiciel de brouillage d’adresse IP :

Contourner la censure en surfant anonyme

2- L’article explicatif :

La différence entre un proxy et un VPN

3- Comment espionner un smartphone (app) :

L’application de référence

Commentez ici

  • Benjamin 7 décembre 2016, 8 08

    +1
    J’avoue m’être bien marré devant ce film il y a quelque temps, je te l’avais conseillé non ?
    C’est lent mais c’est du bonheur en barre.

    Réponds !

  • Greg 7 décembre 2016, 21 09

    Salut Ben,
    Peut-être, je ne me souvenais plus que tu m’en avais parlé, mais bonne perle sympathique en effet 🙂

    Réponds !

Article suivant:

Article précédent:

Share This